Grouse Mountain: sur les hauteurs de Vancouver.

vancouver

 

« Je ne voudrais pas mourir sans qu’on ait inventĂ© (…) la mer Ă  la montagne, la montagne Ă  la mer*… »

Dans ces conditions, on aime Ă  penser que Boris Vian s’est bien rendu dans la plus grande ville de Colombie-Britannique, en traversant le Lions Gate Bridge vers sa rive septentrionale. SituĂ©e dans le district North-Vancouver, Grouse Mountain n’est qu’Ă  20 minutes du centre, et c’est non seulement la montagne la plus proche, mais Ă©galement la plus populaire auprĂšs des citadins. Un parfum contemplatif avec son panorama incroyable, face Ă  l’ocĂ©an; qu’on veuille profiter de la nature; ou qu’on prĂ©fĂšre les sensations fortes et le sport, toutes les activitĂ©s qui s’y trouvent feront le bonheur du plus grand nombre. De l’insolite Ă  l’aventure, vous n’aurez que l’embarras du choix Ă  Grouse Mountain.

Les activités toutes saisons confondues.

 

  • Le Skyride.

Surfant Ă  la cime des sapins de Douglas, c’est Ă  flanc de montagne jusqu’Ă  une hauteur de 1.100 mĂštres d’altitude que le Skyride s’Ă©lĂšve sur Vancouver en une dizaine de minutes. S’offre alors Ă  vous tout un panorama sur la rĂ©gion entourant la ville, son paysage urbain, le Pacifique, ses baies, ses Ăźles, mais Ă©galement les sommets voisins. Avec un dĂ©part tous les quarts d’heure, ce tĂ©lĂ©phĂ©rique est ouvert chaque jour de la semaine, mais bien entendu, c’est par temps dĂ©gagĂ© qu’il faut s’y rendre, sinon, son prix (trop) Ă©levĂ© vous laissera quelque chose d’amer au fond de la gorge.

  • Eye of the Wind.

PremiĂšre Ă©olienne au monde dotĂ©e d’un ascenseur qui vous emmĂšne vers une zone d’observation ouverte aux visiteurs, les pales de l’Ɠil du vent fendent les nuages 58 mĂštres au-dessus du plus haut sommet de Vancouver. C’est en 35 secondes qu’on s’Ă©lĂšve jusqu’Ă  cette vue Ă  360 degrĂ©s, dont on peut jouir depuis une immense bulle vitrĂ©e, comme si vous Ă©tiez dans un hĂ©licoptĂšre posĂ© sur un immeuble de vingt Ă©tages. Exceptionnel, magnifique, les superlatifs ne manquent pas dans la bouche du voyageur, frustrĂ© parfois, d’y voir aussi un piĂšge Ă  touriste lorsqu’il a dĂ©jĂ  payĂ© un forfait Peak Experience. Eh oui, l’Ă©olienne se paie 15$ supplĂ©mentaires.

Les activités hivernales.

 

  • La glisse, sous toutes ses formes.

Si Grouse Mountain n’a pas accueilli d’Ă©preuves olympiques lors de Vancouver 2010, qu’Ă  cela ne tienne, nous, on sait trĂšs bien que c’est un spot idĂ©al pour qui aime rider l’or blanc. Pis bon, du ski, du surf, sous toutes leurs dĂ©clinaisons, on aurait tort de s’en priver lorsqu’il s’agit de dĂ©valer les pistes devant l’ocĂ©an. Ce qui ne gĂąche rien Ă  la fĂȘte non plus, avouons-le. Question prix, un forfait journĂ©e est sensiblement moins Ă©quivalent Ă  son homologue français dans une station type Les Deux-Alpes. Okay, le domaine skiable est nettement moins vaste, mais il est ouvert jusqu’Ă  22 heures. Oui monsieur!

Notez qu’on Ă©galement faire du patin Ă  glace. Quoi de plus normal, on est quand mĂȘme au Canada.

  • Un tour en traineau Ă  chien.

Pour moi, c’est l’expression mĂȘme de ce que j’ai pu voir enfant, et qui m’a fait rĂȘver ou en tout cas, qui m’a suffisamment marquĂ© pour en ĂȘtre irrĂ©sistiblement attirĂ©. Croc-Blanc de 1991, dans son adaptation trĂšs Ă©loignĂ©e du livre original de Jack London, mais Croc-Blanc quand mĂȘme. Moi, il ne m’en faut pas plus pour m’imaginer pionnier pendant la ruĂ©e vers l’or du Klondike, alors forcĂ©ment, ça me plaĂźt.

  • Une balade en raquettes.

Le domaine est plutĂŽt bien fourni, affrontez donc ses trois principaux sentiers de quelques kilomĂštres que l’on trouve trĂšs facilement. Ils sont en effet parfaitement balisĂ©s, avec des signes clairement identifiables. L’activitĂ© ne manque pas de charme, et vu l’excellence du site on comprend bien pourquoi elle attire de plus en plus de monde.

  • Du Sno-Limo.

Le sno-limo, c’est un peu comme dĂ©valer les pistes bien au chaud dans son fauteuil, c’est une question de style, et de vocabulaire aussi, on les appelle quand mĂȘme les limousines des neiges! Confortablement installĂ©, vous n’avez qu’Ă  vous laisser guider et ressentir les sensations de glisse. Il ne vous suffit dĂšs lors que d’apprĂ©cier, avec un peu d’apprĂ©hension au dĂ©but puisque vous ne contrĂŽlez rien, mais ça passe vite. Quand on ne sait pas skier, qu’on ne peut pas, ou bien quand on a la flemme, ça facilite grandement les choses. Finalement, il en faut bien pour tout le monde, et pour tous les goĂ»ts.

Aux beaux jours et avant le froid.

 

  • La Zipline: tyrolienne de montagne.

Une tyrolienne d’acrobranche, ça n’a rien d’extraordinaire. Oui, sauf quand elle est puissance 10, qu’en rĂ©alitĂ© il y en a cinq, et qu’elles peuvent aller jusqu’Ă  80 km/h. Vous survolerez (en tandem parfois) canyons, lacs, Ă  toute vitesse entre les arbres. Pendant votre visite guidĂ©e, qui peut aller jusqu’Ă  deux heures, vous aurez largement le temps d’en apprendre davantage sur la faune et la flore de la rĂ©gion, mais Ă©galement sur la culture autochtone.

  • Le Grouse Grind.

Ce charmant parcours pĂ©destre, que tout vancouvĂ©rois aura fait au moins une fois dans sa vie, est aussi connu sous le doux nom de « Mother Nature’s Stairmaster. » DerriĂšre tout ça, se cache en rĂ©alitĂ© une lĂ©gĂšre montĂ©e, quoiqu’un peu raide, qui devrait mettre vos muscles Ă  contribution si vous dĂ©cidez, un jour, de partir comme ça la fleur au fusil. Bon, en vrai, mĂȘme prĂ©parĂ© vous risquez d’ĂȘtre essoufflĂ© et d’avoir quelques brĂ»lures aux mollets. En chiffres, le Grouse Grind ça donne: 2,9 km d’ascension, un dĂ©nivelĂ© de 850 m, 2830 marches empruntĂ©es chaque annĂ©e par 150 000 randonneurs, et une montĂ©e record effectuĂ©e en 25 minutes (Grouse Grind Trail). Vous, vous mettrez entre 1 et 2 heures. C’est la torture Houston! Oui, mais de la bonne, vous comprendrez une fois tout en haut.

  • Le sentier BCMC.

Bien moins connu que le Grouse Grind, le sentier du club d’alpiniste de Colombie-Britannique se veut plus « dĂ©tendu » question production d’acide lactique. Et pourtant. Un dĂ©nivelĂ© identique, un dĂ©part et une arrivĂ©e au mĂȘme endroit, 100 petits mĂštres de plus Ă  parcourir, on aurait donc toutes les raisons du monde Ă  s’interroger sur l’opportunitĂ© de gravir un tel sentier plutĂŽt que son illustre voisin. C’est simple: l’approche, le style, l’esprit, et les courbes des lacets qui serpentent sur le versant.

  • Du parapente.

ConsidĂ©rĂ© comme l’un des plus gros spots d’envol de parapente des alentours, voire un peu plus, Grouse Mountain voit se dĂ©velopper trĂšs largement cette activitĂ© Ă  sensation. En tandem, n’ayez pas peur de courir vers un survol du lac Capilano, avec Vancouver en toile de fond, et vous laisser saisir par le panorama. Sous vos pieds, il n’y a rien, sauf un spectacle grandiose. Un loisir un peu onĂ©reux, mais aprĂšs tout, on ne vit bien qu’une fois.

  • Lumberjack Show.

Ce spectacle de bĂ»cherons canadiens dure 45 minutes oĂč on ne s’ennuie pas, c’est drĂŽle. Lors d’Ă©preuves physiques, deux bĂ»cherons s’affrontent: lancer de hache, grimpe d’arbre, spingboard, ou l’Ă©preuve des rondins, il y a de quoi se laisser impressionner. Trois reprĂ©sentations sont proposĂ©es par jour lorsque le temps le permet.

À voir aussi: le refuge de grizzly, les sculptures taillĂ©es Ă  la tronçonneuse.

Pour aller plus loin: Grouse Mountain.

mont grouse

*Boris Vian – Je voudrais pas crever.

Crédits photo: Andrew Marminc.

Enregistrer

Charger Plus dans Vancouver

5 Commentaires

  1. Gaston

    19 janvier 2016 at 13:00

    Me suis payĂ© une bonne tranche de puff en soirĂ©e avec une vue qui t’hypnotise. Y’a des monents qui restent en suspend, et faut faire attention Ă  pas entrer en collusion avec des gens. Quand le ciel est dĂ©gagĂ© c’est le top mĂȘme si concentrĂ© sur sa glisse on en oublie parfois le panorama.

    RĂ©pondre

  2. Danielle

    25 janvier 2016 at 18:35

    Je suis allĂ©e Ă  Grouse Mountain en plein Ă©tĂ© et j’ai bien cru mourir en montant le Grouse Grind qui d’ailleurs est fermĂ©. Bon, il suffit d’ignorer les panneaux d’aprĂšs les gens du coin et c’est ce qu’on a fait. En haut c’est vraiment beau et j’ai adorĂ© les tyroliennes mĂȘme si ce jour lĂ  il y avait un peu de monde.

    RĂ©pondre

  3. Antonio

    28 février 2016 at 14:06

    Heureusement qu’il y a plusieurs activitĂ©s gratuites une fois en haut, sinon cette aventure peut rapidement vous coĂ»ter un peu cher. Sinon le panorama est trĂšs chouette.

    RĂ©pondre

  4. Joseph

    27 mars 2016 at 02:06

    C’est une belle dĂ©couverte avec de bonnes idĂ©es d’excursions, merci pour le partage.

    RĂ©pondre

  5. Benjamin

    3 mars 2017 at 05:35

    Endroit super Ă  dĂ©couvrir 🙂

    RĂ©pondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Ă©galement

Cap Trinité: le Sentier de la Statue (rando).

Le Cap TrinitĂ© est situĂ© dans le parc national du Fjord-du-Saguenay, il domine Baie-Éterni…