Le VIE: Volontariat International en Entreprise.

network

Instauré par la loi du 14 mars 2000, ce VIE permet aux entreprises françaises de confier à un jeune, homme ou femme, jusqu’à 28 ans, une mission professionnelle à l’étranger durant une période modulable de 6 à 24 mois, et renouvelable une fois dans cette limite. Il s’agit donc d’un volontariat professionnel et professionnalisant qui peut déboucher, ce n’est pas rare, sur une véritable embauche dans l’entreprise où vous aurez effectué votre mission.

Ainsi, par le biais du VIE, vous vous engagez pour le compte d’une entreprise française à l’étranger. Les missions sont très diverses, allant du renforcement des équipes locales à l’étude de marché, en passant par l’accompagnement d’un chantier, mais pas que…

Les conditions de participation.

Comme le VIA, vous devez être âgé de 18 à 28 ans et partir en mission au plus tard le jour de votre 29ème anniversaire ; être de nationalité française ou européenne, et être en règle avec les obligations de service national de votre pays. Pour la France, ça veut tout simplement dire avoir fait votre JAPD (journée d’appel).

Au regard de l’extrême spécialisation des missions proposées, bien qu’aucun critère de niveau d’étude n’existe, vous devrez néanmoins être titulaire d’un beau diplôme. Un bac +5, telle est la norme. Soyez conscient que seulement 10% des missions confiées à des jeunes en VIE, le sont pour un niveau d’étude bac+2.

Pas de vérité absolue là encore, vous pouvez mettre en avant votre expérience si vous n’êtes pas surdiplômé. Mais j’insiste, 10%, c’est peu.

Vous aurez probablement une visite médicale à passer également.

L’inscription et la recherche d’une mission.

La procédure d’inscription se fait exclusivement en ligne via civiweb. Vous devrez préciser votre identifiant défense et renseigner diverses informations (diplôme, niveau de langue, expérience professionnelle, préférence de zone de volontariat et du type de mission…). Cette inscription est nécessaire pour postuler aux annonces.

Une fois cette démarche accomplie, vous recevrez un numéro de volontaire international. Gardez-le.

L’avantage du VIE, c’est que vous pouvez contacter directement les entreprises, et faire des candidatures spontanées. Beaucoup d’offres sont également accessibles sur le site civiweb, mais aussi sur celui de Pôle emploi international puisque ce dernier soutient ce dispositif géré par Business France.

En effet, pour être considéré comme volontaire à l’étranger, une convention doit être conclue entre l’entreprise et Business France, puisqu’elle détermine les conditions d’accomplissement du volontariat. Votre entreprise devra donc prendre contact avec cet organisme gestionnaire afin que soit validé votre dossier.

Indemnisation et avantages.

Vous toucherez une indemnité fixe de 660€, plus une part variable la faisant grimper, au total, dans une fourchette comprise entre 1200 et 3200€. Pour le Canada, votre indemnité s’élèvera à 1600€ nets par mois.

Pas de charge sociale, pas d’impôt sur le revenu concernant cette rémunération (sinon, cette imposition est réglée par votre structure d’accueil).

Le transport vers votre lieu de destination sera à la charge de votre entreprise d’accueil. Il est possible aussi que vous receviez des aides ou prestations pour vous loger et vous équiper.

Crédits photo: geralt.

Charger Plus dans Expatriation

4 Commentaires

  1. Sandrine

    25 septembre 2015 at 17:11

    C’est sympa le VIE, mais très clairement je pense qu’avec les permis disponibles dans les programmes d’echange France/Canada (pvt et autres) on a plus de chance et de facilité pour se faire une expérience internationale autrement qu’en passant par ce VIE justement.

    Répondre

    • Sam

      15 juin 2016 at 08:00

      Le VIE est justement aujourd’hui l’un des moyens les plus simple pour travailler dans un des pays d’Amérique du nord.
      Le contrat étant signé avec Business France, le Volontaire a une qualité d’agent diplomatique, ce qui simplifie grandement son obtention de visa (géré elle aussi par Business France d’ailleurs).

      Répondre

      • Toad

        15 juin 2016 at 15:42

        C’est pas faux, mais il n’empêche, selon moi, que le gros point noir de ce VIE reste la limite d’âge. Entre un PJP ouvert jusqu’à 35 ans, et un VIE à 28 ans seulement y’a pas photo, sans parler du salaire et de la durée du visa.

        Répondre

        • Houston MacDougal

          15 juin 2016 at 16:05

          Je ne crois pas qu’il faille mettre en concurrence les 2 programmes. Ils représentent tous deux la possibilité d’une expérience professionnelle au Canada, et finalement autant d’opportunités de partir dès lors où l’on a fait ce choix.

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Back to New York City.

Retour à New York pour un set de photos en noir et blanc. …