Changer d’employeur avec un Permis Jeune Professionnel.

changementContrairement à d’autres (comme le PVT), le Permis Jeune Professionnel est un permis de travail temporaire fermé. Il vous lie à un seul et unique employeur, pendant une durée limitée. Partant de ce constat, on en tire rapidement la conclusion que si la collaboration avec son patron arrive à échéance avant terme, vous n’avez plus qu’à déménager et à trouver un billet d’avion pas cher en urgence, pour rentrer chez vous. De même, on s’imagine que toute perspective d’évolution dans l’entreprise est vouée à l’échec, du moins pas avant qu’on ait changé de statut (devenir résident permanent notamment), ou de permis de travail.

Que ce soit dit et écrit une fois pour toutes, c’est faux!

Vous pouvez changer d’entreprise, pourvu que vous respectiez les conditions et les critères d’attribution d’un PJP, comme si vous faisiez votre demande pour la première fois. Voilà pour la théorie, car rappelez-vous, le seul critère qui compte en fait: un emploi au Canada dans votre champ de compétences qui constitue un perfectionnement professionnel. Le reste est inutile, vous avez déjà obtenu votre PJP, pas besoin de revenir dessus. Mais si vous comptez passer de boucher à massothérapeute, ça risque de coincer, vraiment, et de faire rire un peu l’agent d’immigration. Attendez votre RP pour une reconversion.

Quant au reste, voici le mode d’emploi.

Les documents nécessaires et la marche à suivre.

  • Une attestation de licenciement pour causes économiques, signée de votre ex-employeur.

Personne n’ira vérifier que vous êtes effectivement viré pour de telles raisons. Veillez à ne pas mettre un terme à votre collaboration, si elle émane de vous, dans les bris de vaisselle et les pleurs. Et si on vous met dehors comme un malpropre, gardez votre sang-froid et ravalez votre orgueil, puisque vous aurez besoin de cette attestation dans tous les cas. Rappelez-vous, si votre ancien employeur ne veut pas vous faire d’attestation, vous ne pouvez pas faire modifier votre permis et vous rentrez chez vous.

  • Une attestation d’embauche, signée par votre nouveau patron.

Cette condition n’est jamais difficile à obtenir. De prime abord, la seule chose rebutante pour votre nouveau boss, c’est qu’il ne comprendra pas forcément la raison d’une telle attestation. Simplement parce que pour lui, soit votre permis de travail est valide, soit il ne l’est pas. Quelques mots d’explication et une signature en bas d’une feuille à en-tête de l’entreprise et c’est dans la poche. Faites comme si vous initiez la démarche d’une demande initiale de PJP, ce n’est absolument pas un obstacle.

  • Un tour du poteau, les deux attestations en main.

Il vous suffit de vous rendre au poste-frontière le plus proche. Nous ne cesserons pas de le rappeler, mais le mieux quand même est d’éviter Lacolle pour les montréalais (plus pointilleux et tatillons que n’importe où ailleurs au Canada). Ce tour du poteau vous permet de faire modifier votre PJP, c’est-à-dire changer le nom de votre employeur sur votre si précieux bout de papier à l’intérieur de votre passeport, ni plus ni moins. Ainsi, vous pourrez travailler pour votre nouveau patron en toute légalité.

  • 150$.

C’est le coût d’une telle démarche. Oui, on n’a rien sans rien! Vous règlerez cette somme à l’agent d’immigration qui s’occupera de votre nouveau Permis Jeune Pro.

Cas similaires.

Il s’agit des changements de postes et des promotions. Plus besoin dans ces cas-là d’une attestation de votre ex-employeur, puisque vous gardez votre patron. En revanche, c’est l’intitulé de votre travail qui est à modifier sur votre permis. Une attestation expliquant le changement de votre situation au sein de l’entreprise qui vous emploie, devient seule suffisante. 150$ plus tard et un tour du poteau, le tour est joué.

Crédits photo: Nemo.

attentionObsolescence possible de l’article (très probable): durcissement de la politique de contrôle et frais, relatifs à la conformité, supplémentaires imposés aux employeurs (février2015) et payables en ligne uniquement (230$) avant toute demande de permis et/ou tout changement. Idem, changement global de la politique d’accès au programme EIC dans son ensemble.

Nous conseillons à toute personne directement intéressée par le sujet de se tourner vers un avocat spécialisé en droit de l’immigration. En effet, chaque cas relevant d’un examen particulier de la situation, nous ne répondrons plus aux questions posées (idem en message privé) et l’article ne sera pas mis à jour. Il existe plusieurs excellents avocats sur la place de Québec, nous avons eu la chance de collaborer avec l’un d’entre eux. Ils sont facilement identifiables, contactez-les, que vous soyez sceptique ou convaincu.

« Je possède un permis de travail délivré au titre de la catégorie des Stages coop à l’étranger ou de la catégorie des Jeunes professionnels. Comment puis-je changer d’employeur? » Donc voilà, suffit désormais d’aller .

Ça vous a plu? Soutenez-nous sur Utip! Visionnez une pub pour Expérience Canadienne. Merci 🙂

Charger Plus dans Programme mobilité EIC

107 Commentaires

  1. Avatar

    Vincent D

    22 juillet 2014 at 13:27

    Finalement c’est moins compliqué que je ne l’imaginais. Ouf!

    Répondre

    • Avatar

      Noemie

      16 août 2014 at 10:44

      Et si on a pas encore validé son JP et qu’on a changé d’employeur ?

      Répondre

      • Avatar

        Houston MacDougal

        16 août 2014 at 11:34

        Par définition ton JP initial devient caduc, et à moins d’avoir obtenu un autre permis de travail pour ce nouvel employeur, tu n’entreras au Canada qu’en simple touriste. Si en revanche tu respectes les conditions énoncées dans le présent billet, il importe peu que tu aies déjà validé ou non ton JP, à partir du moment où ton emploi constitue bien un perfectionnement professionnel dans ton champ de compétence. Après, il n’y a qu’à suivre la feuille de route.

        Répondre

  2. Avatar

    Pierre

    21 août 2014 at 20:20

    Hello! Je rebondis sur le dernier commentaire. Je ne suis pas loin d’être dans cette situation. J’ai obtenu une lettre d’introduction JP avec un début de contrat au 1er octobre. Cependant mon employeur vient de m’annoncer que le poste a été comblé et que je ne suis plus « requis ».

    Puis-je, en fournissant à l’ambassade ou autre, une lettre d’emploi d’un autre employeur, pour exactement le même métier et des conditions similaires (le salaire est différent, mais la job est la même), faire « transférer » ma lettre d’introduction sur ce nouvel employeur? je n’ai encore rien activé, je ne suis pas passé par la frontière encore.

    Entre ce qu’on lit à droite et à gauche, impossible de tirer le vrai du faux…

    Merci d’avance!

    Répondre

    • Avatar

      Houston MacDougal

      22 août 2014 at 03:30

      Bonjour.
      La solution décrite dans cet article est certifiée, mais il s’agit d’une modification de permis de travail, non d’une lettre d’introduction. Par analogie, j’aurais tendance à dire que, dans les mêmes conditions, si l’un est possible, pourquoi pas l’autre. Malheureusement je ne peux l’affirmer et n’en connais l’éventuelle procédure, et l’immigration peut se montrer très tatillonne. Le problème étant qu’une lettre d’introduction n’est pas un permis de travail, elle en permet la délivrance en respectant certaines conditions qu’elle énumère, mais devient sans objet s’il n’y a plus d’emploi. Il ne semble cependant ne pas y avoir d’obstacle à votre situation en changeant, au moment de son émission, votre permis de travail. En reprenant les modalités expliquées plus haut: vous présentez une attestation de licenciement pour raisons économiques de votre employeur initial (celui pour qui vous avez obtenu un JP), et une attestation d’embauche du nouvel employeur, vous économiserez probablement même dans ce cas-là les 150$. Cette solution ne devrait poser aucun problème puisque seul votre boss change, pas le boulot (et c’est l’essence d’un JP). Cependant, si vous craignez que ces circonstances ne vous soient défavorables, reprenez strictement la marche présentée dans l’article après avoir obtenu votre permis de travail (en passant la frontière avec votre lettre d’introduction: vous faites comme si de rien n’était puisque personne ne sait que votre employeur ne veut plus de vous). Un tour du poteau plus tard, avec vos attestations, vous serez soulagé et pourrez travailler pour votre nouveau patron.

      Répondre

  3. Avatar

    Olivier

    16 septembre 2014 at 22:39

    Pour ma part j’ai pas encore activé le JP mais j hésite sur les deux solutions avant ou apres.

    J’ai l’ancienne offre liée a mon JP ( et je peux obtenir un courrier avec le texte qui me conviendrai ) et j’ai la nouvelle lettre pour mon nouvel employeur.

    Donc dans le cas ou le JP n est pas encore activé, il vaux mieux l’activer et dans la foulée faire modifier son employeur avec le courrier de licenciement ou attendre une ou deux semaines, sinon ca peut faire louche ? 🙂 –> Activer un permis avec un employeur qui vous licencie non ?

    Autre point envoyer une demande de changement d’employeur a EIC avant activation reviendrai a annuler l’ancienne LI et d avoir un nouveau no NSM et d être sur liste d attente ou on garde le no d’origine . Car dans le premier cas, on est finalement pas sur d’avoir une place.

    Dernier point, il est donc pas nécessaire de faire la demande en ligne quand un JP est activé, via CIC , ca marche en direct à la douane ?

    Répondre

    • Avatar

      Houston MacDougal

      17 septembre 2014 at 11:43

      Concernant votre premier point, vous êtes libre de déterminer le temps nécessaire pour faire un tour du poteau. Deux semaines, deux mois, c’est une question d’appréciation. Dans tous les cas, ce licenciement doit être notifié et justifié pour raisons économiques ce qui, a priori, peut intervenir n’importe quand. Après une semaine de boulot, un patron peut, par exemple, se rendre compte qu’il n’est pas en mesure de vous garder, et donc vous licencier pour sur la base d’un motif économique.

      Sur la question de valider un permis de travail avec un employeur pour qui vous savez que vous n’allez pas travailler, en l’espèce, nul autre que vous n’est censé en être informé. Nous déconseillons toutefois de mentir à la douane (préservez-vous de la délation et n’oubliez pas que la découverte d’une fausse déclaration vous renvoie chez vous sans préavis), mais il est peu probable qu’on vous pose directement la question: allez-vous effectivement bosser pour cet employeur. C’est pourquoi et en toute logique, mais il n’y a pas encore de cas porté à notre connaissance, il devrait être possible de valider directement votre JP avec votre nouvel employeur, si vous justifiez de toutes les pièces requises au jour de votre entrée au Canada. C’est le point développé dans le commentaire précédent.

      Concernant les deux dernières remarques, dans la mesure où la douane a tous pouvoirs en matière d’immigration, elle est forcément compétente et procède elle-même aux modifications, pourvu que vous soyez en possession de documents valables et que vous puissiez justifier votre situation.
      Pour rappel, vous pouvez être interdit d’entrée en dépit de vos papiers d’acceptation conditionnelle pourtant valables, simplement parce vous aurez fait mauvaise impression, en étant notamment contradictoire dans vos déclarations. On aborde ce point dans la préparation au passage frontière.

      Répondre

  4. Avatar

    Noemie

    22 septembre 2014 at 13:51

    Bonjour,

    Je n’ai toujours pas validé mon JP et est en attente d’une réponse de l’immigration concernant mon changement d’employeur. Je n’ai pas été licenciée, j’ai volontairement changé d’emploi pour avoir plus de responsabilités.
    Mon contrat de travail commencait le 1er septembre et la je suis devenu touriste car mon PVT arrivait à échéance le 1er septembre.
    Je conseille fortement de valider son JP même si on sait que l’on va changer d’employeur (avant de changer bien évidemment) car les démarches sont vraiment moins longues.
    Je ne suis même pas sûre qu’ils me donnent une nouvelle LI 🙁

    Répondre

  5. Avatar

    Sebastien

    7 octobre 2014 at 11:37

    Bonjour,

    Pour ma part mon entreprise fait faillite, la clientele est rachetée par une autre compagnie qui souhaite m’embaucher pour occuper le meme poste.

    Je suis en Jeune Pro mais la durée maximale, correspondant a mon offre d’emploi pour laquelle j’ai validé le JP, ne m’a pas été accordé par l’immigration a l’aeroport (ils m’ont mis comme date de fin de permis la date d’expiration de la LI, comme ils font apparemment souvent).

    Je veux donc changer la date d’expiration de mon permis de travail et le nom de l’employeur, puis je le faire en faisant le tour du poteau ou dois je passer par un formulaire CIC ?

    Merci d’avance

    Répondre

    • Avatar

      Houston MacDougal

      7 octobre 2014 at 12:05

      Bonjour,
      Changer la date d’expiration a priori non, un JP ne peut excéder 18 mois. Pour le nom de l’employeur, il suffit de faire un tour du poteau avec les documents requis. Si vous souhaitez rester plus longtemps que ne l’autorise votre permis et que vous justifiez d’au moins une année de travail au Québec, faites un PEQ, vous obtiendrez une RP plus vite que tout le monde. Si encore votre emploi fait partie de la liste des professions admissibles au traitement simplifié (liste complète), faites une demande de permis pour travailleur spécialisé dont les documents sont disponibles ici: http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/employeurs/embaucher-temporaire/travailleur-specialise/demarche-simplifiee-etapes.html Cette démarche a l’avantage d’être plus simple que les autres, plus rapide, et vous permettra d’obtenir le précieux sésame pour une durée comprise généralement entre 1 et 3 ans… de quoi vous laisser voir venir.

      Répondre

      • Avatar

        Sebastien

        7 octobre 2014 at 13:06

        Merci !
        Pour ce qui est de la durée de mon permis de travail, les services de l’immigration de l’aeroport ne m’ont pas validé les 18 mois, mais 9, alors que sur mon offre d’emploi il était bien question de 18 mois.
        Mon visa se termine fin janvier alors que mon offre s’étend jusqu’a septembre de l’année d’apres.

        Répondre

        • Avatar

          Houston MacDougal

          7 octobre 2014 at 14:04

          Malheureusement d’autres critères déterminent la durée d’un PVT ou d’un PJP, au premier chef desquels il y a la durée de l’assurance obligatoire: 6 mois d’assurance = 6 mois de permis. Un agent n’est pas infaillible non plus. Nous avons eu le cas d’un pvtiste qui s’était vu remettre un permis de travail avec un lieu d’emploi désigné à Montréal, lorsque doit apparaître la mention « inconnu ». Il ne pouvait donc travailler que dans cette ville alors qu’un PVT est ouvert à l’ensemble du territoire canadien (sauf à exercer un emploi relié aux soins des enfants, à l’enseignement primaire ou secondaire, au domaine de la santé ou encore dans une entreprise liée au commerce du sexe bien souvent). Rien ne coûte de demander une rectification couvrant la durée de votre offre d’emploi initiale, auprès de l’agent qui traitera le changement d’employeur sur votre permis. De toute façon, il en a le pouvoir. Si vous souhaitez changer de permis et continuer sans interruption à travailler avec votre nouvel employeur, au cas où la durée de votre PJP resterait inchangée et au terme de celui-ci, vous pouvez « économiser » du temps en passant en statut implicite.

          Répondre

  6. Avatar

    sarrus

    9 octobre 2014 at 20:38

    Bonjour !

    Pour rebondir sur la solution du tour du poteau pour changer d’employeur en JP.
    Je suis exactement dans ce cas, je me suis fait licencier pour raison économique.
    La question que je me pose n’est il pas trop risqué de faire cette démarche que d’aller directement voir les douaniers pour changer notre JP ?

    Est-il possible que le douanier ne souhaite pas nous faire ce changement et nous retire tout simplement notre visa ?

    Parce que pour le coup on repart une main devant une main derrière, et notre séjour est fini au Canada.

    Quelqu’un a déjà fait cette démarche ?

    Merci pour les réponses et aux personnes qui s’occupent de ce blog.

    Répondre

    • Avatar

      Houston MacDougal

      10 octobre 2014 at 03:05

      Bonjour,
      Cette démarche est sans risque, et à notre connaissance aucun refus n’a été opposé à ceux qui l’ont employée pourvu qu’ils eussent les documents requis et 150$. Un tour du poteau est obligatoire aussi: les agents des services frontaliers (qui délivrent les permis) checkent les entrées au Canada, il faut donc ressortir du pays avant de se présenter à eux. D’ailleurs, tous les changements/modifications de permis se font de la même façon. Concernant la peur du douanier, elle nous habite quoiqu’il arrive, et elle nous touche tous c’est pourquoi il faut s’y préparer. Mais n’oublions pas que ces agents s’ils ont le pouvoir d’interdire, sont surtout là pour autoriser, à plus forte raison lorsqu’on n’a rien à se reprocher. No stress, tout se passera bien 🙂

      Répondre

      • Avatar

        Sarah

        2 février 2015 at 17:57

        Re bonjour,

        Je viens de relire les posts et je dois vous informer que le poste immigration de Montreal n’est pas habilité à faire le changement d’employeur sur un visa Jeune pro.
        Je suis passée par un agent très coopératif qui a essayé de répondre à ma demande en précisant que normalement il ne peut le faire et après 20 minutes d’attente, l’agent a du capituler, n’ayant pas obtenu l’autorisation.
        Donc non il n’est pas possible de modifier l’employeur après un voyage en dehors du Canada en passant par le poste immigration de l’aéroport de Montréal (pour sûr).

        Sarah

        Répondre

        • Avatar

          Alban

          3 février 2015 at 10:27

          Je suis abonné au fil de discussion du coup j’ai vu ton message. Navré pour ta mésaventure mais c’est vrai qu’un tour du poteau par l’aéroport j’aurais pas tenté 🙁 je suis passé par le Maine moi et ça à été nickel! En tout cas j’espère que tout finira par s’arranger. courage 😉

          Répondre

          • Avatar

            Sarah

            3 février 2015 at 20:35

            Hello Alban,

            Merci pour ton message. Je voulais justement savoir si quelqu’un avait récemment changer d’employeur pour son JP en faisant le tour du poteau 🙂
            Donc de ton côté, tu es passé par un poste frontière du Maine, et tout s’est bien déroulé! Cool, je vais tenter la même chose alors. Si t’as tu peux me donner plus d’infos ce serait sympa de ta part (quel poste frontière précisement etc..)
            Merci d’avance!

          • Avatar

            Sarah

            3 février 2015 at 21:23

            Salut,

            Une dernière question: est ce qu’il y’a un délai pour pouvoir changer d’employeur sur son JP? En partant du fait qu’on s’est fait licencié…
            J’ai lu sur des forums 2 mois ou 3 mois. Merci pour vos réponses.

            Sarah

          • Avatar

            Alban

            4 février 2015 at 11:00

            Jackman! Je me rappelle avoir fait un peu de route quand même. Et non, avec un licenciement pour cause économique tu peux embrayer tout de suite ou quasiment. 15j pour moi 🙂 bonne chance!

          • Avatar

            Sarah

            26 février 2015 at 00:08

            Salut Alban et Wilfried,

            Pour clarifier les choses, biens sur que j’avais en ma possession mon nouveau contrat, la lettre d’embauche et donc un new job à mon entrée au canada !

            Je posais la question du délai à titre informative étant donne que je n’ai pas trouvé de réponse sur le net…

            Merci pour vos réponses.
            Sarah

        • Avatar

          Sarah

          4 février 2015 at 14:39

          Salut Alban,

          Ok merci mais je voulais savoir si le JP, après s’être fait licencié, restait valable en période de recherche de nouveau job…est ce qu’il y’a un délai particulier (2 ou 3 mois) pour retrouver un boulot ?

          En tout cas, merci, ton cas me rassure 🙂

          Répondre

          • Avatar

            Alban

            7 février 2015 at 01:10

            Je comprends pas, t’as pas ton nouveau boulot?

          • Avatar

            Wilfried

            9 février 2015 at 13:08

            Normal que ton tour du poteau ait pas marché si t’as pas de nouveau boulot et la lettre d’embauche qui doit aller avec…

  7. Avatar

    Hung

    13 novembre 2014 at 19:41

    Salut,

    Je vais quitter mon emploi actuel pour travailler dans un grand groupe media a Montreal. Je change de travail mais reste dans le meme domaine, le marketing sur le web avec un meilleur salaire.

    Mon PVT finit a la fin du mois et je n’ai pas commence mon JP avec mon ancienne entreprise.

    J’ai contacte EIC pour un changement de LI mais pas de reponse pour le moment .. est-ce jouable de d’aller a la frontiere avec les courriels imprimes des relances au gouvernement + offre d’emploi + lettre de demission pour demander de valider le JP ?

    Répondre

    • Avatar

      Houston MacDougal

      14 novembre 2014 at 00:20

      Bonjour,
      Vous ne semblez malheureusement pas respecter les conditions posées dans la présente démonstration (attestation de licenciement économique), pour obtenir la validation d’un changement d’employeur dans le cadre d’un PJP. Sur la modification d’une LI, nous n’affirmons pas qu’elle soit modifiable, puisque nous ne connaissons pas d’exemple en la matière ni l’éventuelle procédure (voir supra: réponse à Pierre).

      Répondre

  8. Avatar

    Émilie

    20 novembre 2014 at 21:15

    Bonjour,

    Cet article est rassurant mais soulevé des questions. Sur des sites comme immigrer ou même le site de cic il est dit que pour changer les conditions de notre jp (donc y compris si c’est un changement d’employeur) il faut adresser sa demande au centre de vegreville et que les délais sont d’environ deux mois alors qu’ici il est dit que juste avec une attestation de licenciement, d’embauche du nouvel employeur et 150 dollars en faisant le tour du poteau on peut revenir directement travailler pour son nouvel employeur. Donc je ne sais pas sur quelle information me fier… Ce que vous dites a déjà été essayé, ça fonctionne vraiment? Désolé car je ne sais plus vraiment ou donner de la tête avec ces infos différentes..

    Merci d’avance !

    Répondre

    • Avatar

      Houston MacDougal

      21 novembre 2014 at 02:47

      Bonjour Émilie,
      Vous pouvez effectivement adresser une demande de modification à Vegreville en Alberta, en remplissant le formulaire adapté, et en fournissant les mêmes documents puis attendre. Pendant ce temps-là, vous ne pouvez pas travailler pour votre nouvel employeur puisque vous n’avez pas encore reçu de réponse positive, et que votre JP n’est pas encore modifié. Le seul avantage que nous voyons dans de telles formalités, c’est qu’elles vous exonèrent d’un tour du poteau, c’est tout. Concernant la démarche décrite ici, elle fonctionne, et dites-vous bien que si l’agent à la frontière vous refuse cette modification, alors Vegreville la refuserait dans les mêmes circonstances. Il n’y a pas deux poids deux mesures dès lors que les conditions requises pour changer d’employeur avec un PJP sont réunies, que vous passiez par Vegreville ou par un poste frontière. En revanche, vous pouvez gagner du temps, tout du moins, éviter d’en perdre, surtout si vous n’avez plus de travail ou que votre nouvel employeur a besoin de vous tout de suite…

      Répondre

    • Avatar

      Houston MacDougal

      21 novembre 2014 at 12:48

      Merci Lucie de participer au débat.

      Alors, sur le temps de traitement: il s’agit du délai usuel, et nous n’avons encore jamais vu de demande traitée en si peu de temps, en dépit de l’informatisation des procédures. C’était d’ailleurs déjà le cas pour nombre de demandes online traitées à Vegreville. Nous n’avons pas d’exemple confirmant ces 2 ou 3 semaines, mais nous vous assurons que nous corrigerons toute information erronée lorsque ce délai aussi court sera établi.

      Sur l’impossibilité de faire modifier son PJP en faisant un tour du poteau, nous connaissons le bulletin opérationnel 242 d’octobre 2010, qui a trait aux conditions du programme essentiellement (dans sa justification), et qui vise à prévenir les agents à la frontière de tout abus à faire modifier un permis de travail. Nous affirmons qu’il est possible de faire modifier le nom de son employeur sur son PJP, avec la démarche décrite dans cet article: il n’y a pas de modification des conditions du permis de travail, seulement une modification du nom de l’employeur. C’était le cas après le bulletin précité de 2010, et ça l’est toujours jusqu’à preuve du contraire.

      Répondre

  9. Avatar

    Stéphane D

    30 novembre 2014 at 02:02

    Pour ma part et après qu’une avocate spécialisée m’ait expliqué la marche à suivre, j’ai suivi simplement ses indications qui sont similaires à ce qui est décrit ici, en mai au poste de St Armand. On ne m’a pas refoulé et je n’ai pas été questionné plus que ça, la routine je crois.

    Répondre

  10. Avatar

    Alban

    19 décembre 2014 at 11:25

    No Soucy c’est passé pour moi nickel 🙂

    Répondre

  11. Avatar

    Enzo

    9 janvier 2015 at 00:56

    Bonjour,

    Je viens me faire licencier suite à l’assiduité et ponctualité……!

    À votre avis, la raison de mon licenciement posera un problème ou pas ?

    Répondre

  12. Avatar

    Joannie

    9 janvier 2015 at 14:20

    Si tu n’as pas de lettre justificative de licenciement pour raisons économiques ça risque de coincer…

    Répondre

  13. Avatar

    Ronan

    15 janvier 2015 at 17:26

    Bonjour,

    Je me suis fait licencier pour raison économique le 11 décembre 2014. Par chance, j’ai retrouvé un emploi très rapidement et ayant, à ce moment-là, environ un mois devant moi, j’ai soumis ma demande via monCIC.

    Le problème est que le 5 janvier, je n’ai pu commencer mon nouvel emploi car mon permis de travail n’était toujours pas accepté. J’ai donc appelé le CIC et ils m’ont informé un délai supplémentaire d’un mois.

    J’ai donc pris l’initiative de faire le tour du poteau qui malheureusement n’a pas eu de succès. En effet, le douanier m’a dit que pour le programme Jeune pro, il n’était pas possible de faire de changement à la douane.

    Il me vient donc une série de questions, à laquelle j’espère vous pourrais répondre :
    – Mon refus à la douane, est-il lié au fait que l’agent n’était pas un accrédité par le CIC ou un agent de l’immigration ?
    – Le douanier ayant vu ma demande via monCIC, il ne pouvait pas prendre la décision ou faire un permis en parallèle?
    – Devrais-je retenter l’expérience à un autre poste frontalier, si oui lequel et quand?

    De plus, lors de ma demande par internet, j’ai fourni une offre d’emploi n’ayant pas de date de fin, cela est-il un motif de refus étant donné que j’ai déjà une date de fin sur mon permis actuel?

    Merci par avance pour les réponses,

    Répondre

    • Avatar

      Houston MacDougal

      15 janvier 2015 at 18:48

      Bonjour,
      En amorçant déjà une procédure pour régulariser une situation, on ne peut pas en initier une nouvelle concurrente et court-circuiter la première. C’est une question d’unité. Pour un cas identique, vous pourriez vous retrouver avec deux réponses différentes, et une solution en terme d’immigration ingérable (surtout pour vos démarches futures).
      Dès l’instant où vous avez introduit une demande en ligne, vous n’avez plus qu’à attendre la réponse.
      Le terme est un élément qui doit normalement figurer sur l’offre d’emploi, à défaut, elle pourrait être assimilée comme étant incomplète. C’est donc un motif de refus. Cependant, cette appréciation est à la discrétion de l’examinateur, qui décidera de refuser ou non sur la base de cette absence de terme dans l’offre.

      Répondre

      • Avatar

        Sarah

        2 février 2015 at 17:04

        Bonjour,

        Je souhaitais changer d’employeur sur mon Visa Jeune Pro en revenant de mon voyage en France, au point Immigration de l’aéroport de Montreal. J’avais en ma possession les 2 documents et le montant à régler pour se faire mais l’agent qui a été très coopératif en essayant de répondre à ma demande, n’a pas eu l’autorisation de réaliser le changement.
        Ma question est la suivante, si je me déplace à un poste frontière comme tu l’indiques Houston, (en évitant celui dont tu parles) est ce qu’on pourra me faire ce changement d’employeur sur mon visa jeune Pro??
        Je m’interroge parce que d’une part, les agents à l’aéroport m’ont informé que le seul moyen de modifier mon visa était par courrier (sous 60 jours!) et d’autre part, les informations changent tellement quant aux démarches possibles….
        Merci pour ta réponse Houston.

        Sarah

        Répondre

  14. Avatar

    Benoit

    29 janvier 2015 at 08:46

    Bonjour à tous,

    Je cherche des infos concernant mon cas mais sans succès.
    Je m’explique, je suis partis à Montréal en Janvier 2014 via un JP. En Octobre j’ai dû démissionner pour rentrer en France et régler des histoires du passé qui ne faisaient que gacher mon voyage au Canada.
    A présent, mon passé est réglé et je suis donc en France depuis le 1er Novembre avec un JP fermant en Juillet 2015 mais sans plus aucun emploi au Canada

    Ma question, est-il possible de revenir à Montréal ? Etant donné que la date de fin de mon JP est mi Juillet 2015.
    Et sera-t-il donc possible de changer d’employeur ?

    Merci d’avance pour vos réponses, je suis en plein doute et j’espère sincèrement pouvoir repartir…

    Répondre

  15. Avatar

    Nicolas

    30 janvier 2015 at 11:43

    Salut, Moi j’ai un pote qui est rentré en France pendant 6mois au milieu de son jeune pro pour un truc perso lui aussi. Il est revenu au Canada puisque son permis était toujours valable, il s’est arrangé avec son ancien boss qui l’a repris comme si de rien n’était. Alors changer d’employeur je sais pas dans ton cas (faut les bons justificatifs), mais retourner travailler pour ton ancien patron s’il est ok c’est certain ça marche.

    Répondre

  16. Avatar

    Lucas

    20 février 2015 at 22:52

    Bonjour,

    J’aimerais savoir si la nouvelle loi sortant en ce 21 février 2015 concerne les permis JP et si cela change la donne pour la démarche que vous énoncez ci dessus?

    Merci d’avance pour votre réponse!!!

    Voici le lien de la réforme : http://www.cic.gc.ca/francais/ministere/media/avis/2015-02-09.asp

    Répondre

    • Avatar

      Alban

      21 février 2015 at 16:44

      Moi je dirais que ça fait 230$ à l’employeur à payer avant de faire la démarche et c’est tout mais bon, je suis surtout content de pas être tombé sur ce changement qui m’a l’air de compliquer la donne ^^

      Répondre

      • Avatar

        Manuel Sissoko

        8 avril 2015 at 14:30

        Le Canada, ce n’est plus ce que c’était. Rien qu’avec cette nouvelle taxe les employeurs vont se détourner du permis jeune pro pour n’embaucher que des pvtistes, forcément moins chers et dans une situation plus précaire. Changer d’employeur deviendra donc, sinon difficile pour les titulaires du permis jeune pro, au moins inintéressant pour les nouveaux employeurs: pourquoi payer pour un talent qu’on peut avoir juste à côté pour zéro dollar, avec un permis plus long? Ah oui, c’est vrai, le pvtiste n’est pas lié par l’employeur et peut donc changer de travail quand il le souhaite. Mais comme le pvt est un tremplin pour l’immigration aujourd’hui, le pvtiste s’y accroche comme une sangsue à sa job! A moins que vous ne vouliez travailler dans une entreprise perdue en campagne ou une petite ville, ou pire encore, à Saguenay – Lac St Jean ou dans le Grand Nord. Alors à bon courage!

        Répondre

  17. Avatar

    Max

    3 juin 2015 at 10:25

    Bonjour

    Je veux changer d’employeur en cours de jp. Mais les délais de traitements sont toujours de 62jours ce qui rends la chose complexe.

    Savez-vous si cette solution ã la douane est toujours faisable ?
    Faut il nécessairement une lettre de licensiment économique?

    Merci

    Répondre

    • Avatar

      Alban

      3 juin 2015 at 16:32

      Salut je me permets de répondre pour l’avoir fait il y a quelques temps: on passait directement la douane pour rebondir avec son nouveau boss plus rapidement. Pas de délais, c’est géré en direct. Mais pas partout, il y a des postes plus fiables que d’autres. Puisque le jp c’est un permis fermé t’es lié à ton employeur, et il n’y a pas d’autre moyen pour esquiver ça que la lettre de licenciement économique si tu passes par la douane dixit l’avocat de l’époque. Moi je suis passé par le Maine.

      Répondre

      • Avatar

        Mélinda

        25 juin 2015 at 15:40

        Salut Alban,

        Faut-il nécessairement être en situation de licenciement économique pour le faire à la douane?

        MErci

        Mélinda

        Répondre

        • Avatar

          Alban

          26 juin 2015 at 16:34

          Salut Bélinda, c’est en tout cas le justificatif qu’on m’a dit de donner (lettre à l’appui) ce qui correspond avec ce que j’ai lu ici, et je suis passé. Est-ce que ça marche encore, je ne sais pas. Mais on a pas vérifié la véracité du licenciement à la douane, même taff et un permis qui court toujours c’etait cohérent.

          Répondre

  18. Avatar

    Lola

    27 juin 2015 at 14:36

    Bonjour,
    Éducatrice de jeunes enfants à Montréal avec un JP, mon employeur ne tient pas sa promesse d’embauche! Après un mois de boulot à 65h au total, je me retrouve sans emploi…
    Cela fait un moment que je voyage et ma situation financière va de mal en pire. J’ai donc besoin de travailler rapidement et légalement!!!
    Est-ce que des personnes ont réussi à faire un changement d’employeur à un poste frontalier (lequel) et avec quels documents? Quels ont été les frais? Décision immédiate???
    J’ai vraiment besoin d’aide, car ma situation devient urgente :-s
    Merci beaucoup par avance 😉

    Répondre

    • Avatar

      Caro

      28 juin 2015 at 15:31

      Bonjour,

      j’ai tenté cette démarche cette semaine et cela n’a pas fonctionné. L’agent m’a dit qu’il n’avait plus le droit de faire cela… Pas moyen de négocier…
      Il faut que tu fasse une modification de ton permis de travail par MonCic.

      Bonne chance !!

      Répondre

      • Avatar

        Lola

        28 juin 2015 at 15:47

        Merci pour ton expérience. Tu avais pris quoi comme documents? Avais-tu la preuve de paiement de l’employeur? À quel poste frontalier as-tu tenté?
        C’est dommage que cela ne marche plus… Quelle est ta situation et quels sont tes projets?

        Répondre

        • Avatar

          Josée

          29 juin 2015 at 01:48

          Ah oui, assurément, ça serait sympa Caro de nous détailler vraiment tout ça ! 😉

          Répondre

  19. Avatar

    Juliana

    1 juillet 2015 at 15:41

    Je suis pas mal intéressée moi aussi de savoir où tu as tenté et quels documents tu avais!! Merci d’avance 😉

    Répondre

    • Avatar

      Josée

      6 juillet 2015 at 07:42

      Hum… Pas sûre qu’on ait nos réponses. Caro es-tu la?

      Répondre

  20. Avatar

    Joëlle

    15 août 2015 at 02:03

    La marche à suivre:
    – se munir de la TOTALITÉ des documents nécessaires, avec preuve de paiement pour ce qui concerne l’employeur.
    – se rendre à un poste frontière paumé, donc choisissez bien. C’est peut-être le point le plus important.
    – repartir avec ses papiers en règle, heureuse malgré les centaines de kilomètres avalés. Et au pire, on aurait juste fait une grande balade. Il faut savoir prendre des risques dans la vie.

    J.

    Répondre

    • Avatar

      SUZIE

      3 septembre 2015 at 16:56

      Bonjour Joëlle, à quelle frontière as-tu fait ton changement d’employeur??

      Répondre

  21. Avatar

    julie

    29 septembre 2015 at 12:30

    Je suis en jp 2015 et en licenciement pour raison économique. Je m’inquiète pour ma situation quand je lis le forum de pvtiste.net.
    Ici vous présentez la situation différemment. Genre avec seulement une attestation justificative de licenciement pour raison économique, une lettre de promesse d’embauche ( aussitôt qu,on trouve son nouvel employeur), et son passeport/visa JP2015 on se présente à la douane pour modifier son employeur; Est ce encore valable? et si oui à quelle douane routière est-il mieux de se présenter?

    merci

    Répondre

    • Avatar

      julie

      29 septembre 2015 at 12:31

      et peut-on sortir du territoire?

      Répondre

      • Avatar

        Alban

        30 septembre 2015 at 13:46

        Salut Julie, ça marchait avant la réforme moi je l’ai fait, depuis je sais pas. A mon époque, c’est pourtant pas si vieux, mon avocate m’a fait passer dans le Maine. Visiblement, il fallait privilégier des postes un peu « désert ». Je sais pas où tu te trouves mais faut hésiter à faire des kilomètres. Après, le plus prudent, c’est encore de demander conseil à un avocat, la mienne avait même un forfait ou elle pouvait m’accompagner sur sur place pour la démarche, bien sur c’est payant mais c’est une garantie supplémentaire. Si bien entendu c’est toujours valable. J’y suis allé finalement avec ma blonde. Pour sortir du territoire, c’est peut être chaud, après, qui peut savoir que tu ne travailles plus… à toi de voir mais perso je le ferais pas.

        Répondre

    • Avatar

      antoine

      21 janvier 2016 at 11:26

      salut Julie,
      as tu réussi? si oui comment?

      Répondre

  22. Avatar

    alexandre

    4 décembre 2015 at 16:15

    Bonjour,

    petit retour d’expérience, j’ai étais a lacolle avec les mon offre d’emploi et ma lettre de mise a pied et on m’a refusé le changement car selon l’agent il ne font qu’imprimer les visa précédement fournis par CIC

    et j’ai meme failli payer quand meme les 150$ ….

    Répondre

  23. Avatar

    Julien

    8 décembre 2015 at 18:56

    Bonjour à tous,

    Mon copain vient de se faire licencier en jeune pro, mais pas en licenciement économique. Il termine dans deux semaines. Nous cherchons des informations partout mais ne trouvons rien de clair sur un point précis :
    – Sous quel délais doit-il retrouver un emploi après ce licenciement pour pouvoir rester sur le territoire ?

    Merci par avance pour vos réponses !

    Répondre

    • Avatar

      Django

      10 décembre 2015 at 09:24

      Bonjour Julien!
      Je ne saurai malheureusement pas répondre à ta question, mais je t’encourage à la poser directement à un avocat en immigration qui devrait pourvoir t’eclairer. Selon moi, le délai devrait être restreint même ça reste toujours à la discrétion de l’agent qui va étudier le dossier de ton copain. Je ne saurai en dire plus, courage!

      Répondre

    • Avatar

      antoine

      5 janvier 2016 at 16:28

      salut Julien, as tu eu des nouvelles?

      Répondre

  24. Avatar

    Julien

    8 janvier 2016 at 18:38

    Bonjour,

    Oui, apparement ça n’est pas une question de délais. Il ne peut pas travailler sans faire à nouveau valider son permis de travail actuel (avec son nouvel employeur), et son nouvel emploi devra correspondre à celui qu’il occupait précédemment. Mais pas de problème pour rester ici.

    Répondre

    • Avatar

      Django

      12 janvier 2016 at 11:55

      Finalement c’est pas illogique, encore faut-il avoir les moyens de rester le temps des recherches 😉 J’espère en tout cas qu’il trouvera rapidement, si ce n’est pas déjà fait, courage!

      Répondre

  25. Avatar

    Kaio

    20 janvier 2016 at 20:01

    Salut !
    Je suis moi aussi en Jeune Pro, et je crains un licenciement économique d’ici peu (notre investisseur principal c’est fait bouffer, le projet tombe a l’eau).

    Mon JP (théoriquement valable deux ans au max) n’a été validé que pour une année et se termine dans quelques semaines.

    Pensez vous qu’il est possible de se présenter à un poste frontière un peu éloigné pour procéder a un changement d’employeur (en admettant que j’en trouve un autre) et de faire prolonger le nouveau permis à sa durer maximale de deux ans ?

    Répondre

    • Avatar

      antoine

      21 janvier 2016 at 11:27

      apparemment c’est possible mais à la juste appréciation de l’agent.. des nouvelles de ton coté?

      Répondre

      • Avatar

        Kaio

        21 janvier 2016 at 12:46

        Nope, j’en suis pas encore là, mais je préfère me renseigner sur les options possibles au cas ou, effectivement, ma boite ferme :/

        Merci pour ta réponse en tout cas 🙂

        Répondre

    • Avatar

      Floriane

      9 mars 2016 at 14:29

      Bonjour les amis !

      Je lis attentivement vos messages, je suis moi même en JP et j’aimerai changer d’employeur – l’idée de pouvoir se présenter à un poste douanier avec une lettre de licenciment et une nouvelle promesse d’embauche semble tentante et j’aimerai avoir des retours sur vos expériences si vous avez tenté le coup !

      Merci beaucoup ! 🙂

      Répondre

      • Avatar

        Pierre-Yves

        11 mars 2016 at 02:17

        Salut,
        Il y en a beaucoup qui ont fait l’erreur de se présenter avec une simple lettre de licenciement quand elle devait impérativement être pour motif économique. C’est le premier écueil.
        Le second, c’est que tous ceux qui ont tenté les gros points d’entrée se sont lamentablement plantés. Les plus avisés qui sont passés dans les endroits les moins fréquentés et qui n’ont pas hésité à faire des centaines de kilomètres pour ça, ont tous eu nettement plus de chance.
        Et enfin, le troisième écueil, c’est la réforme qui resserre la vis en obligeant l’employeur.
        Cette combine d’avocat, appelons-la par son nom puisque c’en est une, doit toujours fonctionner et dans les conditions identiques. C’est au second écueil que les candidats se vautrent généralement le plus souvent. Vous leur dites: « n’allez surtout pas à Lacolle » et puis bon, on connait la chanson. Mais actuellement il faut dire aussi que les douaniers sont plus rétifs, ils font moins les changements eux-mêmes et se contentent de valider les documents estampillés immigration Canada, c’est pourquoi il faut savoir se montrer persuasif, ce qui est plus facile quand il n’y a pas 50 passeports qui attendent d’être checkés derrière soi.
        Pour conclure, je dirais simplement, bon courage dans toutes démarches, au Canada rien n’est simple.
        A +

        Répondre

        • Avatar

          Floriane

          11 mars 2016 at 22:28

          Merci beaucoup pour ta réponse j’apprécie énormément!
          En parlant d’avocats en connaîtrais tu qui pourrais s’occuper d’un cas comme ça ?
          J’en ai déjà contacté mais ils sont « vierges » de Jeune pros désespérés à la frontière.
          Quittes à prendre des risques autant que je mette toutes les chances de mon côté ☺️

          Répondre

          • Avatar

            Pierre-Yves

            14 mars 2016 at 13:11

            Salut!
            Je reviens, passé la fin de semaine loin de mon cell. Alors oui je connaissais un avocat mais qui n’exerce plus aujourd’hui et puis je n’ai pas autorité à donner son nom, j’en suis désolé. Voici quand même une liste dans laquelle tu peux trouver de l’aide: http://www.aqaadi.com/trouver-avocat/liste-membres/
            Je ne les connais pas, mais dans tous les cas ils devraient pouvoir mieux te renseigner que moi, et il y en a beaucoup.
            Je pense qu’il y aura de plus en plus de personnes dans la même situation que toi, et qu’il y en a de plus en plus, je reste confiant pour que tu trouves celui ou celle qui saura le mieux t’orienter.
            Je te souhaite bonne chance 😉

          • Avatar

            Anonyme

            23 mars 2016 at 18:26

            Aussi, Floriane, comme on est dans le même cas, où en es-tu de ton côté ? Du nouveau ?

          • Avatar

            Gillian

            18 juillet 2016 at 13:30

            Bonjour Floriane,

            As tu fait tes démarches? As tu fait changer ton visa JP?
            Merci d’avance,

        • Avatar

          Anonyme

          23 mars 2016 at 18:25

          Bonjour Pierre-Yves,

          Tu as l’air bien renseigné, j’ai donc quelques questions… j’espère que tu accepteras d’y répondre :
          – Sais-tu si cette technique qui consiste à se rendre à un poste frontière pour faire changer l’employeur sur son JP a fonctionné récemment ? Si oui, quel poste frontière me conseillerais-tu ? Une amie est parvenue à faire ralonger la durée de son JP à Lacolle justement (le douaniers de YUL avait fait une erreure lors de la délivrance, se basant sur la date de fin de validité de la LI), alors que normalement ça n’est pas possible une fois le PVT délivré. J’hésite donc, entre ce que tu dis et ce dont témoigne mon amie, es-tu formel sur le fait que je ne dois pas me rendre à Lacolle car cela diminue réellement mes chances de succes ?
          – uniquement en cas de licenciement économique ? Pourtant on me dit partout que l’on peut faire une demande de changement d’employeur en cas de licenciement, économique ou non. Dans mon cas, mon poste est simplement supprimé. Ou alors le licenciement économique est nécessaire dans le cas où on s’essaye à la frontière, uniquement ?
          – Réforme qui oblige l’employeur ? Tu parles du paiement des frais en amont ou d’autre chose ?
          – Question finale, en quoi aller à la frontière est une combine d’avocats ? Est-ce qu’on se glisse dans un quelconque vide juridique ?

          Merci par avance pour tes réponses, je suis perdue…

          Répondre

          • Avatar

            Pierre-Yves

            29 mars 2016 at 01:27

            Bonjour Anonyme 😉
            Je vais, autant que faire ce peut, répondre à tes questions.
            – 1: Non, mais dans tous les cas, ça dépend dans quelle province tu te trouves. Les petits postes où il y a peu de passage restent les mieux. Je ne comprends pas très bien l’histoire de ton amie, était-ce un JP ou un PVT? En outre, ça n’est effectivement pas possible normalement, mais les agents à la frontière peuvent rectifier eux-mêmes toute erreur. Oui, je suis formel sur Lacolle, ils y sont autrement plus strictes qu’ailleurs et appliquent les directives avec beaucoup plus de zèle car c’est le point d’entrée le plus important.
            – 2: On peut faire une demande de changement d’employeur dans tous les cas, sans avoir la certitude de l’obtenir. Un licenciement économique donne en théorie l’assurance d’avoir une réponse positive, quand on a retrouvé un emploi aux conditions identiques qui ont fait qu’on a obtenu son JP initialement.
            – 3: Je parle effectivement des frais.
            – 4: C’est une combine d’avocat car elle permet de passer outre les formalités administratives, et donc de gagner du temps (alors que l’envoi courrier à Vegreville ou la demande en ligne peuvent prendre plusieurs semaines voire plusieurs mois). Ce n’est pas un vide juridique, le gouvernement fédéral a déjà pu demander à ses agents de ne plus faire eux-mêmes ces changements bien qu’ils en aient le pouvoir. Mais comme dans tous les cas le dernier mot leur revient, il s’agit de miser sur leur bon sens puisque vous obtiendrez votre changement dans l’hypothèse d’une demande de changement après licenciement économique; ou de miser sur la méconnaissance d’une directive (d’où le passage notamment dans un poste peu fréquenté). La technique n’est pas illégale puisqu’il n’est pas interdit de faire une demande de changement « en direct », on peut même faire une demande de permis directement à la frontière sans passer par toutes les formalités qu’on peut connaître, mais ça c’est une autre histoire.

            Voilà tout ce que je pouvais dire 😉

          • Avatar

            Gillian

            18 juillet 2016 at 13:31

            Bonjour « anonyme » 😉

            Quelles sont les postes de douanes que tu recommandes?

Répondre à Joëlle Annuler la réponse.

Voir également

10 incontournables à Brooklyn.

Le plus grand borough de New York méritait bien son petit tour d’horizon de ce que l…