Top 5 du premier hiver canadien: se prémunir du froid.

flocon

On vous en parle souvent, ça n’est pas une légende: l’hiver est rigoureux dans ces contrées. On a beau vous le dire, le répéter, il faut le vivre et y goûter pour être sûr. Couramment les européens arrivent la fleur au fusil, complètement sous-équipés en pensant que bon, « faut pas non plus déconner, c’est pas pire que d’aller au ski. » Erreur ducon, grossière erreur.

Un petit top 5 bien subjectif des fautes que l’on commet par ignorance, excès de confiance ou surestime de soi. Oui, parce que le con de l’intro c’était bel et bien moi. Alors si vous ne voulez pas trop passer pour un bleu, vous penserez à:

1. Un chaud manteau d’hiver.

Le blaze en peau de bête, pas certain que ça fasse l’affaire. Notez aussi que ça prend de la place dans une valise. Donc on achète le savoir-faire local, mais choisissez en toute connaissance de cause. Par exemple, j’ai toujours été impressionné par les détenteurs d’un Kanuk, qui, une fois enlevé se retrouvent en tee-shirt. Oui, le Kanuk se porte sans pull, mais c’est aussi « le manteau d’hiver à papa »: indémodable puisque jamais à la mode. C’est aussi le plus chaud, mais on aimerait une part du budget « innovation » dans la case « style ». Genre, avoir la classe, quoi. Canada Goose, Chlorophylle pour les autres…

2. Des chaussures adaptées.

J’ai pour ma part longtemps rechigné à m’acheter une paire de grolles. Je me disais que des chaussettes plus épaisses seraient suffisantes contre le froid. Oui, ça fonctionne jusqu’à l’amputation du petit doigt de pied. Comme nous ne sommes pas aussi téméraires, nous choisirons des chaussures à l’intérieur molletonné: pas forcément des après-ski, on en trouve facilement des stylées. Il faut cependant que vos chaussures ne craignent pas la sloche, et ne glissent pas trop sur la neige ou la glace. J’ai même vu des bottes avec un loquet qui faisait sortir des piques pour ne pas déraper. Ouais.

3. Une tuque et des mitaines dignes de ce nom.

La tuque, c’est le bonnet. Ne le confondez pas avec un accessoire de mode, c’en n’est pas. Donc le petit machin bien joli qu’on se met sur la tête c’est zéro: il faut qu’il soit efficace. Et j’entends par là protéger correctement les oreilles, c’est d’ici que le mal arrive. Les mitaines, ce sont des moufles. Donc, même topo. Vos gants en cuir doublé coton super classe c’est insuffisant. Vos gants de ski quant à eux feront leur office.

4. Un baume à lèvres.

Pas très viril le baume à lèvres, et effectivement c’est moche. Mais après quelques journées glaciales, la virilité sera une notion toute relative pour cet objet que vous emporterez n’importe où. Et même que parfois vous vous entendrez dire: « Hé, tu m’en prêtes? »… devant témoins et comme si c’était quelque chose qu’on pouvait rendre. Et pour pousser le vice, un jour peut-être, oui un jour, vous aurez un parfum préféré. Ou pas.

5. La crème pour les mains.

Là, on touche à un paradoxe. On a d’un côté la peau des mains qui craquelle, de l’autre un pot de crème bien grasse et dégueulasse. On sait qu’on va aimer s’enduire les mains de cette bouillasse à l’odeur infâme, et d’ailleurs il le faut quand on voit l’état de vos doigts; mais on sait également que cette opération ne se fera non sans conséquence: une trace de gras sur tout ce qu’on touche, les mitaines j’en parle pas…

Du coup, que se passe-t-il le deuxième hiver? Rien, maintenant on est équipé.

Crédits photo: Roadrunner.

Charger Plus dans Une fois rendu

3 Commentaires

  1. Aziz et Corinne

    13 avril 2013 at 17:45

    Pas terrible le kanuk…j’ai consulté le site…les nouveaux modèles sont certainement nouveaux de l’intérieur. Ceci dit, à choisir j’opte pour « bien chaud » plutôt que « bien beau ». L’expérience continue et vous allez passer au printemps (si ce n’est déjà fait). Alors après le Kanuk….??? on va suivre cela de près….Ici en Savoie, le printemps semble vouloir s’installer…mais la neige n’est pas loin. Bonne aventure canadienne

    Répondre

    • Houston MacDougal

      16 avril 2013 at 00:30

      Bonjour la Savoie, et merci!

      Répondre

  2. Isa

    24 avril 2013 at 22:29

    tout ça ne me paraît pas très sexy…même si j’ai bien compris que l’idée c’est de rester en vie! 🙂 j’espère qu’aux beaux jours on se rattrape!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Pouding chômeur: la recette.

Un dessert en guise de mets typique de la Belle Province, et parmi les spécialités les plu…