Vol long courrier: se maintenir en forme.

long courrier

Traverser l’Atlantique pour se rendre au pays de la feuille d’érable, c’est au minimum entre 7 et 8 heures de vol sans escale (ex: Paris/Montréal). Et pour peu que l’on veuille aller encore plus loin, c’est autant de temps qu’on passera confiné dans un espace ultra réduit (la première c’est peut-être bien, mais la seconde classe c’est nettement moins cher!), ou dans les salles d’attente d’aéroport parce qu’une fois qu’on a fait le tour des duty free franchement, on s’ennuie. Du coup, on ne s’en rend pas compte mais toute cette immobilité en plus d’une position assise pas toujours très confortable sont éprouvantes pour notre corps. Et ça, c’est mal. Ajoutez un peu d’anxiété, de stress et un sommeil perturbé, c’est l’assurance d’arriver à destination sur les rotules avec un taux d’irritabilité à son paroxysme, oui, son paroxysme, histoire de débuter des vacances sous les meilleurs auspices. Mais heureusement, on est là.

Se mouvoir régulièrement.

On n’y pense pas suffisamment, mais passer de longues heures en position assise, ça n’est pas bon pour la circulation sanguine. Ainsi pour éviter les risques d’engourdissement, voire quelques complications plus sévères (formation de caillot de sang dans les veines et artères), il ne faut surtout pas hésiter à se promener dans les allées de l’appareil, se dégourdir les jambes justement. La pressurisation de l’avion, mêlée à votre position favorisent le ralentissement de votre circulation sanguine et la stagnation du sang, bah oui. Alors on se balade, et on fait des étirements régulièrement. On évite ainsi le mal de dos et le mal de jambe. Dans cette optique, si vous avez la possibilité de faire un peu de sport avant d’embarquer et ne pas rester statique, ou pendant une escale il ne faut pas hésiter une seule seconde. En plus, ça va vous détendre et vous profiterez de votre liberté de mouvement avant votre vol.

Un lien sympa concernant les aéroports canadiens et américains, on vous dit où vous pouvez bouger fesses, pratique: airport gym.

Un autre qui donne quelques exercices faciles à faire lorsqu’on a peu de place, donc dans l’avion: Gymnastique veineuse.

Autre chose primordiale une fois que vous êtes à bord, il faut retirer vos chaussures et enfiler des bas de contention*. Ces chaussettes-là c’est bon pour les grands-mères. Oui, et des grands-mères avisées, comme tous les personnels naviguant d’ailleurs, des pilotes aux hôtesses. Maintenant vous savez quoi faire.

S’hydrater, se sustenter.

L’eau, vous n’imaginez pas à quel point il va vous en falloir. Il faudra boire même lorsque vous n’avez pas forcément soif, parce qu’on ne s’en rend pas compte, mais à l’intérieur de la cabine d’un avion, l’air conditionné y est très sec et vous vous déshydratez sans vous en rendre compte. Et à cela pas 36 remèdes, il faut de l’eau, pas de thé, pas de café, pas de sodas trop sucrés, pas d’alcool parce que ça accélère la déshydratation, non,  juste de l’eau. Après cet intermède alarmiste, évidemment, vous pouvez faire comme vous voulez et on vous conseille seulement d’acheter une petite bouteille au cas où après les contrôles à l’aéroport. Histoire de. D’ailleurs, sur un Londres – Montréal, on m’a proposé peut-être 12 fois de quoi me rafraîchir alors si vous ne pensez pas à boire, quelqu’un dans l’avion le fera pour vous!

Quant à la nourriture, prévenez au préalable votre compagnie aérienne si vous avez des exigences particulières, liées à vos habitudes alimentaires ou votre confession religieuse notamment. Hein, parce que bon, 10 heures de vol sans rien dans le ventre c’est pas top-top, on est d’accord. Et puis une petite barre de céréales glissée dans la poche, ou des fruits secs quand ça creuse un peu, c’est quelque chose qu’on se permet aisément.

Se détendre.

On ne va pas se le cacher, mais lorsque trajet dure très longtemps, au bout d’un moment ça commence un peu à devenir la rouille. Variez les plaisirs, il n’y a pas que les films proposés pour détendre, il y a aussi le bon bouquin que vous avez mis de côté dans votre bagage en cabine et ça c’est très bien. De même, pour une qualité d’écoute un peu plus sympa et surtout les douces mélopées de vos artistes préférés, vous n’aurez pas manqué d’apporter avec vous vos propres écouteurs, et votre propre musique.

Pour ne pas avoir froid à vos petits petons, la petite couverture qui va bien, la petite écharpe contre l’air glacial, avec un dispositif antibruit qu’on se cale dans les oreilles pour ceux qui ont le sommeil léger, et le loup qui ne permet pas de regarder. On pense aussi au petit coussin gonflable pour être un peu mieux installé, mais nous n’avons pas d’expérience sur cette pratique, ou encore la première classe, histoire d’être à l’aise. Là encore, nous n’avons pas d’expérience de cette pratique, on espère que ça viendra. Voilà pour le grand classique.

Si jamais vous ne supportez pas l’avion, vous pouvez prendre le bateau, et si jamais vous êtes décidément trop stressé, il y a des solutions pour vaincre sa peur de l’avion.

*Lien affilié.

Crédits photo: Frederic Scheiber.

Enregistrer

Charger Plus dans En avion

5 Commentaires

  1. Samuel

    13 décembre 2016 at 06:38

    Ce sont d’excellents conseils Houston, je les appliquerai lors de mon prochain, j’ai trop tendance à rester le cul vissé sur mon siège!

    Répondre

    • Houston MacDougal

      16 décembre 2016 at 09:23

      Merci Samuel! Hé oui, il faut bouger 😉

      Répondre

  2. Sylvie

    16 décembre 2016 at 05:50

    Les bas de contention, c’est vraiment indispensable. Nous en avons acheté et avons vu une très nette différence par rapport aux autres vols où nous n’en avions pas. C’est confortable et bon pour notre santé : what else!

    Répondre

    • Houston MacDougal

      16 décembre 2016 at 09:31

      Voilà qui est dit!

      Répondre

  3. Tiffany

    11 janvier 2017 at 12:02

    J’ai souvent la flemme, mais je crois que je vais désormais me bouger un peu les fesses!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Comment se rendre aux Territoires du Nord-Ouest?

Réputés pour la beauté de ses paysages, les Territoires du Nord-Ouest aiment à se conjugue…