NYC

Quelques surprises du métro new-yorkais.

metro new york

Il y a fort à parier que lorsque vous mettrez les pieds à New-York vous utilisiez son métro. D’abord, parce que c’est le moyen de transport numéro 1 dans la ville, mais aussi parce qu’on y fait des rencontres incroyables, et qu’on peut être le témoin de choses complètement folles, sur les quais comme dans les rames. Le Subway new-yorkais, c’est comme ça qu’il s’appelle, vous réserve d’innombrables surprises, parfois cachées. Avec son réseau de près de 400km de voies, ses presque 500 stations et ses 24 lignes, il faut dire qu’il y a de quoi faire, alors suivez-nous, on vous emmène.

Life Underground.

Tom Otterness

Conçu par l’artiste Tom Otterness, connu davantage pour sa réalisation controversée de « Shot Dog Film » (où il flingue un chien, et ça, ce n’est pas de l’art Mr. Otterness), Life Underground représente des figurines de bronze illustrant les détails de la vie et de l’histoire trépidante de la ville. On aurait aimé qu’il débute son œuvre par là, tant ce microcosme renvoie à une histoire qui a largement dépassé les frontières de la Grosse Pomme. Elles sont une centaine, disséminées un peu partout dans la station où le passant ne les remarque déjà plus. Et pourtant. Cette vie souterraine est un parallèle aux lumières artificielles qui sortent de terre. Puisqu’en haut, les statues se meuvent, toutes connectées les unes aux autres… un putain de freakshow.

On n’a pas hésité à faire un large détour pour les voir, ces figurines, et ça valait le coup.

Bad.

clip bad

Hoyt-Schermerhorn, ce nom ne vous dit probablement rien. Et pourtant, cette station de métro à Brooklyn, vous l’avez tous vu. C’est sûr. Partiellement fermée depuis 1981, la petite histoire ne retiendra de cet espace uniquement qu’il a été le lieu de tournage du clip Bad de Michael Jackson. Quelque temps après sa mort d’ailleurs, une pétition a été lancée pour qu’on renomme la station du nom du king of pop, à l’eau. N’empêche, quel clip! Mickael à l’apogée,avec entre autres un jeune Wesley Snipes sous la baguette de Scorsese, rien que ça, pour réaliser un court-métrage bien plus qu’un clip scénarisé par Richard Price… ça fait du beau monde dans les crédits.

Sortie secrète à Brooklyn.

sortie secrete

À première vue, il n’y a rien d’exceptionnel au 58 Joralemon Street à Brooklyn. Oui, mais à première vue seulement. De l’extérieur il s’agit d’un immeuble tout ce qu’il y a de plus banal, mais à y regarder de plus près, on se rend compte que le sous-sol est blindé, que les fenêtres sont teintées, ce qui lui donne un aspect inquiétant. Si quelques âmes tourmentées s’en méfient,  en réalité cet endroit cache un puits d’aération et une sortie d’urgence du métro new-yorkais. On dit qu’il sert de passage secret vers les lignes 4 et 5.

City Hall, la station fantôme.

nyc secret station

De style néo-roman, la station de métro City Hall a été créée par l’architecte espagnol Rafael Guastavino Moreno. Ouverte 4 ans après les débuts de sa construction, City Hall a été victime de l’augmentation du nombre de passagers à peine plus de 40 ans après son ouverture. Il fallait des quais et des trains plus longs, or celle-ci est en courbe serrée difficilement aménageable, d’autant que les stations voisines avaient nettement plus de succès. À la fin de son exploitation, seulement 600 passagers par jour descendaient par City Hall. 1945 sonne le glas de celle qui aujourd’hui ne sert que de boucle pour la ligne 6.

Times Square Mural.

roy lichtenstein

Times Square Mural capture l’esprit du métro, son mouvement linéaire et son énergie dynamique. Cette œuvre de Roy Lichtenstein traduit toutes les variations de ses travaux antérieurs, et des clins d’œil à d’autres comme l’incorporation de dessin de Buck Rogers. Passé, projection et futur, l’image centrale est une voiture futuriste qui traverse une station de métro. Et pas n’importe quelle station, c’est Times Square en version pop art, au cœur de la ville. Pour ne pas la louper, flânez en vous gardant bien de ne jamais avoir le nez en l’air.

L’International Express.

subway 7 line

Élevée au rang de Millenium Trail (ainsi que 15 autres routes) par la Maison-Blanche, la ligne 7 du métro new-yorkais revêt une importance historique majeure en retraçant à elle seule toutes les vagues migratoires des États-Unis. D’où son nom, l’International Express. L’emprunter, c’est s’assurer un voyage à travers le monde dans l’unique borough du Queens où plus de 130 nationalités sont représentées. De Sunnyside à l’accent irlandais, en passant par Woodside la petite Manille, Jackson Heights dans sous-continent indien et en Colombie, jusqu’à Flushing pour les couleurs et les saveurs d’Extrême-Orient, c’est la Terre entière que l’on traverse. Une escapade culinaire, c’est encore une autre façon de se donner le goût du voyage.

A Space Odyssey.

Ellsworth Ausby

Space Odyssey de l’artiste Ellsworth Ausby est une série de vitraux composés de huit triptyques situés sur la plate-forme de l’avenue de Marcy à Williamsburg, Brooklyn. Vous aurez tous reconnu un thème cher à Kubrick, son film étant bien évidemment la source d’inspiration première. Ici, l‘œuvre exprime notre rapport à l’univers et relie l’infini de l’espace à l’agitation de la vie dans la ville, qui plus est New York. Les formes circulaires répétées représentent le cosmos tourbillonnant, l’agitation et le rythme effréné de la ville.

Harlem Timeline.

harlem subway

Harlem Timeline rend hommage aux lumières de Harlem. C’est véritablement un livre d’Histoire faite d’ensembles de mosaïques. « Sur la plate-forme du centre-ville, se trouvent le révérend Adam Clayton Powell Jr., Langston Hughes, Joe Louis et Charlie Parker en action. Le blues – à la fois la forme musicale et la couleur – est représenté sur le côté haut de gamme, avec Billie Holiday, baigné d’indigo. Ailleurs, Malcolm X, Marcus Garvey, Paul Robeson, John Coltrane et Thelonious Monk s’expriment, rejoignant la communauté où a commencé la Renaissance de Harlem. » Réalisée en 1995, l’œuvre est celle de Willie Birch.

Rendez-vous à la station 135th Street.

Source: MTA.

La gare secrète de Roosevelt.

roosevelt

Située sous l’un des hôtels les plus chic de la ville, le luxueux Waldorf Astoria, c’est dans le plus grand secret que la gare du Président Roosevelt a été construite en pleine récession lors de la crise économique des années 30. Malade et physiquement très diminué, Roosevelt ne souhaitait pas que l’opinion publique le sache. De connivence avec la presse taisant l’état de santé du Président, ce dernier pouvait venir ou quitter la ville à l’abri des regards indiscrets qui auraient pu trahir le secret. Relié à Grand Central, le tunnel ferroviaire a ainsi pu dissimuler le chef d’État en fauteuil roulant.

Le tunnel oublié.

tunnel metro

Pendant plus d’un siècle, le tunnel perdu du métro de l’avenue de l’Atlantique à Brooklyn était une légende urbaine. En 1893, le New York Times publie un article à propos de pirates résidant dans le tunnel et l’auteur de science-fiction H.P. Lovecraft l’a dépeint comme un repaire de vampires dans une histoire de 1927. On dit aussi qu’un maître d’œuvre y a été emmuré pour avoir voulu faire travailler de fervents catholiques un dimanche (la majorité des ouvriers étaient irlandais). En réalité, loin des galéjades et des brèves de comptoir, l’histoire du tunnel renvoie à celle de la construction de New-York. Cornelius Vanderbilt, alors directeur des opérations de la Long Island Rail Road (LIRR), a supervisé sa construction en 1844 (en 7 mois seulement) afin de réorienter les trains  de la LIRR qui fauchaient accidentellement des piétons. Abandonné en 1861,  le tunnel n’a été redécouvert qu’en 1980 par Bob Diamond.

Si l’envie vous prend d’aller le visiter, rendez-vous au BHRA.

Crédits photo: (1) Gaela; (2) Noel Y.C.; (3) onmjfootsteps; (4) pix11; (5) Patrick Cashin; (6) mtaartsdesign; (7) David Tropiansky; (8) ephemeralnewyork; (9) Lauren Cook; (10) Richard Silver; (11) James Maher.

Enregistrer

Charger Plus dans NYC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Vol long courrier: se maintenir en forme.

Traverser l’Atlantique pour se rendre au pays de la feuille d’érable, c’…