Le permis Jeune Professionnel.

travail

Les pvtistes lui couraient souvent après. À raison, c’était le meilleur moyen de rester au Canada tout en peaufinant sa demande de Résidence Permanente. Avec l’allongement de la durée des permis de l’Initiative EIC, la donne a un peu changée mais le PJP reste encore très attractif et prisé. Mais d’ailleurs, qu’est-ce c’est, au juste? Ce permis s’adresse aux jeunes professionnels souhaitant  se perfectionner dans leur champ de compétences, à la condition d’avoir obtenu un contrat de travail à durée déterminée (maximum 24 mois).

Il n’est donc pas nécessaire d’être au Canada pour l’obtenir, mais seulement de trouver du boulot (d’où l’engouement des pvtistes qui travaillent déjà). Mais attention, il faut être cohérent dans sa démarche: l’emploi en question doit être en rapport avec vos études ou avec vos expériences professionnelles antérieures.

Les conditions de participation.

Ce n’est pas un menu « à la carte », c’est une formule « tout compris »:

  • être âgé de 18 à 35 ans inclusivement à la date de réception de la demande ;
  • être de nationalité française et résider habituellement en France (France métropolitaine, les DOM et Saint-Pierre-et-Miquelon seulement) ;
  • être titulaire d’un passeport français valide (sa validité doit dépasser d’au moins un jour le séjour prévu au Canada) ;
  • ne pas avoir déjà participé à cette catégorie, ni avoir déjà participé deux fois à l’initiative EIC avec la France ;
  • détenir un minimum de 2500$ sur votre compte en banque;
  • ne pas être accompagné de personnes à charge (FAQ);
  • avoir une offre d’emploi au Canada dans votre champ de compétences (diplôme d’études ou expérience de travail) qui constitue un perfectionnement professionnel ;
  • payer les frais de participation en Euro, équivalant à 150 $CAD; et
  • être disposé à souscrire une police d’assurance-maladie/ hospitalisation/ rapatriement pour toute la durée du séjour et à présenter la preuve que vous possédez cette assurance à l’entrée au Canada. En gros, deux contrats d’assurance: deux de 12 mois puisqu’il est impossible de souscrire pour plus d’un an, il en faut donc deux qui se suivent pour atteindre les 24 mois. Dans le cas contraire, votre PJP peut devenir moins long que prévu.

Notez que les français qui ont participé une seule fois au programme EIC avant le quota 2015, sont éligibles à une seconde participation (PVT, PJP ou stage coop).

 La constitution du dossier.

Dans un premier temps, déterminez si vous êtes admissible pour venir au Canada afin de vous porter candidat à l’Initiative EIC (on parle des changements de fin 2015, et de la nouvelle procédure) Ensuite, il vous faut créer un compte MonCIC, puis, lorsque celui-ci est opérationnel et que vous aurez répondu aux questions posées sur son l’interface, vous pourrez soumettre votre demande de PJP en ligne. Il faut, bien évidemment, que les quotas soient ouverts. Attention, il y en a relativement peu comparé aux PVT (rapport de 1 sur 3).

Vous verrez, toute la procédure est fléchée, et vous allez recevoir les instructions visant à payer les frais de participation, et la façon dont transmettre tous les documents requis. Privilégiez le format PDF, même si d’autres sont possibles. Rien de surprenant à ce niveau-là, ni pour la suite d’ailleurs. On détaille:

Les pièces

  • Scan parfaitement lisible des pages d’identification de votre passeport.
  • Copie de l’offre d’emploi (voir infra).
  • Lettre justificative (désormais le document Justification des expériences post-secondaires et professionnelles).
  • Curriculum Vitae façon EIC.
  • Divers documents en fonction de votre situation.
  • Photos (étape 2 sur MonCIC).

Attention: lors de votre arrivée au canada, vous devrez être en mesure de présenter une attestation de fonds datant de moins de 7 jours, prouvant que vous disposez d’au moins 2500$ canadiens.

L’offre d’emploi

  • vos nom(s) et prénom(s) ;
  • la date de début du contrat  ; notez que si vous êtes déjà en poste, la date de début du contrat sur votre offre d’emploi devra correspondre au maximum à la date d’expiration de votre permis de travail en cours de validité.
  • la date de fin du contrat ; pour mémo, pas plus de 24 mois.
  • la rémunération brute ; notez que votre employeur doit indiquer dans l’offre d’emploi, la rémunération que vous toucherez, c’est à dire pas de deçà du minimum légal en vigueur dans la province où vous travaillerez.
  • le nombre d’heures travaillées par semaine ;
  • le titre du poste et une description des tâches ;
  • l’adresse du lieu du travail au Canada ;
  • les coordonnées professionnelles de votre employeur au Canada (téléphone et adresse électronique);
  • le nom, le titre et la signature de votre employeur au Canada ; et
  • la date à laquelle est rédigée l’offre d’emploi.

N.B: L’employeur doit s’acquitter de 230$ de frais relatifs à la conformité. Il est soumis à plusieurs obligations dont vous pouvez voir le détail sur les liens suivants: embaucher un travailleur temporaire dans le cadre du PMI; ainsi que sur le portail employeur de CIC.

Attention, il est important de rappeler que vous devez bénéficier d’un temps plein, ce qui en langage canadien veut dire 30 heures minimum. Aussi, votre travail doit être suffisamment qualifié, c’est à dire correspondant au niveau de compétence 0, A, ou B. Si vous avez un doute, suivez ce lien. D’ailleurs, cette condition est désormais écrite noir sur blanc.

Lorsque vous aurez tout complété, voire à toutes les étapes, sauvegardez l’intégralité de votre dossier. Comptez 8 semaines maximum pour une réponse définitive et, je vous le souhaite, positive. Un peu de rabs niveau attente si vous devez passer une visite médicale. Pour valider votre permis, vous n’aurez qu’à passer la frontière. Si vous êtes déjà au Canada, vous devrez faire un tour du poteau. Dans les deux cas n’oubliez pas votre lettre d’introduction, les différentes attestations obligatoires (fonds, assurance…) et votre passeport!

Crédits photo: PublicDomainPictures.

Source: EIC.

Charger Plus dans Programme mobilité EIC

7 Commentaires

  1. Oriana

    13 décembre 2014 at 03:27

    Avec ce changement de 18 à 24 mois, n’ont-ils pas un peu durci l’accession au permis jeune professionnel et cette histoire de niveau de compétence 0, A et B?

    Répondre

    • Houston MacDougal

      13 décembre 2014 at 13:50

      Non, c’était déjà le cas avant dans les faits: le niveau de qualification minimum requis correspondait bien au niveau de compétence exigé aujourd’hui. Donc de ce point de vue là rien n’a changé, ça n’est pas plus difficile d’obtenir un PJP.

      Répondre

  2. Mimi

    10 septembre 2015 at 09:59

    Bonjour

    Pour le visa jeune professionnel, quelle doit être la durée minimale du contrat ?

    Merci

    Répondre

  3. Loupiotte

    10 septembre 2015 at 16:23

    Salut Mimi. Selon les textes il n’y a pas à priori de durée minimale et puisque ce genre de permis est ultra avantageux pour l’employeur (t’es liée à lui et à ta job) on te propose souvent un contrat long (dans la limite du permis). Après je ne pense pas qu’un contrat d’un mois fasse très sérieux pour en revenir à la durée minimale.

    Répondre

  4. Laurent

    20 avril 2016 at 06:48

    Bonjour, Je viens d’obtenir mon PJP avec un contrat de travail de 2 ans aux Québec.
    Le PJP m’autorise à travailler là-bas, mais ai-je le droit de rester plus longtemps ? Venir au Québec un peu avant le début de mon contrat et partir un peu après ? Ou bien suis-je limité à rester 2 ans jour pour jour comme le prévois mon contrat de travail ?

    Répondre

    • Houston MacDougal

      20 avril 2016 at 11:38

      Bonjour Laurent,
      Vous pouvez tout à fait venir avant comme simple visiteur (touriste), puis faire le tour du poteau pour valider votre permis de travail le moment venu. Après vos deux années même chose, vous refaites le tour du poteau pour obtenir le statut de visiteur. Dans les deux cas vous ne serez cependant pas autorisé à travailler, puisque vous n’aurez pas encore, ou vous n’aurez plus, de permis de travail.
      Pour prolonger votre séjour, ce lien peut vous intéresser: CIC visiter le Canada.

      Répondre

      • Pascal

        3 mai 2016 at 16:51

        Tellement la meilleure solution que ce tour du poteau, ça facilite grandement la vie.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Envoyer un colis international

Qu’on soit en voyage, expatrié temporaire ou définitif, toutes les raisons sont bonn…