45° Nord, en regardant vers l’Est.

solitude

 

Tu l’imagines le spleen, c’est le vague à l’âme,

La houle, les spliffs, au loin les lumières d’une ville

Rendez-vous Amsterdam.

Et si tu l’imagines, elle est restée la même:

Une trace, des sillons, mutation d’ADN.

Ils te manquent tous, ils ont continué sans toi,

L’iris est dilaté, t’as plus qu’le cœur qui scintille

Comme un coup d’lame, écartelé, regarde-toi et imagine.

Imagine moi:

Je vole une feuille et l’encre,

Je vole un baiser, le temps, je vole au d’sus d’une mer de cendres

Puisqu’il n’y a plus rien, désormais tout a brûlé,

Ne restent que les souvenirs, les joies, les peines

Celles-là tu peux les oublier

Puis oublie-toi, les maux ont gravé qu’ils t’aiment.

Relève la tête une fois encore

Là-bas, c’est chez toi: 45° Nord

En regardant vers l’Est.

 

Librement inspiré du Blues de l’expatrié.

Crédits photo: Leolo212.

 

Charger Plus dans Houston MacDougal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir également

La procédure de réadaptation (quand on est interdit de territoire canadien).

Beaucoup sont ceux qui rêvent du Canada, mais beaucoup sont ceux qui ont fait quelques err…