Les sites culturels canadiens inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

patrimoine mondial

Dans le but de conserver et de mettre en valeur des sites culturels ou naturels considérés comme le bien et l’héritage commun de l’humanité, l’UNESCO a dressé une liste de lieux à travers le monde pour souligner leur valeur universelle exceptionnelle, mais également les promouvoir. Sur son territoire, le Canada, comme bien d’autres pays, renferme plusieurs endroits qui ont été classés au patrimoine mondial. S’agissant des biens culturels, nous vous proposons de vous en faire la présentation, en reprenant la justification qui a servi à leur classement, puisque nous n’aurions su mieux le dire. Ils sont, pour le moment, au nombre de huit.

 L’Anse aux Meadows.

anse aux meadows« Ce site archéologique à la pointe de la péninsule Great Northern de l’île de Terre-Neuve, contient les vestiges mis au jour d’un établissement viking du XIe siècle composé d’édifices en pans de bois et mottes de tourbe (maisons, ateliers, etc.) qui sont identiques à ceux trouvés au Groenland et en Islande à la même époque. Le site est donc un témoignage unique de la toute première présence européenne connue sur le continent américain. »

Voilà comment rayer des livres d’histoire la découverte du Nouveau Monde en 1492, où, 500 ans après, on peut difficilement dire que Christophe Colomb  a été coiffé au poteau, sauf à parler du point de départ de l’invasion européenne.

Lieu: à Terre-Neuve.

Le précipice à bisons Head-Smashed-In.

bison« Le précipice à bisons Head-Smashed-In est l’un des sites les mieux préservés, les plus étendus et les plus anciens qui illustrent les pratiques de chasse communales et le mode de vie des peuples des Plaines d’Amérique du Nord qui, pendant plus de cinq millénaires, ont subsisté grâce aux énormes troupeaux de bisons qui existaient en Amérique du Nord. »

Pendant près de 6 000 ans, ce précipice à bisons a servi à de nombreuses tribus nomades. C’est tout simplement le mieux préservé du Nouveau Monde. Au XIXème, le site fut délaissé et la technique de chasse aux bisons abandonnée au profit de la traque à cheval, avec une mise à mort par arme à feu.

Lieu: en Alberta.

SGang Gwaay.

haida« Le village de Ninstints (Nans Dins) est situé sur une petite île sur la côte ouest des îles de la Reine-Charlotte (Haïda Gwaii). Les vestiges de maisons ainsi que de mâts funéraires et commémoratifs sculptés fournissent des exemples de la vie et de l’art toujours vivants des Haïdas. Le site commémore la culture vivante des Haïdas, leur relation avec la terre et la mer et offre une clef visuelle des traditions orales. »

Notez que le village est composé des ruines de 10 maisons et de 32 totems. C’était l’un des plus grands du sud de l’archipel, certainement habité pendant un millénaire et demi, et plusieurs centaines de personnes.

Lieu: en Colombie-Britannique.

L’arrondissement historique du Vieux-Québec.

vieux quebec« Fondée par l’explorateur français Champlain au début du XVIIe siècle, Québec demeure la seule ville d’Amérique du Nord à avoir conservé ses remparts qui regroupent de nombreux bastions, portes et ouvrages défensifs ceinturant toujours le Vieux-Québec. La Haute-Ville, située au sommet de la falaise, centre religieux et administratif, avec ses églises, ses couvents et autres monuments comme la redoute Dauphine, la Citadelle et le Château Frontenac, et la Basse-Ville, avec ses quartiers anciens, forment un ensemble urbain qui est un des meilleurs exemples de ville coloniale fortifiée. »

Ce quartier ressemble étrangement à un bout d’Europe en Amérique. Des petites rues, des petites boutiques, des gens partout et des artistes. Le Vieux-Québec figure parmi nos endroits préférés au Canada, probablement qu’il y a de la réminiscence dans tout ça avec un peu de la nostalgie… mais pas que.

Lieu: au Québec.

Le Vieux Lunenburg.

vieux lunenburg« Le Vieux-Lunenburg est un exemple bien préservé d’un schéma d’urbanisme colonial britannique du XVIIIe siècle qui n’a subi aucun changement majeur depuis sa fondation et qui continue de servir aux fins économiques et sociales à l’origine de sa conception. Sa tradition vieille de plus de 250 ans d’architecture vernaculaire diversifiée et bien préservée revêt une importance particulière. »

Lunenburg, c’est également le berceau du Bluenose, cette goélette devenue mythique après sa série de victoires impressionnantes à  l’International Fishermen’s Trophy. Il a aussi les honneurs de figurer parmi la monnaie canadienne, sur le revers des pièces de 10 cents.

Lieu: en Nouvelle-Écosse.

Le Canal Rideau.

rideau king« Ce canal monumental qui date du début du XIXe siècle s’étend sur 202 km, le long des rivières Rideau et Cataraqui, depuis Ottawa au nord jusqu’au port de Kingston sur le lac Ontario au sud. Il a été construit à des fins principalement militaires et stratégiques à une époque où la Grande-Bretagne et les États-Unis se disputaient le contrôle de la région. Ce canal, qui est l’un des premiers à avoir été conçus spécialement pour les bateaux à vapeur, est associé à un ensemble de fortifications. Il s’agit du canal à plans d’eau le mieux préservé d’Amérique du Nord. »

Le Canal Rideau n’a finalement jamais servi militairement, puisqu’il n’y eut pas d’autre conflit anglo-américain après la Guerre de 1812. Il est devenu, plus tard, la plus grande patinoire du monde (près de 8 km) en hiver, dans sa portion qui traverse la capitale canadienne, Ottawa.

Lieu: en Ontario.

Le paysage de Grand-Pré.

grand pre« Grand-Pré est le lieu mémoriel par excellence de la diaspora acadienne dispersée par le Grand Dérangement, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Son paysage de polder et ses vestiges archéologiques témoignent des valeurs d’une culture de pionniers ayant su créer son propre territoire, tout en vivant en harmonie avec le peuple autochtone des Mi’kmaqs. Ses constructions mémorielles forment le pôle de la réappropriation symbolique de la terre de leurs origines par les Acadiens, au XXe siècle, dans un esprit pacifique et de partage culturel avec la communauté anglophone. »

Symbole de l’Acadie et foyer historique du peuple acadien, Grand Pré est devenu populaire avec l’auteur du poème Évangéline, Henry Wadsworth Longfellow, où il raconte l’histoire de deux amants séparés pendant le Grand Dérangement.

Lieu: en Nouvelle-Écosse.

Site officiel.

La Station baleinière basque de Red Bay.

labrador« La Station baleinière basque de Red Bay offre un exemple exceptionnel de la tradition de la chasse à la baleine établie par les Basques au XVIe siècle pour la production d’huile et son commerce en Europe. Par la diversité de ses vestiges archéologiques, c’est la station baleinière de ce type la plus étendue, la mieux conservée et la plus complète. »

C’est un véritable témoignage d’un ensemble technologique de l’industrie baleinière, qui atteste des débuts de l’exploitation commerciale des ressources naturelles en Amérique du Nord par les européens.

Lieu: au Labrador.

Source: UNESCO.

Crédits photo: (1) UNESCO; (2) Roman Migal; (3) Autoctone Canada; (4) Spencer L. James; (5) Tony Webster; (6) novascotia; (7) Archives Canada; (8) Valérie Faisien; (9) Tom Ouellette.

Charger Plus dans Morceaux de culture

2 Commentaires

  1. George

    21 mars 2016 at 00:10

    Super, ça donne quelques idées découvertes et quelques détours dans notre itinéraire de voyage d’un grand tour du Canada! Il ne manque plus que les sites naturels 🙂

    Répondre

    • Houston MacDougal

      21 mars 2016 at 00:18

      C’est prévu, le post sortira dans quelques temps 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

5 curiosités au Saskatchewan.

Dans l’Ouest canadien, le* Saskatchewan est au beau milieu de la région des Prairies…