Et si on parlait du blog? Épisode 1.

canada

Et dis donc, Houston? Ça m’a tout l’air d’être un p’tit bilan annuel ce post que tu t’apprêtes à faire. N’avais-tu pas dit que ce n’était pas ton truc, que donc tu ne le ferais pas? T’as menti, t’as pas honte?

Non. La petite voix de ma conscience a complètement raison, les plus assidus également et tous les autres aussi, n’oublions personne, mais je vais le faire sans pression. Et d’ailleurs, cet état des lieux je le présente non pas en fin d’année comme on le fait habituellement, mais à la date anniversaire du blog, du site, comme vous voulez, puisque tout a commencé un mois de février. C’est un premier épisode, on peut donc supposer qu’il y en aura d’autres (au pire je reviendrai changer le titre), mais il n’est pas certain qu’on reprendra le même modèle. Je vais aborder quelques thèmes, pas tous, et vous parler un peu d’Expérience Canadienne, tout simplement.

La question du SEO (Search Engine Optimisation) et du référencement.

Il y a une règle d’or sur les internets, et on la prononce en anglais: « Content is King« . Ce à quoi on s’empresse d’ajouter dans la langue de Molière, « il faut le savoir-faire, et le faire savoir » puisqu’il ne sert pas à grand-chose de produire de la qualité s’il n’y a aucune résonance à cette qualité. Bah oui, t’as beau être le meilleur humoriste, tu ne feras rire personne si la salle est vide. Et nous alors? Comment se positionne-t-on par rapport à ça, faisons-nous réellement des efforts en terme de SEO, et travaillons-nous à nous faire connaître?

La réponse est non. Question de compétence d’une part, ça n’est pas notre domaine d’expertise, et de temps d’autre part. On pourrait se former, ou faire appel à des spécialistes en la matière, mais force est de constater que c’est un investissement qui n’est pas à l’ordre du jour. On avance, à vitesse modérée, mais on avance.

Les réseaux sociaux.

Les chiffres sont un peu l’illusion d’une forme de popularité. On bâtit une communauté autour de soi, c’est-à-dire un projet, un site, un blog, ou simplement une personnalité, et on essaye de la faire croître et de la faire interagir. Cette communauté c’est le nombre d’abonnés, le nombre de comptes qui « aiment » votre page, votre profil, et plus il y a d’interactions avec vos publications plus vous êtes visible et glissez vers ce qu’on appelle aujourd’hui l’influence. Voilà, je t’influence paraît-il (en sait que c’est faux) à raconter des conneries quand ça m’arrive, et nous sommes vous et moi plus d’un millier.

D’accord, très bien. Et dans le cadre d’Expérience Canadienne ça donne quoi concrètement?

Pas grand-chose, décidément.

Je n’ai jamais vu les réseaux sociaux autrement qu’à l’appui, au service, du site. Rien d’autre. J’ai eu, au début, la tentation de m’y investir pleinement, « le faire savoir » dont je parlais plus haut, mais j’ai rapidement vu la dérive que prenait Facebook notamment, puis Insta, à faire payer pour être visible de sa propre communauté. Énergivores, chronophages, ils peuvent vous éloigner de votre objet premier ces maudits réseaux. Je fais donc une publication par semaine, au mieux, sur le bientôt mort Facebook. Avant, il y en avait beaucoup plus pour un nombre de rebonds sur Expérience Canadienne pas vraiment probant. Je reste très attaché quand même aux séries « Ce que le Canada à offert de mieux/pire » et « L’art de rue – Made in Canada », exclusives sur la fanpage du blog.

Quant à Twitter… 10 abonnés à tout casser. Je ne tweete pas (sauf à chaque nouvelle publication), ceci explique peut-être cela. Idem, Pinterest ne prend pas d’abonnés, mais beaucoup de photos sont épinglées à leur tour.

La ligne éditoriale.

On reste sur le Canada, et on traverse la frontière parfois pour se rendre à New York, ça ne change pas. Je marche à l’envie, pas au buzz. Je connais les thèmes susceptibles de bien fonctionner en terme de vues, mais je m’en fous, ça aussi ça ne change pas. Le contenu à proprement parler peut toutefois varier sensiblement quant à la façon dont les sujets sont traités.

J’ai voulu, par exemple, dans Ma Putain sur Ontario, inspirée des prostituées que l’on croise dans la rue du même nom, parler de la prostitution à Montréal. Je l’ai fait sous forme de poème, mais également sous la forme d’une déclaration d’amour, violente me précise-t-on, mais peu importe. Certains m’ont dit dans le privé ne pas avoir compris ni le fond, ni la forme, et encore moins la démarche. Tant pis, je l’ai fait sans porter de jugement sur le sujet et je m’attendais à ce genre de réactions, mais à mes yeux ce texte s’intègre parfaitement aux Chroniques de Houston MacDougal, qui restent des tranches de vie avec un noyau réel, vécu. C’est forcément moins lisse, plus rugueux.

Cet exemple montre que j’ai toujours envie d’expérimenter, essayer, et Expérience Canadienne est un lieu qui s’y prête bien puisque c’est chez moi.

Vos 5 articles préférés (peut-être pas, mais au moins les plus lus) de l’année.

  1. 10 musées de Montréal gratuits. De très loin (12% des vues totales du site sur un an), il a explosé cette année, grâce ou à cause certainement de la mise en place par le Ministère de la Culture et des Communications, de la gratuité le premier dimanche de chaque mois de plusieurs institutions muséales québécoises. Et comme Montréal est une place forte de la culture au Canada…
  2. S’informer: les prises électriques au Canada. Qu’on s’expatrie ou que l’on vienne simplement visiter le pays à la feuille d’érable, c’est une question qu’on se pose nécessairement. C’est donc plutôt logique de le retrouver là, d’autant que c’est un des premiers billets du site. Il a donc eu le temps de s’installer.
  3. Se rendre à New York depuis Montréal. Cet article marche de mieux en mieux, j’imagine pour les mêmes raisons qui m’ont poussé à entreprendre le trajet Montréal – New York, d’une manière ou d’une autre, avec le besoin de trouver quelques infos sur le sujet.
  4. Conduire au Canada avec un permis français. Comme pour les prises électriques, je ne vois pas d’autre explication.
  5. 6 musées gratuits à Ottawa. Je le soupçonne d’être le premier billet du genre concernant Ottawa et la gratuité de ses musées, d’où sa popularité. Son référencement serait-il bon?

Une pluie de réactions, les 3 articles les plus commentés de l’année.

  1. Le statut implicite. C’est une notion qui peut paraître complexe de prime abord, elle renvoie surtout à une situation pas toujours très claire pour ceux qui s’apprêtent à la vivre, ce qui peut faire peur. D’où nombre d’interrogations et de questions posées sous cet article. J’aime d’ailleurs l’entre-aide qui s’y est développée.
  2. Échanger son permis de conduire canadien en France. Doit-on y voir un nombre accru d’expatriés qui rentrent en France? On n’en sait rien!
  3. Cinq ans déjà! Nul doute que ce présent billet devrait avoir son lot de commentaires suffisants pour se retrouver dans l’épisode 2. C’est souvent le cas avec les articles « bilan » qui ont une visibilité brève, mais intense, comme ces Cinq ans déjà! Là, ça fait six!

Qui êtes-vous, d’où venez-vous?

J’ai simplement voulu faire un comparatif avec le 100ème billet qui a aujourd’hui presque 4 ans, voir l’évolution s’il y en a une. J’utilise Analytics là encore, je ne change donc pas d’outil puisque selon les plugins les résultats diffèrent, on fait donc comme à l’origine.

Côté pays, vous venez toujours de France, du Canada et des États-Unis pour le podium, mais dans le désordre cette fois-ci. Le Canada est largement en tête, avec presque 50% des lecteurs et ça, je ne m’y attendais vraiment pas. Pour les villes, Montréal prend la tête (21%, c’est fou!), suivi de Paris (10%), puis la capitale, Québec (4%). Ma ville de cœur, Lyon, glisse à la 8ème position, ce qui en fait la seconde ville française du top 10 où toutes les autres sont canadiennes.

Deux petits chiffres à la date anniversaire.

Pas besoin de détailler tous les autres pour juger de combien on pèse dans le game puisque ça n’a pas vraiment d’importance. On en livre deux, c’est amplement suffisant.

32, c’est le nombre d’articles publiés ces douze derniers moi. Et 24.000, la moyenne d’articles consultés par mois depuis un an (35.000 en janvier 2019), ça monte.

  • 5 years

    Cinq ans déjà!

    On y est, 5 piges. L’année prochaine c’est le Cours Préparatoire pour apprendr…
  • anniversaire

    Deux ans d’Expérience!

    Pas d’intro, on souffle les bougies direct et on mange le gâteau. Un p’tit bil…
  • 100

    100ème billet: le bilan!

    Nous ne le ferons pas toutes les centaines mais là, on s’est dit que ça serait sympa…
Charger Plus dans ACCUEIL

7 Commentaires

  1. Avatar

    Tango Charly

    1 février 2019 at 09:20

    J’aime assez, et puis c’est réalisé avec franchise. Belle augmentation sur 12 mois malgré l’absence d’implication sur le SEO. Votre referencement naturel ne doit pas être si mauvais que ça! Bonne continuation en tout cas 🙂

    Répondre

    • Avatar

      Aymeric

      2 février 2019 at 10:41

      Peu de valeur ajoutée les réseaux sociaux, ça fait assez de temps que le site existe et je trouve que vous êtes suffisamment installé pour perdre du temps avec ça. Enfin je trouve.

      Répondre

  2. Avatar

    Aurélie

    2 février 2019 at 12:12

    Je trouve ça très cool moi et puis ça rend tout ceci moins impersonnel, ça me plaît. Bonne route Expérience Canadienne 🙂

    Répondre

    • Avatar

      Houston MacDougal

      3 février 2019 at 12:12

      Merci à tous!!

      Répondre

  3. Avatar

    Oda

    7 février 2019 at 15:51

    Ah ah! Facebook is dead, j’approuve 🙂

    Répondre

    • Avatar

      Renaud

      9 février 2019 at 07:12

      Clair, mais pas encore tout à fait, ça cuit toujours le coup s communiquer un peu dessus

      Répondre

  4. Avatar

    Angélique

    15 février 2019 at 11:46

    Moi j’aime bien et je lirai avec attention l’épisode 2, puis les autres en espérant qu’il y en ait le plus possible 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Voir également

On the road: la Klondike Highway.

Reliant Skagwaw en Alaska, à Dawson City au Yukon, la Klondike Highway a des airs d’…