Vol long courrier: se maintenir en forme.

long courrier

Traverser l’Atlantique pour se rendre au pays de la feuille d’√©rable, c’est au minimum entre 7 et 8 heures de vol sans escale (ex: Paris/Montr√©al). Et pour peu que l’on veuille aller encore plus loin, c’est autant de temps qu’on passera confin√© dans un espace ultra r√©duit (la premi√®re c’est peut-√™tre bien, mais la seconde classe c’est nettement moins cher!), ou dans les salles d’attente d’a√©roport parce qu’une fois qu’on a fait le tour des duty free franchement, on s’ennuie. Du coup, on ne s’en rend pas compte mais toute cette immobilit√© en plus d’une position assise pas toujours tr√®s confortable sont √©prouvantes pour notre corps. Et √ßa, c’est mal. Ajoutez un peu d’anxi√©t√©, de stress et un sommeil perturb√©, c’est l’assurance d’arriver √† destination sur les rotules avec un taux d’irritabilit√© √† son paroxysme, oui, son paroxysme, histoire de d√©buter des vacances sous les meilleurs auspices. Mais heureusement, on est l√†.

Se mouvoir régulièrement.

On n’y pense pas suffisamment, mais passer de longues heures en position assise, √ßa n’est pas bon pour la circulation sanguine. Ainsi pour √©viter les risques d’engourdissement, voire quelques complications plus s√©v√®res (formation de caillot de sang dans les veines et art√®res), il ne faut surtout pas h√©siter √† se promener dans les all√©es de l’appareil, se d√©gourdir les jambes justement. La pressurisation de l’avion, m√™l√©e √† votre position favorisent le ralentissement de votre circulation sanguine et la stagnation du sang, bah oui. Alors on se balade, et on fait des √©tirements r√©guli√®rement. On √©vite ainsi le mal de dos et le mal de jambe. Dans cette optique, si vous avez la possibilit√© de faire un peu de sport avant d’embarquer et ne pas rester statique, ou pendant une escale il ne faut pas h√©siter une seule seconde. En plus, √ßa va vous d√©tendre et vous profiterez de votre libert√© de mouvement avant votre vol.

Un lien sympa concernant les a√©roports canadiens et am√©ricains, on vous dit o√Ļ vous pouvez bouger fesses, pratique: airport gym.

Un autre qui donne quelques exercices faciles √† faire lorsqu’on a peu de place, donc dans l’avion: Gymnastique veineuse.

Autre chose primordiale une fois que vous √™tes √† bord, il faut retirer vos chaussures et enfiler des bas de contention*. Ces chaussettes-l√† c’est bon pour les grands-m√®res. Oui, et des grands-m√®res avis√©es, comme tous les personnels naviguant d’ailleurs, des pilotes aux h√ītesses. Maintenant vous savez quoi faire.

S’hydrater, se sustenter.

L’eau, vous n’imaginez pas √† quel point il va vous en falloir. Il faudra boire m√™me lorsque vous n’avez pas forc√©ment soif, parce qu’on ne s’en rend pas compte, mais √† l’int√©rieur de la cabine d’un avion, l’air conditionn√© y est tr√®s sec et vous vous d√©shydratez sans vous en rendre compte. Et √† cela pas 36 rem√®des, il faut de l’eau, pas de th√©, pas de caf√©, pas de sodas trop sucr√©s, pas d’alcool parce que √ßa acc√©l√®re la d√©shydratation, non,  juste de l’eau. Apr√®s cet interm√®de alarmiste, √©videmment, vous pouvez faire comme vous voulez et on vous conseille seulement d’acheter une petite bouteille au cas o√Ļ apr√®s les contr√īles √† l’a√©roport. Histoire de. D’ailleurs, sur un Londres – Montr√©al, on m’a propos√© peut-√™tre 12 fois de quoi me rafra√ģchir alors si vous ne pensez pas √† boire, quelqu’un dans l’avion le fera pour vous!

Quant √† la nourriture, pr√©venez au pr√©alable votre compagnie a√©rienne si vous avez des exigences particuli√®res, li√©es √† vos habitudes alimentaires ou votre confession religieuse notamment. Hein, parce que bon, 10 heures de vol sans rien dans le ventre c’est pas top-top, on est d’accord. Et puis une petite barre de c√©r√©ales gliss√©e dans la poche, ou des fruits secs quand √ßa creuse un peu, c’est quelque chose qu’on se permet ais√©ment.

Se détendre.

On ne va pas se le cacher, mais lorsque trajet dure tr√®s longtemps, au bout d’un moment √ßa commence un peu √† devenir la rouille. Variez les plaisirs, il n’y a pas que les films propos√©s pour d√©tendre, il y a aussi le bon bouquin que vous avez mis de c√īt√© dans votre bagage en cabine et √ßa c’est tr√®s bien. De m√™me, pour une qualit√© d’√©coute un peu plus sympa et surtout les douces m√©lop√©es de vos artistes pr√©f√©r√©s, vous n’aurez pas manqu√© d’apporter avec vous vos propres √©couteurs, et votre propre musique.

Pour ne pas avoir froid √† vos petits petons, la petite couverture qui va bien, la petite √©charpe contre l’air glacial, avec un dispositif antibruit qu’on se cale dans les oreilles pour ceux qui ont le sommeil l√©ger, et le loup qui ne permet pas de regarder. On pense aussi au petit coussin gonflable pour √™tre un peu mieux install√©, mais nous n’avons pas d’exp√©rience sur cette pratique, ou encore la premi√®re classe, histoire d’√™tre √† l’aise. L√† encore, nous n’avons pas d’exp√©rience de cette pratique, on esp√®re que √ßa viendra. Voil√† pour le grand classique.

Si jamais vous ne supportez pas l’avion, vous pouvez prendre le bateau, et si jamais vous √™tes d√©cid√©ment trop stress√©, il y a des solutions pour vaincre sa peur de l’avion.

*Lien affilié.

Crédits photo: Frederic Scheiber.

Enregistrer

Charger Plus dans En avion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

5 lieux insolites au Nouveau-Brunswick.

Seule province canadienne √† √™tre officiellement bilingue, le Nouveau-Brunswick renferme bi…