Le jeu de Toc.

toc

Les origines.

Apport√© par les colons poitevins, ou originaires de Mayenne en Nouvelle-France, on trouverait des traces du jeu de toc depuis le XVII√®me. On dit aussi que tout cela n’est que pure gal√©jade et racontars mont√©s de toute pi√®ce. Or donc, si les pr√©quels de ce divertissement sont obscurs, on pense, √† tort, que c’est une r√©interpr√©tation des Petits Chevaux pourtant apparus plus tardivement. En fait, ces derniers sont au contraire une simplification du jeu de toc (tock, ou encore keezen dans sa version flamande) oubli√© de la vieille Europe, mais rest√© tr√®s populaire au Qu√©bec notamment. Et pour nous, c’est donc bel et bien un jeu canadien, puisque si le d√©bat fait rage, nous avons choisi notre camp en alimentant la l√©gende. Il s’agit d’une version plus adulte si l’on reste dans le parall√®le avec les Petits Chevaux, puisqu’une bonne dose de strat√©gie gouverne la partie: des cartes plut√īt que le hasard d’un jet de d√©s.

Le but du jeu.

Rentrer tous ses pions, ou ses billes (4 en tout) dans sa maison en premier apr√®s qu’ils ou elles aient fait le tour complet du plateau, et entonner le chant glorieux de la victoire. √Ä votre convenance pour les vocalises et √† chacun sa couleur. Rep√©rez-vous si vous jouez en √©quipe (se placer √† chaque oppos√©), et n’oubliez pas que la parlotte est prohib√©e.

Les règles.

Chaque ville, région, et même chaque foyer à ses propres règles. Ne criez donc pas au scandale si celles-ci diffèrent sensiblement, voire même radicalement de ce que vos primes souvenirs vous inspirent.

Le matériel.

Un jeu de 52 cartes; le plateau adéquat (existe pour 4, 6 ou 8 joueurs) que vous aurez préalablement customisé. Ou pas. Une famille de quatre pions pour chaque joueur.

Déroulement

Un des joueurs, le donneur, distribue d’abord 5 cartes √† chacun. Elles sont jou√©es une par une jusqu’√† √©puisement. Tout le monde joue une carte √† son tour. Cette premi√®re donne jou√©e, le donneur octroie √† nouveau 4 cartes √† chacun, et ainsi de suite jusqu’√† ce que le paquet soit enti√®rement distribu√©. Puis c’est un autre joueur qui s’en charge, le dernier √† avoir jou√© (configuration 4 joueurs).

Pour débuter la partie, un joueur doit posséder un sorteux (as ou roi, voir infra) pour lancer un de ses pions en jeu.

√Ä chaque tour, vous √™tes oblig√© de poser une carte si vous le pouvez, et ce, m√™me √† votre d√©savantage, comme manger son propre pion ou celui de son co√©quipier. Si vous n’√™tes pas en mesure de jouer une carte en revanche, vous devez vous d√©partir de l’int√©gralit√© de votre main et regarder les autres l’air d√©sol√©. Si vous avez entr√© tous vos pions dans votre maison, vous devez aider votre partenaire: on gagne en √©quipe, n’oubliez pas.

Un pion sur sa case d√©part (case num√©ro 18) est intouchable, et ne peut se faire doubler. Par contre, il peut mourir (si l’adversaire tombe pile dessus).

Il est possible de doubler un pion ennemi, allié ou à soi.

La maison

Contrairement √† ce qu’il est coutume de r√©aliser sur le tour r√©gulier du plateau, les joueurs ne peuvent pas passer par-dessus leurs pions une fois dans leur maison. Ils doivent prendre place selon leur ordre d’arriv√©e.

Valeur des cartes

  • As: le premier sorteux (ou parteux) permet de faire entrer un pion sur le plateau, ou avance de 1.
  • Roi: le dernier sorteux m√™me fonction que le premier sorteux, ou avance de 13 et dans ce cas, il d√©gomme tout sur son passage. On fait place nette sur le Chemin du Roy.
  • Dame: avance de 12.
  • Valet: le switcheux. Il permet d’√©changer n’importe lequel de ses pions avec un autre sur le plateau (sauf un qui est sur la case de d√©part). Il est possible d’√©changer deux de ses propres pions. Sinon, il permet aussi d’avancer de 11 cases.
  • 7: l’√©graineux. Il peut √™tre d√©compos√©, c’est-√†-dire jouer 3 avec un pion, et 4 avec un autre, ou 2+2+2+1 avec tous ses pions.
  • 5: il vous oblige √† faire avancer un pion adverse, celui de votre choix, de 5 cases. Il est possible de lui faire franchir sa case de d√©part, c’est sournois.
  • 4: le reculeux. Il vous oblige toujours √† reculer de 4, donc, si l’on vient de sortir et qu’on se pose un 4 pour ce pion-ci, le tour est presque boucl√©, vous √™tes juste devant votre maison. Attention, il est interdit d’y entrer en reculant.
  • Toutes les autres cartes font avancer de leur valeur.

Distribution selon le nombre de joueurs

  • 2: 2 tours √† 5 cartes, 2 tours √† 4.
  • 3: 1 tour √† 5 cartes, 3 tours √† 4.
  • 4: 1 tour √† 5 cartes, 2 tours √† 4.
  • 5: 2 tours √† 5 cartes, le reste √† la poubelle.
  • 6: 2 tours √† 4 cartes, le reliquat aux ordures.

Notez que des variantes existent dans la structure m√™me du plateau, avec en case 7 un raccourci. Il vous faut alors une carte sp√©ciale pour l’emprunter, puis pour en sortir (as, roi ou 2). On peut jouer avec le joker, qui permet de piocher une carte d√©fauss√©e; ou encore √©changer une carte en aveugle en d√©but de partie avec son √©quipier…

cartes

Enregistrer

Charger Plus dans Morceaux de culture

3 Commentaires

  1. Dolly

    13 juin 2014 at 19:15

    Sympa ce jeu;) nettement plus intéressant que les petits chevaux!

    Répondre

  2. Tony

    7 mars 2015 at 16:52

    C’est plus strat√©gique qu’il n’y para√ģt et nettement plus appr√©ci√© des grands enfants.

    Répondre

  3. Gillou

    24 mars 2015 at 13:08

    Pour les soir√©es o√Ļ il n’y a pas grand chose √† faire c’est une fa√ßon ludique de faire passer le temps…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Vol long courrier: se maintenir en forme.

Traverser l’Atlantique pour se rendre au pays de la feuille d’√©rable, c’…