S’informer: comment gagner du temps à la frontière aéroportuaire.

inspection primaire

Imagine avoir passé 8h dans l’avion, sans compter les 3h minimum où t’as poireauté avant d’embarquer, arrivé à destination tu n’as plus qu’une envie, récupérer tes bagages et t’en aller. Mais regarde, ils sont déjà 500 dans le hall à vouloir faire comme toi. La file est interminable devant les services frontaliers. C’est l’embouteillage, la panique t’envahit, vas-y, respire, parce qu’il serait grand temps de se mettre au yoga.

Ou bien.

Si vous arrivez à l’un des aéroports internationaux les plus fréquentés du Canada, vous pouvez désormais confirmer votre identité et remplir une déclaration à l’écran au moyen d’une borne d’inspection primaire. Fendons-nous d’une expression à la con: « Hé oui, on n’arrête pas le progrès! »

Comment ça fonctionne?

Il faut téléchargez l’application mobile Déclaration électronique de l’ASFC, FrontièreCan. Elle serait, selon l’Agence:

  • Rapide, simple et sécurisée.
  • N’entrepose que des informations non confidentielles.
  • Permet de créer une déclaration pour un maximum de cinq personnes avec le même lieu de résidence.
  • Réduit le délai de traitement à une borne d’inspection primaire jusqu’à 50 % à l’arrivée.

Une fois l’application téléchargée, il n’est pas nécessaire d’être connecté à Internet pour remplir sa déclaration, ce qui permet de compléter cette étape en « mode avion » avant d’atterrir. Pour ceux qui l’ont connue, la carte de déclaration E311 qu’il fallait autrefois remplir avant l’atterrissage n’est plus qu’un lointain souvenir. Vous créez alors un profil de voyageur, puis, avant d’arriver dans l’aéroport muni de bornes (voir infra), sélectionnez «Ma déclaration» et répondez aux questions pour créer un code de réponse rapide (QR code).

À l’arrivée au Canada, balayez votre QR code à une borne d’inspection primaire ainsi que le document de voyage. Prenez une photo (reconnaissance faciale), c’est nécessaire, et confirmez votre déclaration à l’écran avant de remettre le reçu de la borne à un agent des services frontaliers.

Qui ne peut pas utiliser ces bornes?

Les voyageurs suivants seront aiguillés vers un agent des services frontaliers aux fins de traitement en personne :

  • les mineurs non accompagnés;
  • les voyageurs ne possédant pas de document de voyage lisible à la machine.

L’estampillage des passeports des résidents permanents et des ressortissants étrangers

  • L’ASFC n’estampille plus tous les passeports dans les aéroports ayant des bornes d’inspection primaire. Fini le petit tampon pour se la péter et c’est bien dommage. S’il n’est en réalité pas très joli, ça fait toujours un petit quelque chose, un souvenir.
  • Si vous avez besoin d’un timbre dans votre passeport en tant que preuve de votre passage au Canada, vous devez  demander un timbre à un agent des services frontaliers après avoir effectué la transaction à la borne.
  • Si votre passeport n’est pas estampillé, vous n’êtes autorisé à rester au Canada que pendant un maximum de 6 mois à partir du jour où vous êtes entré au Canada, ou jusqu’à l’expiration de votre passeport, selon la première éventualité.
  • Toutefois, si l’agent des services frontaliers autorise une période de séjour d’une autre durée, soit plus ou moins de 6 mois, l’agent pourrait vous émettre un document et devrait estampiller votre passeport indiquant la date à laquelle vous devez quitter le Canada.

Comment utiliser les bornes

Jusqu’à cinq voyageurs ayant le même lieu de résidence peuvent utiliser une borne ensemble.

  1. À la borne :
    • Balayez votre document de voyage.
    • Prenez votre photo.
    • Répondez à quelques questions pour terminer votre déclaration.
  2. Présentez votre reçu de la borne à un agent des services frontaliers.

Nous, comme on a un peu l’esprit de contradiction, on se demande si ça n’est pas un moyen de déplacer la file d’attente de devant l’agent des services frontaliers, à devant les bornes d’inspection primaire. N’empêche, on note le geste pour la planète et l’abandon du papier pour le numérique.

Où se trouvent les bornes?

Elles ont été installées dans les principaux aéroports du pays pour le moment, à savoir:

  • Aéroport international de Vancouver – YVR
  • Aéroport international d’Edmonton – YEG
  • Aéroport international Richardson de Winnipeg – YWG
  • Aérogare 3 de l’Aéroport international Pearson de Toronto – YYZ
  • Aéroport Billy Bishop de Toronto – YTZ
  • Aéroport international d’Ottawa – YOW
  • Aéroport international Montréal-Trudeau – YUL
  • Aéroport international Jean-Lesage de Québec – YQB
  • Aéroport international Stanfield d’Halifax – YHZ

Inquiétudes pour la vie privée et la protection des données.

Certains médias ont pu soulever les craintes suscitées chez une partie de la population, comme dans cet article d’Ici Nouvelle-Écosse, à propos de l’adoption de la déclaration électronique dans l’aéroport d’Halifax. Comme plusieurs autres technologies, l’initiative de déclaration électronique soulève des interrogations quant à la collecte et à l’utilisation des données personnelles des citoyens. David Fraser, avocat d’Halifax spécialisé en matière de technologies et de protection de la vie privée, n’est pas rassuré par la déclaration électronique.

« Je n’installerais jamais, pas en un million d’années, une application de l’Agence des services frontaliers du Canada sur mon téléphone. Ils sont une agence chargée de l’application des lois, ils disent déjà que nous ne devons pas espérer que notre vie privée soit respectée à la frontière, je n’ai pas confiance en leur capacité à faire preuve de retenue une fois qu’ils sont dans mon téléphone via une application. »

À vous de faire votre choix.

Source: Agence des Services Frontaliers.

Crédits photo: Stéphanie Blanchet.

Charger Plus dans Avant de partir

Laisser un commentaire

Voir également

La station baleinière basque de Red Bay.

Classée lieu historique national du Canada en 1979, et inscrite au patrimoine mondial de l…