Paroles de voyageurs: viens, on s’arrache au Québec!

sylvie bernard

Dans cette interview nous retrouvons Sylvie et Bernard, ils tiennent un blog sur le voyage, une de leur grande passion. Avec eux, on s’arrache au Québec!

  • Quelques mots pour vous présenter.

Sylvie: Je suis Sylvie, nous avons décidé de profiter de la vie avant que ce soit trop tard, donc on s’échappe le plus souvent possible, de près ou de loin en France ou ailleurs, mais toujours avec grand bonheur.

Bernard: Bernard, 63 ans, retraité, passionné de voyages culturels et d’escapades à moto.

  • Pouvez-vous nous dire le genre de voyageurs que vous êtes?

Sylvie: Globe-trotteurs!

Bernard: Plutôt des voyageurs aventure. Globe-trotteur c’est peut-être un peu fort, mais il y a de ça aussi, oui. Aventure donc, découverte, culture, sport en camping-car, à moto ou à vélo.

  • Comment avez-vous préparé votre voyage au Canada?

Sylvie: Pour ce voyage c’est un peu particulier parce que nous avions décidé de louer un camping-car sur place. L’inconvénient pour le camping-car justement, c’est qu’il y a très peu d’aires de stationnement, et nous avions l’obligation de réserver des emplacements dans tous les parcs nationaux où nous voulions aller. Il a donc fallu planifier nos étapes et notre itinéraire.

Ok donc avant de partir vous aviez tout booké? Hôtels, haltes, tout quoi…

Sylvie: Oui. On s’est préparé un parcours et on a réservé en fonction de ça pour les nuits. La journée en revanche on se laissait aller en fonction de nos envies.

Bernard: On avait limité notre voyage à une partie du Québec seulement. Il a fallu cadrer en fonction du temps également puisqu’on est parti une quinzaine de jours, ce qui est assez peu pour visiter un territoire aussi vaste, et effectivement tout était organisé en avance.

  • J’ai lu l’article sur votre « Road trip à travers le Québec« , vous avez fait pas mal de bornes, visité énormément choses. Qu’est-ce qui a été pour vous le plus insolite?

Sylvie: Pour moi, ça a été le Cyclorama de Jérusalem à Sainte-Anne-de-Beaupré.

Tu nous racontes?

C’est l’un des plus grands panoramas au monde*, et celui-ci représente la crucifixion du Christ. On a des jumelles pour observer dans le détail les peintures, c’est réalisé avec une minutie incroyable, j’ai trouvé ça prodigieux, je n’avais jamais vu ce genre de chose ailleurs. J’ai été conquise.

Bernard: Et pour moi ça a été la participation de manière tout à fait fortuite aux Fêtes de la Nouvelle-France à Québec. Je dis participer parce que les acteurs des festivités nous faisaient justement participer à de petites saynètes, et à ce moment-là on ne s’est jamais senti aussi proche des québécois qui n’arrêtaient d’ailleurs de nous appeler « nos cousins » Et là on a eu l’impression de revivre une partie de notre Histoire à travers leur Histoire, et ça a été pour moi l’un des moments les plus forts de ce voyage. On ne savait pas quand ces fêtes se déroulaient ni ce qu’elles étaient, on l’a simplement vécu parce qu’on était là au bon moment. Un vrai coup de bol.

  • Donnez-moi 5-6 faits marquants lors de ce voyage, histoire de nous mettre un peu l’eau à la bouche, et dites-moi pourquoi.

Sylvie: Être nez à nez avec un ours polaire… Derrière une vitre peut-être, mais quel moment! C’était au zoo sauvage de Saint-Félicien. Je rêvais de voir un ours blanc, c’est fait!

Bernard: La première bouchée de ma première poutine. J’ai su que je n’en remangerai pas de deuxième, mais je l’ai finie en entier!

Sylvie: Le loupé avec les baleines du Saint Laurent. On n’a pas choisi le bon bateau et du coup on les a vues de trop loin. C’est quelque chose qui nous a véritablement déçus.

Bernard: Le rythme des tam-tams du Mont Royal à Montréal. Une véritable osmose toutes générations confondues sur le rythme des percussions. Un moment de partage très fort, de communion, tu participes à quelque chose avec des gens que tu ne connais pas autour de tous ceux qui jouent, et qui jouent pour toi.

Sylvie: La récompense de la vue sur le Fjord de Saguenay, après une grimpette un peu difficile du Sentier de la Statue.

Bernard:  Une demi-journée à faire du canoë pour voir les chutes Waber et se mettre dedans. Tu pagaies, tu marches, tu te prends les moustiques, t’es comme un trappeur pour le cliché quoi, et pour finalement 5 minutes sous une cascade. Jamais tu décides d’en chier autant pour te baigner 5 minutes!

A priori non! A priori t’évites, c’est sûr.

Bernard: Et pourtant ça a été un moment super sympa. Ah et j’en donne un dernier tiens! La première fois qu’un québécois m’interpelle comme étant son cousin. Je lui laisse ma place de parking, il me regarde et il me dit: « ça fait plaisir! » Et cette phrase-la est revenue pendant tout notre voyage, parce que ça fait plaisir!

  • Qu’est-ce que vous avez le plus aimé au Québec?

Sylvie et Bernard: Les grands espaces.

  • Et inversement?

Sylvie: Le prix des cerises! On les a payées une fortune, à la caisse on nous dit: « Vous êtes sûrs que vous voulez prendre tout ça? Ça va vous faire cher. » Il y avait un kilo. On avait envie de cerises!

  • Quel a été pour vous le meilleur souvenir?

Bernard: J’en ai parlé, ça reste la visite de Québec dans cette ambiance Nouvelle-France.

Sylvie: Pour moi c’est le site de la Nouvelle-France à Saint Félix d’Otis. La reconstitution du village au XVIIème est bluffante d’une, et les acteurs qui te racontent comment ça s’est passé avec les premiers colons français ne font pas que te le raconter justement, ils te le font vivre. Ils faisaient aussi participer les visiteurs, en nous interpellant on se prenait tous au jeu. J’ai passé un moment génial, ils nous ont fait pleurer de rire à pisser dans la culotte! Non, mais on était explosé de rire, franchement!

Sylvie: Au Vieux-Port de Québec on a acheté un vin de glace, et aussi du beurre d’érable pour tartiner les crêpes, mais pas de sirop. On a ramené aussi des décorations de Noël. On n’a pas ramené énormément de choses finalement.

Bernard: Et une plaque minéralogique avec un caribou biker « born free » aussi. Le plus emblématique pour moi, un caribou sur une bécane.

  • Le Canada est vaste, y retournerez-vous pour visiter d’autres provinces que le Québec?

Sylvie: On y pense!

Bernard: J’aimerai bien qu’on aille carrément de l’autre côté.

Colombie-Britannique?

Bernard: Oui, sur Vancouver.

Et comment? Transcanadienne en van, le Canadien sur rail, depuis le Québec ou l’Ontario? Ou directement en avion? Comment vous l’envisagez?

Sylvie: On n’y a pas encore réfléchi à vrai dire.

Bernard: Non, c’est vrai. Ou sinon on atterrit là-bas en Colombie-Britannique, et on redescend jusqu’en Californie en louant une bagnole. Ou dans l’autre sens, t’arrives à San Francisco et tu remontes.

Sylvie: Et si on veut faire les autres provinces, il faut qu’on se penche dessus. Les Maritimes par exemple, et le train a l’air bien.

Bernard: Oui, la question appelle à la réflexion. Et pour le coup partir 2 mois serait bien en envisageant de tout traverser…

  • Avez-vous des conseils à donner à ceux qui souhaiteraient faire le même type de voyage que vous au Québec?

Sylvie: Pensez à bien vous renseigner sur les endroits où il est possible de garer son camping-car. Et faites-le consciencieusement. Nous avons fait l’erreur de réserver au Parc Jacques Cartier alors que nous voulions passer du temps à Québec. Nous ne nous étions pas rendu-compte à la réservation que c’était si loin, une erreur d’inattention, de débutant quoi! Et aussi 15 jours c’est trop court, il faut au moins 3 semaines. On aurait bien aimé aller en Gaspésie par exemple, on a été un peu frustré.

Bernard: Oui, c’est tellement vaste, alors en fonction du temps dont on dispose il faut quand même programmer, du moins établir une feuille de route. Tu ne peux pas non plus tout faire à l’aventure, vu que tu fais régulièrement des centaines de kilomètres tu loupes un truc, pour revenir sur tes pas ça complique un peu tout. Alors tout booker peut-être pas, mais quand par exemple tu vas dans un parc national tu dois réserver de toute façon, ça oblige à une préparation qu’on n’aurait pas forcément ailleurs, sans contrainte du camping-car.

  • J’évoquais l’un de vos articles, parlez-nous justement de votre blog Viens on s’arrache, et de vos récits de voyage.

Sylvie: On essaie de rapporter le plus sincèrement et le plus fidèlement possible tout ce qu’on a vu, entendu et échangé au cours de nos voyages. On le fait sans prétention, avec une simple envie de partage. Faire peut-être aussi découvrir des endroits insolites, sans forcément aller au bout du monde, mais juste à côté de chez nous, c’est un peu tout ça à la fois. Découvrir l’autre, une culture, un mode de vie, une langue différente de la nôtre c’est aussi ce qui nous fait grandir quand on part, ce qui ralentit le temps.

Bernard: Oui, ce que je dirais aussi c’est que le fait de réaliser un blog et d’écrire, ça oblige à formaliser tout ça, et ça permet d’approfondir davantage finalement ce qui nous  intéresse, ce qui nous plaît le plus. Et peut-être aller rechercher davantage encore, on est plus pointu et attentif à ce qu’on voit, parce qu’on a le souci de le transmettre et de partager. Dès l’instant où on écrit, on s’interroge finalement sur tout ça. On est plus à l’écoute de ses propres émotions, de ce qui nous entoure et d’une certaine manière ça permet d’en profiter presque deux fois plus: être acteur plus que spectateur. C’est aussi une des raisons pour laquelle les circuits touristiques où il n’y a juste qu’à prendre c’est forcément moins fort, tu ne fais que recevoir et tu ne vas pas vraiment chercher. Dans tous les cas, écrire sur le blog nous fait revivre nos voyages et les prolonge. C’est du boulot mais qui coûte tellement peu par rapport à ce que ça nous fait vivre en plus.

Donc le côté partage, et le côté je m’en reprends une dose.

Sylvie et Bernard: Exactement!

  • Une dernière chose à ajouter?

Sylvie: Voyagez, partez, profitez, lâchez-vous, faites-vous plaisir!

Voilà, de quoi se lancer, un grand merci à tous les deux!

* Le plus grand cyclorama (panorama circulaire) du monde du coup.

point cardinal

Charger Plus dans Interview

2 Commentaires

  1. Sylvie Bernard

    14 mai 2018 at 11:45

    Merci Houston pour ce partage et cet agréable moment passé ensemble.

    Répondre

    • Houston MacDougal

      14 mai 2018 at 14:58

      Ce fut un réel plaisir!! 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Voir également

Accroissement et généralisation de la biométrie.

Depuis juillet 2018, vous devez fournir vos empreintes digitales ainsi qu’une photo, c&rsq…