Tourtière québécoise: la recette.

pâté de viande

On se penche cette fois sur un classique des repas de fêtes, pour une spécialité bien québécoise qui s’accorde avec l’hiver sans pour autant coller à l’estomac. C’est un peu gras quand même, d’accord, mais il faut bien se réchauffer l’âme et le corps quand on a froid. Ça n’est pas très veggie non plus, même pas du tout puisque la tourtière est le miroir du pâté à la viande* où l’origine de ce mets confinerait, semble-t-il, les plus esthètes à de la guéguerre sémantique, un peu comme la fondue savoyarde en réalité belle et bien suisse, tout le monde le sait.

Je me rappelle le Loblaws (aujourd’hui Provigo) rue Rachel à Montréal, et ces grandes « tartes à la viande » dans leur boîte en plastique qui n’auront jamais été à la hauteur de cette présente recette. On prêche un peu pour notre paroisse, en même temps de la tourtière acheté en épicerie… Allez, aux fourneaux.

Les ingrédients.

Cette liste vaut pour deux tourtières parce qu’après tout c’est un plat qui se partage et comme on dit, plus on est de fous…

  • 1 cuillère à soupe d’huile végétale
  • 1 gros oignon émincé, ou plusieurs de plus petite taille, on s’adapte
  • 225 g de porc haché mi-maigre
  • 450 g de bœuf haché mi-maigre*
  • 225 g de veau haché*
  • 250 ml de bouillon de poulet (certains préfèrent le bouillon de bœuf)
  • Sel et poivre
  • 4 abaisses de pâte à tarte brisée
  • 1 œuf
  • 1 cuillère à soupe de lait
  • 1 grosse pomme de terre (check les conseils par après). Question de goût et d’envie, il est possible d’en mettre plusieurs coupées en petit cube, ou d’en faire une purée
  • 1 à 2 cuillères à soupe de mélange d’épices, à savoir: ½ cuillère à soupe de cannelle, ½ cuillère à soupe de noix de muscade, ½ c. à soupe de clous de girofle moulus, et une cuillère à soupe de sarriette
  • 1 gousse d’ail haché

*Note: au Canada la viande est grasse, ultra grasse même. Du mi-maigre correspond à 20-25% de matière grasse, ce qui est difficile à trouver en France où la norme est davantage sur du bœuf haché à 5 ou 15% de matière grasse (idem veau). Sois curieux, mange dont ça, on l’a lu… Ce qui est sûr en revanche, c’est qu’il faut du gras pour que la tourtière ne soit pas trop sèche, agissez donc en conséquence. Karadoc vous regarde, il nous regarde tous.

Attention, il existe des variantes sans les 3 viandes précitées, uniquement à base de canard, ou encore avec du poulet à la place du veau, voire du gibier quand c’est jour de fête. Il y a la façon Saguenay, la variante de l’Île d’Orléans, la tradition de la région de l’Outaouais, faites votre choix.

La préparation.

  1. Préchauffez votre à 180° et décidez d’ores et déjà si vous souhaitez vous orienter vers une version premium.
  2. Dans une casserole, faites revenir les oignons dans l’huile. Incorporez les viandes hachées et faites brunir pendant environ 5 minutes. Incorporez l’ail et les épices.
  3. Ajoutez tout le bouillon et laissez mijoter à feu doux, avec le couvercle, pendant une heure. Tout le liquide doit être absorbé par la viande. S’il en reste trop, terminez la cuisson sans le couvercle. Laissez brunir/cuire la viande quelques minutes de plus, en ajoutant quelques gouttes d’huile ou une noisette de beurre si c’est trop sec.
  4. Ajoutez la (les) pomme de terre en la (les) mélangeant bien, et laisser refroidir complètement.
  5. Foncez deux plats à tarte, puis répartissez le mélange de viande, et recouvrir le tout avec une autre abaisse.
  6. Pratiquez quelques entailles sur l’abaisse du dessus (les plus ingénieux opteront également pour une cheminée en papier d’alu en son centre) et badigeonnez avec le mélange d’œuf battu et de lait pour obtenir une texture dorée.
  7. Cuire à 190° pendant 40 à 50 minutes, ou jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée.
  8. (Optionnel) Versez un peu de sirop d’érable (on est au Québec, voyons!) sur la tourtière à la sortie du four.

Les conseils culinaires de Houston MacDougal, ou la version premium (en toute modestie).

Certains disent d’ajouter des pommes de terre, d’autres non. Certains disent d’en ajouter en dés, certains disent en purée. Pour nous c’est purée  d’abord d’un point de vue esthétique. Des carrés de patates ce n’est pas ce qu’il y a de plus sexy, et en avec les oignons vous verrez ça passera mieux. Oignon, ail et pomme(s) de terre en dés seront alors mixés dans un robot ménager jusqu’à ce qu’ils soient hachés finement. Une bonne purée quoi, qui fera office de liant et s’intégrera mieux au plat. Évidemment, c’est comme ça que je préfère, ça n’engage donc que moi. J’adapte donc le 2, 3 et 4 de la préparation.

Pour finir, de grâce, ne la consommez pas avec du ketchup!

*Article Lapresse: Tourtière ou pâté à la viande?

Crédits photo: salyso.

 

Ça vous a plu? Soutenez-nous sur Utip! Visionnez une pub pour Expérience Canadienne. Merci 🙂

Charger Plus dans Morceaux de culture

4 Commentaires

  1. Avatar

    Tintin

    25 juillet 2019 at 09:48

    Déjà mangé. C’est lourd mais ça cale bien!

    Répondre

    • Avatar

      Bertrand

      25 septembre 2019 at 14:00

      Faut un bon assaisonnement c’est le secret

      Répondre

      • Avatar

        Houston MacDougal

        27 septembre 2019 at 18:57

        Comme souvent 😉

        Répondre

  2. Avatar

    Alice Mirgan

    27 novembre 2019 at 09:52

    C’est bon mais pas ouf non plus…

    Répondre

Répondre à Tintin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Montréal, l’hiver en festivals.

J’ai rarement vu de ville plus active culturellement que Montréal, et pour être tout…