Sur les traces des vikings à L’Anse aux Meadows.

terre neuve

Un petit bout du monde balayé par les vents, où les côtes accidentées se fondent entre la roche et les tourbières, lorsqu’à l’horizon ils se confondent en Labrador. Qu’elle est loin cette Péninsule Scandinave, qu’elle est loin la terre des ancêtres de ces voyageurs norois qui foulèrent pour la première fois le sol d’un continent inconnu jusqu’alors, et qui le redeviendra plusieurs siècles durant. Cinq, et la venue d’un navigateur génois, Christophe Colomb. Bien qu’une présence autochtone largement antérieure est avérée sur le site, on s’intéressera à L’Anse aux Meadows en tant que colonie viking , et le probable emplacement de Straumfjord des mythiques Sagas du Vinland.

Sur la route du Vinland.

Le Vinland est nom donné par le viking islandais Leif Erikson au territoire qu’il explora vers l’an 1000. Entre légende, tradition orale et mythe, on a souvent voulu savoir jusqu’où les routes empruntées par les norois les avaient menées.

Après plusieurs sites visités et des recherches infructueuses, l’explorateur et docteur norvégien Helge Ingstad se rend à Terre-Neuve, en 1960. George Decker le conduit alors aux monticules couverts d’herbe où il venait jouer dans son enfance. Tout semble mener à ce que l’explorateur veut découvrir, et c’est sa femme, l’archéologue Anne Stine Ingstad, qui dirige les premières excavations entre 1961 et 1968. Elle parvient finalement à démontrer que le site est bel et bien scandinave, et date du 11e siècle (cf Pour aller plus loin, voir infra). L’occupation semble avoir été brève, et la colonie restreinte (pas plus d’une centaine d’individus).

Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1978, le lieu historique national de L’Anse aux Meadows abrite les ruines exhumées d’une colonie viking entière qui date du XIe siècle. Situé à l’extrémité de la péninsule Great Northern, dans l’île de Terre-Neuve, ce site archéologique exceptionnel renferme huit structures en tourbe et à charpente en bois bâtie dans le style des constructions de la même époque que l’on retrouve dans le Groenland norois et en Islande. Il s’agit de trois habitations, d’une forge et de quatre ateliers aménagés sur une terrasse étroite qui domine une tourbière et un petit ruisseau, près des côtes de la baie Épaves, dans le détroit de Belle Isle.

L’UNESCO précise que les vestiges exhumés, ainsi que de très nombreux artefacts, viennent corroborer les récits racontés dans les sagas du Vinland*, lesquels font état des périples de Leif Erikson et d’autres explorateurs norois qui ont traversé l’océan Atlantique depuis l’Islande et le Groenland pour trouver et explorer un nouveau territoire – un jalon remarquable dans l’histoire des migrations et des découvertes humaines.

On pense que L’Anse aux Meadows n’était qu’une étape vers le véritable Vinland, plus au sud, là où pousse le raisin sauvage, où les terres connaissent davantage l’abondance, et qui devait se trouver dans le golfe du Saint Laurent, ou en tout cas plus au sud. Rappelons également que des fouilles sont toujours en cours, de même que l’analyse des découvertes qui y sont faites. L’Anse aux Meadows n’a donc pas encore révélé tous ses secrets sur l’occupation norroise, qui pourrait s’avérer plus longue qu’initialement prévu* (même si celle-ci serait devenue plus épisodique).

Pour aller plus loin: regardez le documentaire « Le mystère du Vinland » réalisé en 1984. Il dure une trentaine de minutes qu’on ne voit pas passer.

*Ce sont deux textes islandais écrits au début du treizième siècle, la Grœnlendinga Saga et la Saga d’Erik le Rouge, ils relatent notamment des récits de voyages entre les Xème et XIème siècles.

viking terre neuve

La colonisation viking

Vers l’an 900, quelques centaines de familles, parties des côtes de Norvège à bord de knorrs (navires de commerce), s’établissent en Islande. Un siècle plus tard, sous le commandement d’Eric le Rouge, leurs descendants continuent leur migration jusqu’au Groenland. C’est à l’orée de l’an 1 000 que les Vikings découvrent l’Amérique du Nord, guidés par Leif Erikson (dit le Veinard, ou le Chanceux).

Certains historiens supposent que ce groupe de migrants (en grande partie des descendants de chefs), poussé à l’exil sous la pression expansionniste du roi Harald Haarfager de Norvège, a fui dans un premier temps vers la Grande-Bretagne et d’île en île, a traversé l’Atlantique Nord en prenant la direction de l’Islande et du Groenland. D’autres se réfèrent explicitement à l’histoire même de Thorvald Arvaldson et de ses descendants, Eric le Rouge (ou le Roux) et Leif Erikson (telle que décrite dans les sources médiévales précitées). Le premier pour échapper à une condamnation pour meurtre se serait établi en Islande, son fils, pour des raisons similaires, aurait quant à lui atterri au Groenland (en 984). Le troisième enfin, le petit-fils du premier (vous suivez?) aurait découvert une terre qu’il aurait nommée Vinland, un peu moins d’une quinzaine d’années plus tard (998).

Ces vikings, ou norois, étaient les seuls à emprunter la route qui traversait la partie nord de l’Atlantique. Des causes différentes pour un résultat identique, c’est en navigant toujours plus à l’ouest que devaient s’offrir à leurs yeux les côtes aujourd’hui canadiennes.

Un site archéologique qu’on peut visiter

Le site archéologique de L’Anse aux Meadows est géré par Parcs Canada, et se visite de fin mai à début octobre. Il est accessible de 9h à 17h (jusqu’à 18h l’été), et un droit d’entrée de 11,90$ par adulte est exigé (10,20 pour les séniors), mais demeure gratuit pour les jeunes de moins de 17 ans.

En outre, un centre d’accueil abritant une exposition relative au site et à ses artefacts a été construit dans les années 1980. Des répliques de trois des habitations, c’est le campement de base qu’on peut visiter, ont été érigées à une certaine distance du site où se trouvent les vestiges des édifices originaux. Ainsi, des guides offrent des visites du site, quand d’autres jouent le rôle des vikings dans les répliques des bâtiments (voir ici). Autour, ce sont des chemins de randonnée aménagés qui vous apportent la promesse d’agréables balades, avec des aires de pique-nique.

Pour s’y rendre: Le lieu historique national de L’Anse aux Meadows est situé à l’extrémité de la grande péninsule nord, 433 km au nord de Deer Lake sur la Route des Vikings (autoroute 430). La Route des Vikings commence à Deer Lake, en bordure de l’autoroute transcanadienne (autoroute 1). À 20 km avant St. Anthony, prenez la route 436; L’Anse aux Meadows se trouve à 30 km.

l'anse aux meadows

Sources: Parcs Canada, UNESCO, L’encyclopédie canadienne, Birgitta Wallace in « Les Scandinaves à Terre-Neuve : L’Anse aux Meadows et le Vinland », voyage.

*Article Lapresse « Les vikings à Terre-Neuve plus longtemps qu’on ne le croyait. »

Crédits photo: (1) drunkphotography.com; (2) Gilmour; (3) Martina Schneider.

Ça vous a plu? Soutenez-nous sur Utip! Visionnez une pub pour Expérience Canadienne. Merci 🙂

Charger Plus dans Terre-Neuve et Labrador

2 Commentaires

  1. Avatar

    Josette

    17 février 2020 at 07:05

    Un lieu historique d’importance pour une Histoire passionnante sur celle de ces explorateurs vikings. À voir absolument quand on se trouve sur ce bout de Canada!

    Répondre

    • Avatar

      Houston MacDougal

      17 février 2020 at 13:59

      Absolument 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Habitat 67.

L’histoire est folle et ne verrait certainement pas le jour à notre époque. Elle naî…