L’Île d’OrlĂ©ans.

chaloupe

Celle qui fut baptisĂ©e par Jacques Cartier « ĂŽle de Bacchus » en raison de sa vigne sauvage, et l’un des premiers foyers d’installation des colons français aux AmĂ©riques. Dans une rĂ©gion qui constitue le berceau de la Nouvelle-France, on dit de l’Ăźle qu’elle est restĂ©e normande, comme la prime origine de ses habitants venus du Vieux Continent. Rural et Ă  forte vocation agricole, se dĂ©veloppe depuis plusieurs annĂ©es l’agrotourisme, puisque l’Ăźle est riche d’un terroir rĂ©putĂ©. Son patrimoine historique et culturel est Ă©galement mis en valeur, et vaut la peine qu’on s’y attarde un peu. Car l’Île d’OrlĂ©ans, on y fait le tour assez vite finalement. Un pourtour de 67 km, propice aux bonnes balades en vĂ©lo, qui n’est rattachĂ© aux terres que depuis 80 ans, et qui jouit d’un emplacement privilĂ©giĂ©.

  • Sainte-PĂ©tronille.

SituĂ© face Ă  la Baie de Beauport, dominĂ©e par le Cap Diamant oĂč s’est dĂ©veloppĂ©e la ville de QuĂ©bec, le « Bout-de-l’Île » offre une vue imprenable et l’une des plus prisĂ©es sur la capitale de la Province. D’un seul coup d’Ɠil, le panorama passe de la chute Montmorency Ă  LĂ©vis, puis au cours du Saint-Laurent. Le village est charmant, il fait d’ailleurs partie de l’association des plus beaux villages du QuĂ©bec. Faites un tour Ă  la chocolaterie et gĂątez-vous le temps d’aller admirer la vue, puis de repartir.

  • Saint-Pierre.

Sur le chemin Royal se tient la plus ancienne Ă©glise rurale du QuĂ©bec (1717), classĂ©e monument historique. La proximitĂ© du pont fait de Saint-Pierre la paroisse et le village le plus populeux de l’Ăźle. C’est aussi la patrie d’un des plus cĂ©lĂšbre poĂšte et chansonnier de la province, FĂ©lix Leclerc, qui vint y passer les derniĂšres annĂ©es de sa vie, et dont l’Ɠuvre est cĂ©lĂ©brĂ©e dans un petit musĂ©e qui lui est consacrĂ©.

Nous, ce que l’on a surtout aimĂ©, c’est de faire une halte chez Cassis Monna & Filles. On en apprend beaucoup sur ce fruit qu’on appelle ici la gabelle noire, et on a tout goutĂ©. On est reparti avec quelques bouteilles, beaucoup d’anecdotes Ă©changĂ©es et des idĂ©es cocktails plein la tĂȘte. Un vrai bon moment.

  • Sainte-Famille.

Sur les traces des pionniers, vous rencontrerez plusieurs fermes hĂ©ritĂ©es de la Nouvelle-France, puisque c’est ici que ces maisons de pierres sont les plus nombreuses et concentrĂ©es.  On peut en visiter, comme la Maison de nos aĂŻeux convertie en musĂ©e, ainsi que la maison Drouin. Quant au reste, des champs avec des grands vergers propices Ă  l’auto-cueillette, des Ă©rabliĂšres et une microbrasserie avec son pub: Le Mitan, puisqu’il faut bien s’hydrater un peu.

ßle d'orléans

  • Saint-François.

L’extrĂ©mitĂ© de l’Ăźle offre un spectacle tournĂ© sur l’estuaire du Saint-Laurent oĂč le fleuve s’Ă©largit. On peut admirer l’archipel de Montmagny, le cap Tourmente, les Ăźles au Ruau et Madame depuis le sommet de la tour d’observation (prĂšs de 20m de haut).

On a testĂ© pour vous le Camping d’OrlĂ©ans, puisqu’on n’a jamais trouvĂ© le Camping Scout si ce n’est une grande grille fermĂ©e (hors saison? On n’a pas voulu savoir), pendant une tempĂȘte. Bien entretenu et propre, ce qui n’Ă©tait plus le cas de notre tente aprĂšs les premiĂšres trombes d’eau, on a goutĂ© aux joies de la douche payante (25c!) et au flicage des habituĂ©s qui sont tous venus voir (de loin) ce que 3 jeunes français faisaient au milieu du camping avec leur barda sous la toile. On Ă©copait sec mon capitaine, puisqu’on avait les pieds dans l’eau. Et comme le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres, on ne s’est pas senti coupable trop longtemps en rachetant plusieurs ouvrages de la bibliothĂšque de Saint-François qui fermait, juste Ă  cĂŽtĂ©.

  • Saint-Jean.

Autrefois lieu privilĂ©giĂ© d’installation des pilotes du Saint-Laurent (les seuls habilitĂ©s Ă  guider les gros navires approchant de QuĂ©bec sur le chenal de navigation), l’endroit demeure un remarquable tĂ©moignage du passĂ©, qu’il retrace et fait vivre avec son parcours piĂ©tonnier Ă  travers le village. L’histoire de Saint-Jean y est dĂ©crite au travers des quarante panneaux d’interprĂ©tations.

Nous, on aime patiner sur la roche lorsque le Saint-Laurent est Ă  marĂ©e basse. On se prend alors Ă  faire l’Ă©quilibriste sans trop risquer de choir lorsque la chance est lĂ . Au pire, si la malice nous fait victimes, on en gardera de bons souvenirs, des photos pour preuves et quelques bleus. VoilĂ  pour le clin d’Ɠil.

  • Sainte-Laurent.

Traditionnellement tournĂ©e vers le fleuve, la municipalitĂ© a Ă©tĂ© le lieu de nombreuses chalouperies familiales jusqu’au siĂšcle dernier, mais Ă©galement de diverses constructions navales. Cet hĂ©ritage est aujourd’hui prĂ©servĂ© avec son parc maritime, qu’on peut visiter. Mais Saint-Laurent c’est aussi des champs de fraises, un vieux moulin Ă  farine datant de 1715, et l’endroit oĂč Wolfe dĂ©barqua avec ses troupes avant d’assiĂ©ger QuĂ©bec… et c’est Ă  peu prĂšs tout. Ah si, un beau point de vue sur les falaises de LĂ©vis aussi.

saint jean ile d'orléans

Bonus: Un tour en Automne.

Crédits photo: jenny222, Patrice Laroche, Odette Tremblay.

Charger Plus dans Belle Province

4 Commentaires

  1. GisĂšle

    1 mai 2015 at 14:02

    L’alliage cascade Montmorency et balade sur l’Ăźle change l’adjectif d’une journĂ©e ordinaire en extraordinaire.

    RĂ©pondre

  2. Fan des années 90

    5 mai 2015 at 02:14

    L’Alliage? BaĂŻla, te quiero amor ton souvenir me poursuit encore!…. NavrĂ©, c’Ă©tait plus fort que moi.

    RĂ©pondre

  3. Anthony - En route pour

    24 août 2015 at 16:12

    L’Ăźle d’OrlĂ©ans, une belle dĂ©couverte. J’y suis allĂ© hors saison, Ă  la fois heureusement et malheureusement car il parait que le dĂ©filĂ© des voitures durant la saison touristique lui enlĂšve de son charme; malheureusement car la plupart des petites Ă©choppes Ă©taient fermĂ©es.
    Je me suis arrĂȘtĂ© dans la petit boutique d’une dame qui y tenait Ă  la fois un cafĂ© et une boutique d’artisanat, le temps d’un soda pour discuter de la vie sur l’Ăźle, dans la rĂ©gion.
    Il y a, lĂ , toujours quelqu’un pour vanter le calme et la paix qui rĂšgne sur cette Ăźle. Il parait mĂȘme que les voisins ne manquent pas une occasion d’y partager un morceau de gĂąteau Ă  l’occasion des fĂȘtes d’anniversaire.

    RĂ©pondre

  4. Yza

    7 décembre 2015 at 11:52

    Sympa cette petite Ăźle d’Orleans mais avouons qu’on en fait rapidement le tour. Son grand avantage pour une ptite retraite au calme, c’est que QuĂ©bec n’est vraiment pas et ça, c’est apprĂ©ciable.

    RĂ©pondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Ă©galement

Vol long courrier: se maintenir en forme.

Traverser l’Atlantique pour se rendre au pays de la feuille d’Ă©rable, c’…