Top 5 du premier hiver canadien: les trucs chiants.

panneau flocon

Les esprits chagrins diront que tout ceci n’est pas propre au Canada, mais aux hivers de maniĂšre gĂ©nĂ©rale. Le froid tout ça, c’est un peu comme un lieu commun… C’est pas faux. D’un autre cĂŽtĂ© l’hiver en Australie est un poil plus clĂ©ment que ce qui se passe au-delĂ  de 45 degrĂ©s Nord. Donc bon, c’est un parti pris assumĂ©.

Pendant 4 Ă  6 mois, il faudra s’attendre Ă :

1. Se geler les miches.

Oui bon, j’enfonce une porte ouverte. En revanche, c’est ici qu’on apprend l’effet Kiss Cool des bulletins mĂ©tĂ©orologiques: on a toujours deux tempĂ©ratures, et celle qui compte croyez-moi, c’est la tempĂ©rature ressentie. Au dĂ©part on n’y prĂȘte pas vraiment attention, un -20 qui fait du -30, ça nous paraĂźt plutĂŽt abstrait jusqu’Ă  ce qu’on pointe le bout du nez dehors. C’est Ă  ce moment-lĂ  aussi qu’on dĂ©couvre MĂ©tĂ©o MĂ©dia et ses applications. On se met Ă  parler du temps qu’il fait, et du temps qu’il fera. Et on se surprendrait Ă  les consulter matin, midi et soir, ces foutues tempĂ©ratures.

2. Se faire piéger par la sloche.

Aaahh la sloche! Cet agrĂ©gat de neige fondue, d’eau stagnante et de saletĂ©s noirĂątres qui peut ĂȘtre recouvert d’une mince pellicule de neige quand la chance n’est plus lĂ . Plouf! « Hmm? C’Ă©tait quoi ça? »Â  Une erreur de jugement et voilĂ : on y dĂ©rape, on s’y noie, on s’y dĂ©gueulasse le falzar. La sloche prend ses quartiers partout en ville, au bord des trottoirs essentiellement, d’oĂč une certaine vigilance Ă  adopter lors de chaque passage de bus: c’est un danger potentiel si vous n’avez pas d’affaires de rechange. Bon Ă  savoir.

3. Des crevaisons à répétition (©Lucette, tous droits réservés).

roue crevée

Il faut possĂ©der une bagnole me direz-vous. Certes, mais ça marche avec tout type de vĂ©hicule utilisant des roues, et ils sont nombreux. Alors pourquoi crever particuliĂšrement en hiver? Je rĂ©pondrai tout simplement par « nid de poule », gravier pour l’adhĂ©rence, mais j’aurais pu dire « chaussĂ©e merdique ». Il n’y a pas vraiment de responsable (sauf au QuĂ©bec*, et on les connaĂźt), si ce n’est la fluctuation des tempĂ©ratures: redoux, gel, neige et j’en passe. Chaque annĂ©e c’est la mĂȘme, et on a beau refaire les routes, chaque annĂ©e c’est la mĂȘme. C’est du comique de rĂ©pĂ©tition qui fait rire jaune, ou pas rire du tout. Je sais.

4. Se manger la mouille.

De l’eau, du froid, un drame. La combinaison est imparable, inĂ©luctable et surtout trĂšs emmerdante lorsque derriĂšre vous ricanent deux ados boutonneux, aprĂšs que vous vous soyez pris en belle gaufre. Au Canada les trottoirs des villes sont gĂ©rĂ©s au mieux pour que ce genre de dĂ©sagrĂ©ment n’arrive pas. DĂ©blaiement de la neige, gravier, chlorure de calcium, tout y passe et limite la casse. Mais bon, mĂȘme avec de la tĂ©mĂ©ritĂ© au niveau zĂ©ro et un capital prudence au maximum…

5. S’habiller en ours.

On a rarement l’occasion d’ĂȘtre sexy en hiver, et tous les genres sont concernĂ©s. Alors c’est vrai, les minettes font globalement plus d’effort, mais elles ne sont pas folles les guĂȘpes: si pour sĂ©duire il faut choper une pneumonie, toi mon gars, tu peux toujours crever avant d’avoir vu un dĂ©colletĂ©. C’est le tarif de base appliquĂ© sans discrimination aucune, plus il y a de couches, moins on a froid. Allez, enfile ton blaze et regarde-toi dans une glace. Maintenant dis-moi Ă  quel animal tu ressembles.

Du coup, que se passe-t-il le deuxiĂšme hiver? On se tire vite fait dans le Sud, c’est tout.

*Passez la frontiĂšre de la Province, en Ontario, subitement tout est nickel au niveau route… on dit ça…

Crédits photo: Nemo, Lucette.

Enregistrer

Enregistrer

Charger Plus dans Une fois rendu

2 Commentaires

  1. Lucette

    8 avril 2013 at 02:40

    Le seul avantage des crevaisons, c’est de devenir petit Ă  petit une vraie pro pour les rĂ©parer! Mon dernier chrono: 10 minutes! Qui dit mieux? 😉

    RĂ©pondre

  2. Doudoune

    1 décembre 2015 at 11:20

    Effectivement Lucette, on a tout Ă  apprendre de ces dĂ©sagrĂ©ments, pour ma part, j’ai pu investir dans des pneus qui me permettent de rouler plusieurs dizaines de kilomĂštres malgrĂ© une crevaison. Au moins, je peux faire mes rĂ©parations au chaud dans le garage 😉

    Et il faut dire que le froid fait presque partie du décor au Quebec !

    RĂ©pondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Ă©galement

Vol long courrier: se maintenir en forme.

Traverser l’Atlantique pour se rendre au pays de la feuille d’Ă©rable, c’…