Job d’été pour étudiants au Canada.

panneau travaux

attention ATTENTION.

Ce permis ne fait plus partie du Programme EIC, seuls les PVT, PJP et le Stage Coop subsistent.

Vous êtes jeunes et beaux, et surtout vous êtes étudiants? Ça tombe bien, profitez de vos longues semaines estivales de relâche pour tenter un bout d’aventure canadienne. D’une durée maximale de 3 mois et comprise entre le 1er mai et le 30 septembre, on a créé ce permis job d’été spécialement pour vous, alors allez-y, c’est peut-être le début de quelque chose!

Les conditions de participation.

Elles sont cumulatives, si l’une d’entre elles fait défaut, c’est mort:

  • Avoir entre 18 et 35 ans au moment de votre demande.
  • Être de nationalité française et résider en métropole (ou DOM et St-Pierre-et-Miquelon).
  • Avoir son passeport français valide, au moins jusqu’à la date de votre retour prévu.
  • Ne pas être un cumulard en ayant déjà bénéficié de ce permis, ou deux fois à l’initiative EIC avec la France.
  • Être étudiant (établissement d’enseignement ou centre de formation).
  • Avoir trouvé un boulot au Canada.
  • Payer les frais de participation en euros, équivalents à 150$.
  • Souscrire une assurance pour votre séjour, une fois le permis obtenu (sinon, « vous ne passerez pas! »)

La constitution du dossier.

Si vous êtes le candidat idéal et que vous souhaitez vous lancer, la partie ardue commence ici. Un dossier, c’est toujours compliqué à monter. Mais avant cela, il vous faut trouver le job car sans lui, pas de permis, et ça ne vous servira à rien de rassembler les pièces d’un dossier qui n’aboutira pas.

Dans un premier temps, connectez-vous au site de l’ambassade canadienne en France, inscrivez-vous en fournissant une adresse qui vous servira pour toute la suite de la procédure. Vous devrez la valider dans un courriel de l’ambassade, puis il faudra remplir un formulaire de renseignements personnels, en ligne. Dès lors, il vous sera possible de télécharger votre trousse de demande de participation au Job d’été, une fois les quotas ouverts bien entendu.

La trousse à proprement parler. Je n’entrerai pas dans le détail, elle est somme toute classique (photocopie de passeport, carte d’étudiant, CV, différents formulaires…). Il vous suffira de suivre les documents, et de répondre aux questions posées. En revanche, je me permets de revenir sur l’offre d’emploi. Il vous faudra une photocopie de celle-ci. Il serait dommage d’avoir trouvé du boulot, mais de se voir refuser le permis parce que votre document ne correspondrait pas aux exigences de l’ambassade.

Donc, l’offre devra être sur papier à en-tête de la société ou l’entreprise au Canada. En l’absence de papier à en-tête, votre employeur doit apposer son tampon ou fournir son numéro d’entreprise. Vous ne devrez pas être payé en deçà du salaire minimum de la province où vous irez travailler.
Votre offre devra inclure:

  • vos nom(s) et prénom(s) ;
  • la date de début du contrat  ;
  • la date de fin du contrat  ;
  • la rémunération brute ;
  • le nombre d’heures travaillées par semaine ;
  • le titre du poste et une description des tâches ;
  • l’adresse du lieu du travail au Canada ;
  • le nom, le titre et la signature de votre employeur au Canada ;
  • la date à laquelle est rédigée l’offre d’emploi.

Lorsque vous aurez tout complété, photocopiez l’intégralité de votre dossier et envoyez-le à l’ambassade du Canada à Paris. Comptez 8 semaines maximum pour une réponse définitive et, je vous le souhaite, positive.

Crédits photo: Nemo; Kyo Tux.

Source: EIC.

Charger Plus dans Programme mobilité EIC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Queues de castor: la recette.

« Queues de castor, appelée BeaverTails en anglais, est une chaîne de pâtisseri…