La Réserve de parc national de Nahanni.

territoires du nord ouest

Niché aux confins sud-ouest des Territoires du Nord-Ouest, au sein des monts Mackenzie, la réserve de parc Nahanni est un endroit extraordinaire pour qui veut ressentir toute cette nature qui s’exprime dans son immensité, comme peut l’être le grand nord. L’UNESCO ne s’y est d’ailleurs pas trompé en le classant premier site canadien (naturel et culturel confondu) au patrimoine mondial, puisqu’il « représente un espace naturel intact de 470 000 hectares, composé de profonds canyons creusés dans des massifs montagneux, d’impressionnantes cascades et de systèmes de grottes complexes. La géomorphologie du parc est exceptionnelle de par la multiplicité de ses formes et la complexité de son évolution. Les processus et les caractéristiques fluviales y prédominent. »

Pourquoi ça vaut le coup d’y aller

Le Graal peut-être pour tous les pagayeurs ou au moins celui qui sommeille en vous, on l’espère. Il vous faudra toutefois être un minimum expérimenté pour affronter les rapides de cette rivière sauvage, navigable uniquement de juin à septembre. On est dans un autre registre que le parc Algonquin et son canotage à la cool, mais qu’importe. Les paysages sont à couper le souffle, pensez donc, entre canyons, montagnes, rapides et cascades, il y a là de quoi s’émerveiller où que se porte votre regard.

Les chutes Virginia.

Au départ de Fort Simpson, l’excursion peut se faire par les airs au moyen d’un hydravion, pour survoler celle qu’on présente comme la plus haute cascade sauvage du Canada (96m). C’est ici que la rivière Nahanni se jette d’une falaise deux fois plus haute qu’à Niagara, et nous offre un spectacle saisissant et le bouillonnement de Mason’s Rock qui fend eaux.

Cette série de falaises isolées dans les monts Logan, est un défi pour les alpinistes les plus chevronnés. Des parois granitiques qui s’élèvent au ciel telles des lames acérées, comme la Tour de la Fleur de Lotus, la plus célèbre d’entre elles, à côté d’autres redoutables, le mont Proboscis et la flèche de Middle Huey notamment. La faune y est riche, mais farouche.

Et tout le reste…

Que ce soit les lacs Glacier, Hole-in-the-Wall et Little Doctor où l’on peut pêcher; les sources thermales comme Rabbitkettle et Kraus; la forêt boréale, randonnée autour des quatre gigantesques canyons, la toundra alpine, les Fairy Meadows et le Plateau Ram, il y a tant d’endroits à voir.

Pour s’en rendre compte, consultez la carte du parc.

Le parc en quelques chiffres

180, comme le nombre d’espèces d’oiseaux présentes dans le parc, et 42, le nombre d’espèces de mammifères, dont les grizzlies, les moutons de Dall, les caribous des montagnes, lynx, pumas et bien d’autres encore.

1978, soit six ans après sa création, on l’a vu, c’est l’année de l’inscription de la Réserve de parc Nahanni au patrimoine mondial de l’UNESCO.

2009, l’année d’agrandissement du parc, le portant à une superficie de plus de 30 000km², immense.

territoires du nord ouest

Comment s’y rendre?

Tout simplement de la même façon qu’il faut s’y prendre pour se rendre dans les Territoires du Nord-Ouest. Sauf qu’en réalité, c’est encore plus compliqué qu’il n’y paraît. Allez, faisons un tour d’horizon.

  • Par la route.

Vous êtes chaud? Okay, il va falloir du lourd. Il n’existe pas de route publique à l’intérieur même de la réserve de parc Nahanni, et pour cause, c’est loin de tout et trop cher d’entretien. Quelques pistes existent néanmoins, mais elles ne sont pas toujours entretenues et nécessitent de rouler avec un bon vieux 4×4 des familles, quelque chose d’endurant et à même de franchir tous les obstacles. C’est peut-être l’occasion d’une aventure folle, mais nous ne le conseillons pas.

Quant au trek… non, oublie.

  • Avec un transporteur aérien et/ou des pourvoyeurs.

Fort Simpson est un peu la porte d’entrée menant à la Réserve. De là, il vous faudra parcourir encore 150 km en hydravion vers les chutes Victoria, le Lac Glacier, ou encore les Monts Logan. Les vols sont essentiellement nolisés comme c’est toujours le cas pour se rendre dans des destinations aussi reculées. On peut également partir de Yellowknife, Watson Lake, et d’autres endroits encore, toujours en ayant recours à l’hydravion. Attention, « les visiteurs qui prévoient noliser un hydravion doivent s’assurer que l’exploitant d’aéronef possède un permis de fréquentation du parc pour pouvoir y atterrir, et que le pilote de l’hydravion connaît la région. » De même, « plusieurs entreprises organisent des excursions de canotage ou de rafting sur la rivière Nahanni Sud. »

Vous trouverez tous les transporteurs aériens et pourvoyeurs sur cette page: cliquez ici.

territoires du nord ouest

Sources: Parcs Canada, National Geographic, Spectacular NWT; UNESCO.

Crédits photo: (1) Peter Mather; (2) Orange Smile; (3) Daryl Benson/Corbis.

Ça vous a plu? Soutenez-nous sur Utip! Visionnez une pub pour Expérience Canadienne. Merci 🙂

Charger Plus dans Territoires du Nord-Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Les Glissades: le parc aquatique Sommet-Saint-Sauveur.

Il y a comme un plan qui se met en place, on me demande si je veux en être. Il est questio…

Réservez avec Booking

Booking.com

Article Aléatoire

On traverse

Récemment

Charger plus