Vaincre sa peur de l’avion.

peur avion

On estime aujourd’hui que 10% des voyageurs limitent leurs déplacements, voire renoncent, simplement parce qu’ils ont une peur panique de l’avion. Il serait bien dommage d’abandonner une visite au Canada, parce que l’on est victime de cette phobie, d’autant qu’un trajet par la voie maritime pourrait s’avérer très long (comptez 15 jours en cargo).

Il existe pourtant des solutions qui, si elles ne vous guérissaient pas complètement, auront le mérite de rendre votre vol plus agréable et moins pénible.

Le stress et l’anxiété peuvent être dû à différends facteurs.

  • Troubles psychologiques: on anticipe le pire en décuplant l’éventualité des risques. Il s’agit souvent d’un mal sous-jacent, où les sujets souffrent en réalité d’agoraphobie (par extension la peur de la foule); l’acrophobie (peur de la hauteur); et enfin la claustrophobie (peur de l’enfermement). Une pincée des trois, et ce sont les sueurs froides qui vous attendent.
  • Méconnaissance technique: comment ce tas de ferraille peut-il voler sans tomber comme une pierre, et s’écraser au sol ou en pleine mer? La manifestation du stress se produit lorsque l’avion traverse une zone de turbulences. On est en perte de contrôle puisqu’on ne gère et ne dirige rien.
  • La survenance d’évènements dramatiques: l’actualité est jalonnée d’exemple marquant de catastrophes aériennes. On en fait même des séries: Mayday Alerte maximum (série documentaire canadienne, connue en France sous le nom Dangers dans le ciel).

Les solutions.

Avant le décollage.

  • La thérapie: on le sait, c’est un gros mot, réservé aux dépressifs et aux malades. « M’enfin, pas moi, je vais très bien! ». Passé la barrière sémantique, il n’empêche que c’est une solution qui a fait ses preuve, notamment dans les réponses proposées pour la gestion de ses propres émotions. On pense à la thérapie cognitive, aux méthodes de relaxation telles que la sophrologie, le yoga ou la massothérapie.
  • Un stage: puisqu’on n’y connaît rien en aéronautique, voilà de quoi combler nos lacunes. Certaines compagnies aériennes en proposent, avec un tour dans un simulateur permettant une véritable mise en situation (décollage, turbulences…).
  • La prise de médicaments: en France, on cachetonne sévère, on est même les champions du monde. La prescription d’anxiolytiques devrait être l’ultime recours. La solution alternative serait qu’on vous la joue version Barracuda (The A-Team, t’as vu), mais nous ne sommes pas sûrs…

Pendant le vol.

  •  Parler: le personnel navigant est formé à l’écoute des passagers. Ils ont les réponses, et seront là pour vous rassurer.
  • La relaxation: Mettez en pratique les exercices appris pour réguler votre respiration. L’alcool ne fait pas partie de la relaxation, par contre, un bon bouquin oui, votre musique favorite aussi. Pensez à fournir votre bagage en cabine de ces éléments qui peuvent se révéler précieux.

Et si tout ça ne marche pas, gardez votre sens de l’humour.

Enregistrer

Charger Plus dans En avion

2 Commentaires

  1. Clarisse

    25 novembre 2014 at 07:11

    Ce sont tous de bons conseils. Moi aussi je conseille les médicaments en dernier recours. Et oui, j’ai vu le A-team! Leur méthode n’est pas à choisir. Pour ceux qui ont peur en avion, essayez de suivre les stages et d’y mettre tout votre coeur. Car la clé, il n’y a que vous qui le possédiez.

    Répondre

  2. Oncle Sam

    19 janvier 2015 at 19:32

    Les stages sont pas mal, même quand on n’a pas les miquettes en avion. Sinon, de la bonne zic et quelques coupettes une fois là-haut, le tour est joué!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Queues de castor: la recette.

« Queues de castor, appelée BeaverTails en anglais, est une chaîne de pâtisseri…