Faire du WWOOFing au Canada.

wwoofing

Réaliser des vacances solidaires à moindre coût en devenant volontaire dans l’agriculture biologique, c’est possible et c’est un concept qui a fait ses preuves.  On l’effectue aujourd’hui très facilement en faisant du WWOOFing. Pas besoin de se triturer l’esprit à outrance, d’autres avant vous ont eu envie de concilier découverte, engagement solidaire et volontariat, voyage et boulot à la ferme dans le cadre de leurs aventures. Et justement, le WWOOFing consiste en travailler quelques heures par jour en échange du gîte et du couvert. On fait donc des économies et on dépense peu d’argent (si ça vous parle, c’est qu’il s’apparente à l’HelpX que vous connaissez sûrement déjà). Le reste du temps, faites ce que bon vous semble! Et ça, c’est possible au Canada depuis 1985. C’est donc un moyen idéal de faire des économies en voyage, mais aussi de vivre de belles expériences

Le principe du WWOOFing et son origine.

L’acronyme WWOOF signifie littéralement World-Wide Opportunities on Organic Farms, c’est-à-dire « opportunités dans des fermes biologiques du monde ». Le concept est né à l’automne 1971 en Angleterre, sous l’impulsion de Sue Coppard. Elle entendait proposer aux citadins comme elle, l’opportunité de se mettre au vert tout en soutenant l’agriculture biologique en mettant la main à la pâte. Contre quelques services dans les campagnes, les fermes, on serait logé et nourri. De quelques groupes restreints de personnes les fins de semaine, le mouvement s’est rapidement amplifié pour devenir mondial.

Plusieurs valeurs sont mises en avant, comme la tolérance et la générosité, l’échange aussi. Vous partagerez la vie de votre hôte le temps d’une expérience, et votre rôle sera de vous adapter à ce nouveau rythme, travailler quelques heures par jour dans la ferme biologique (pour divers travaux) en échange d’un toit et d’un repas. Si toutes les expériences ne se valent pas, il y aura toujours énormément de positif à en tirer. C’est notamment une façon originale de s’immerger au Canada, partagez différents savoirs et connaissances.

attention Aucun échange monétaire n’a lieu entre l’hôte et le WWOOFeur, vous faites du bénévolat. « Les WWOOFeurs ne reçoivent aucune rémunération ou allocation quotidienne en échange de leurs services. Chacun des hôtes WWOOF organise son propre emploi du temps, ce qui veut dire que le nombre d’heures que vous aurez à travailler dépendra de l’hôte que vous choisirez. » Mais là encore, il faut faire attention puisque vous travaillerez à temps partiel et certainement pas à temps plein.

Résumons: vous aidez aux travaux dans une ferme biologique, et en échange de cette aide on vous accueille gratuitement et on vous offre le gîte et le couvert. Pendant votre temps libre puisque vous ne travaillez pas la journée complète, vous faites ce que bon vous semble, car après tout, vous êtes en vacances.

Le WWOOFing comment ça marche?

Il vous suffit de rejoindre le site internet WWOOF Canada tout simplement pour vous inscrire, régler les formalités ainsi que les frais d’inscription. Une fois votre inscription finalisée, vous aurez accès aux 857 fermes du pays avec leurs coordonnées. Il s’agira de bien choisir votre ferme et de donner envie à vos futurs hôtes de vous accepter.

Pour chacun de ceux-ci, vous aurez donc accès à un bref descriptif de l’exploitation, mais ce qui sera attendu du WWOOFeur, c’est-à-dire les tâches à effectuer. A vous de jouer, vus devrez alors contacter vos futurs hôtes pour discuter des conditions de travail et d’hébergement, et avant toute chose pour savoir s’il reste de la place!

Le coût de l’abonnement pour un WWOOFeur est de 50$  ou 75$ pour un compte joint, et reste valable pendant deux ans à partir de la date d’abonnement. Ajoutons qu’il est est fortement conseillé de souscrire à une assurance relative à ce volontariat (qui couvre le WWOOFing: risque d’accident, maladies…) pendant votre séjour, mais, et c’est la bonne nouvelle, vous serez dispensé de l’obtention d’un permis de travail si vous respectez certaines conditions qu’on a détaillées tout spécialement. Maintenant si vous avez un PVT, oubliez ces conditions puisque vous détenez le sésame.

Quel profil de WWOOFeur?

Il n’y a pas de profit type pour devenir WWOOFeur, il faut aimer la terre, le terrain, ou désirer ce retour à la terre. Vous devrez toutefois faire preuve d’adaptation et ne pas rechigner à la tâche, même si celle-ci est répétitive et rébarbative, comme désherber ou planter des clous. Parfois, ça sera très physique. Ne soyez pas non plus effrayé par un confort minimaliste pour ne pas dire minimal, voire inexistant parfois puisque vous ne serez pas à l’hôtel (mais ce doit être convenu avec votre hôte, pas de mauvaise surprise sinon fuyez). Pas de wifi? Va dehors, parle aux gens! Soyez curieux, travailleur, volontaire, faites preuve d’implication. Vous vous apprêtez à vivre une expérience unique, vous en reviendrez plus riches, partagez véritablement la vie de vos hôtes et participez aux tâches quotidiennes. Ayez les bases pour communiquer en anglais si vous entreprenez de faire du WWOOFing dans une province anglophone du Canada.

Quelques conseils.

  • Prenez le temps de choisir votre hôte, et faites en sorte qu’il vous choisisse (on personnalise sa demande, ok?). D’ailleurs, interrogez-vous sur l’expérience que vous souhaitez vivre, où vous souhaitez la vivre et ce que vous êtes prêt à faire ou pas. Avec ça, trouver un hôte qui correspond à vos attentes sera facilité.
  • Échangez avec votre futur hôte, ne soyez pas avare de questions, et mettez-vous clairement d’accord sur ce qu’il est attendu de votre travail (que vous ferez de bon cœur). Ne partez pas la fleur au fusil.
  • Une fois sur place, vous restez libre de refuser quelque chose qui n’était pas prévu et qui vous dérange, quelque chose qui est dangereux, etc. D’ailleurs en cas de problème, rappelez-vous que rien ne vous retient. Vous êtes bénévole, pas salarié. Par contre, expliquez les raisons de votre départ.
  • Impliquez-vous et communiquez au maximum avec votre hôte. Partagez.
  • Consultez la FAQ de WWOOF Canada, elle est riche de renseignements.
  • Enfin, kiffez. Profitez de chaque expérience.

Une petite vidéo sympa. Le début est tapageur, mais ne vous laissez pas impressionner ou rebuter, ce qui compte, c’est la suite (c’est en anglais).

Lien utile: WWOOF Canada.

Crédits photo: Kessner Photography.

Charger Plus dans Expatriation

Laisser un commentaire

Voir également

Opodo: récit d’une mésaventure.

Il y a quelques années, mon PVT en poche, j’achète mon billet d’avion directio…