Accroissement et généralisation de la biométrie.

biometrie canada

Depuis juillet 2018, vous devez fournir vos empreintes digitales ainsi qu’une photo, c’est-à-dire vos données biométriques pour faciliter vos déplacements au Canada, mais également à l’appui de vos différentes demandes (permis etc…). On s’y attendait depuis quelque temps, c’est maintenant chose faite.

Pourquoi généraliser la biométrie?

Parce que c’est dans l’air du temps, forcément, et que « la collecte des données biométriques est reconnue à l’échelle mondiale comme un outil fiable et exact pour confirmer l’identité d’une personne. » En effet plus de 70 pays dans le monde utilisent les données biométriques relativement à leur programme d’immigration et/ou de délivrance de visas. C’est le cas notamment des membres l’U.E. Gestion plus efficace des renseignements sur l’identité, fluidité du traitement des différentes demandes, ou encore simplification de l’entrée des ressortissants étrangers dont l’identité est légitime sont autant de justifications que des notions de bon sens. C’est un peu la dernière étape avant la puce sous-cutanée, préparez-vous. C’est également un outil de prévention contre les personnes à risque pour la société canadienne. Rien de neuf en réalité, sauf des questions sur l’utilisation de nos données une fois qu’elles auront été récoltées.

Pour avoir vu mon identité usurpée, j’ai beau parfois faire un peu de sarcasme sur cette notion, je ne peux pas vraiment dire être contre ce genre de mesure, bien au contraire.

Concrètement, ça touche qui?

Pas mal de monde en fait. Tous ceux qui présentent une demande de:

  • Permis de travail lorsque cette demande est faite en dehors du Canada. Elle vaut pour les demandeurs de permis issus de l’EIC, donc pour le PVT, le JP, le Stage coop, mais également Mobilité francophone.
  • Permis d’études.
  • Visa (si vous êtes français vous n’êtes pas concerné).
  • Résidence Permanente pour les demandes présentées à l’extérieur du Canada.

NB: pour les demandes présentées au Canada, la dispense n’est que temporaire, attendez-vous donc à du changement.

En revanche, sont exemptés:

  • Les ressortissants étrangers exemptés de l’obligation de visa qui viennent au Canada à titre de touristes et qui ont une autorisation de voyage électronique (AVE) valide.
  • Les demandeurs de résidence temporaire qui ont déjà fourni leurs renseignements biométriques à l’appui d’une demande de résidence permanente en instance.
  • Les mineurs de 14 ans.

Très important, lors de chaque nouvelle demande (nouveau permis, prolongation, etc…) il n’est pas nécessaire de refaire toutes les démarches puisque vos données restent valides pour une période de 10 ans. Par contre, si vous présentez une demande de résidence permanente et que celle-ci est sur le point d’aboutir, vous devrez procéder à un nouveau prélèvement de vos données biométriques avant d’obtenir votre carte de résidence permanente.

Combien ça coûte?

Trop cher.

  • Demandeur individuel : 85$.
  • Famille qui présente une demande conjointe : un montant maximum de 170$.
  • Groupe d’au moins trois artistes de la scène et leur personnel qui présentent conjointement une demande de permis de travail : un coût maximum de 255$.

Hey? On se montrait pas un p’tit business dis donc?

Où sont collectées mes données biométriques?

Il faut se rendre dans un Centre de Réception des Visas (CRDV). La liste complète est ici. En France, il faut aller à Paris ou à Lyon, ce qui permet de compléter la question précédente relative au coût. Si vous n’êtes pas des régions lyonnaises et parisiennes, vous devrez payer un transport supplémentaire pour vous y rendre.

Comment vos données biométriques seront-elles utilisées?

« La biométrie aide les agents à se prononcer sur l’admissibilité d’une personne tout en simplifiant les déplacements des personnes à faible risque. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) conservera les empreintes digitales dans le Répertoire national. Elle les comparera à celles contenues dans ses dossiers criminels et ses bases de données sur l’immigration. La vérification des données biométriques permet de confirmer si une personne a déjà présenté une demande pour entrer au Canada en utilisant la même identité ou une identité différente, a déjà eu un dossier criminel au Canada ou a déjà été renvoyée du Canada. » Dans cette optique, on imagine mal Booba ou Joey Star, déjà refoulés du pays, remettre les pieds au Canada.

Toutefois, vos données seront transmises à des pays tiers en vertu d’accords relatifs à l’échange de renseignements biométriques entre le Canada et lesdits pays. Il s’agit des États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni, pour garantir l’intégrité du système d’immigration canadien. C’est en tout cas la justification. Que dire, si ce n’est qu’on pense au SIV (Système européen d’Identification des Visas) obligatoire pour l’ensemble des États membres de la zone Schengen, ça en fait des données partagées, et donc rien de choquant en définitive.

Mais la vie privée alors? La Charte canadienne des droits et libertés est censée vous protéger, vous ne devriez pas avoir peur. Toutefois, pour avoir étudié son pendant québécois, et sachant que cette dernière ne protège pas tout le monde de la même façon (en théorie si, mais en pratique la CDPDJ n’est pas à la hauteur de sa tâche), le doute subsiste et c’est bien dommage.

Application pratique.

Dans huit grands aéroports canadiens, la vérification des empreintes digitales sera faite automatiquement à un poste d’inspection primaire, notamment les bornes pour gagner du temps. Dans les autres aéroports et les points d’entrée, une vérification discrétionnaire des empreintes digitales sera effectuée par un agent des services frontaliers lors du renvoi à l’inspection secondaire; l’identité du voyageur sera vérifiée pour s’assurer que la personne qui cherche à entrer au Canada est la même personne que celle dont la demande a été approuvée à l’étranger.

Résumons!

Source et aller plus loin: IRCC.

Crédits photo: Jazz.

Charger Plus dans Expatriation

Laisser un commentaire

Voir également

Une escapade à Ottawa.

Crédits photos: Clem; Ju. …