Grouse Mountain: sur les hauteurs de Vancouver.

vancouver

 

« Je ne voudrais pas mourir sans qu’on ait inventé (…) la mer à la montagne, la montagne à la mer*… »

Dans ces conditions, on aime à penser que Boris Vian s’est bien rendu dans la plus grande ville de Colombie-Britannique, en traversant le Lions Gate Bridge vers sa rive septentrionale. Située dans le district North-Vancouver, Grouse Mountain n’est qu’à 20 minutes du centre, et c’est non seulement la montagne la plus proche, mais également la plus populaire auprès des citadins. Un parfum contemplatif avec son panorama incroyable, face à l’océan; qu’on veuille profiter de la nature; ou qu’on préfère les sensations fortes et le sport, toutes les activités qui s’y trouvent feront le bonheur du plus grand nombre. De l’insolite à l’aventure, vous n’aurez que l’embarras du choix à Grouse Mountain.

Les activités toutes saisons confondues.

 

  • Le Skyride.

Surfant à la cime des sapins de Douglas, c’est à flanc de montagne jusqu’à une hauteur de 1.100 mètres d’altitude que le Skyride s’élève sur Vancouver en une dizaine de minutes. S’offre alors à vous tout un panorama sur la région entourant la ville, son paysage urbain, le Pacifique, ses baies, ses îles, mais également les sommets voisins. Avec un départ tous les quarts d’heure, ce téléphérique est ouvert chaque jour de la semaine, mais bien entendu, c’est par temps dégagé qu’il faut s’y rendre, sinon, son prix (trop) élevé vous laissera quelque chose d’amer au fond de la gorge.

  • Eye of the Wind.

Première éolienne au monde dotée d’un ascenseur qui vous emmène vers une zone d’observation ouverte aux visiteurs, les pales de l’œil du vent fendent les nuages 58 mètres au-dessus du plus haut sommet de Vancouver. C’est en 35 secondes qu’on s’élève jusqu’à cette vue à 360 degrés, dont on peut jouir depuis une immense bulle vitrée, comme si vous étiez dans un hélicoptère posé sur un immeuble de vingt étages. Exceptionnel, magnifique, les superlatifs ne manquent pas dans la bouche du voyageur, frustré parfois, d’y voir aussi un piège à touriste lorsqu’il a déjà payé un forfait Peak Experience. Eh oui, l’éolienne se paie 15$ supplémentaires.

Les activités hivernales.

 

  • La glisse, sous toutes ses formes.

Si Grouse Mountain n’a pas accueilli d’épreuves olympiques lors de Vancouver 2010, qu’à cela ne tienne, nous, on sait très bien que c’est un spot idéal pour qui aime rider l’or blanc. Pis bon, du ski, du surf, sous toutes leurs déclinaisons, on aurait tort de s’en priver lorsqu’il s’agit de dévaler les pistes devant l’océan. Ce qui ne gâche rien à la fête non plus, avouons-le. Question prix, un forfait journée est sensiblement moins équivalent à son homologue français dans une station type Les Deux-Alpes. Okay, le domaine skiable est nettement moins vaste, mais il est ouvert jusqu’à 22 heures. Oui monsieur!

Notez qu’on également faire du patin à glace. Quoi de plus normal, on est quand même au Canada.

  • Un tour en traineau à chien.

Pour moi, c’est l’expression même de ce que j’ai pu voir enfant, et qui m’a fait rêver ou en tout cas, qui m’a suffisamment marqué pour en être irrésistiblement attiré. Croc-Blanc de 1991, dans son adaptation très éloignée du livre original de Jack London, mais Croc-Blanc quand même. Moi, il ne m’en faut pas plus pour m’imaginer pionnier pendant la ruée vers l’or du Klondike, alors forcément, ça me plaît.

  • Une balade en raquettes.

Le domaine est plutôt bien fourni, affrontez donc ses trois principaux sentiers de quelques kilomètres que l’on trouve très facilement. Ils sont en effet parfaitement balisés, avec des signes clairement identifiables. L’activité ne manque pas de charme, et vu l’excellence du site on comprend bien pourquoi elle attire de plus en plus de monde.

  • Du Sno-Limo.

Le sno-limo, c’est un peu comme dévaler les pistes bien au chaud dans son fauteuil, c’est une question de style, et de vocabulaire aussi, on les appelle quand même les limousines des neiges! Confortablement installé, vous n’avez qu’à vous laisser guider et ressentir les sensations de glisse. Il ne vous suffit dès lors que d’apprécier, avec un peu d’appréhension au début puisque vous ne contrôlez rien, mais ça passe vite. Quand on ne sait pas skier, qu’on ne peut pas, ou bien quand on a la flemme, ça facilite grandement les choses. Finalement, il en faut bien pour tout le monde, et pour tous les goûts.

Aux beaux jours et avant le froid.

 

  • La Zipline: tyrolienne de montagne.

Une tyrolienne d’acrobranche, ça n’a rien d’extraordinaire. Oui, sauf quand elle est puissance 10, qu’en réalité il y en a cinq, et qu’elles peuvent aller jusqu’à 80 km/h. Vous survolerez (en tandem parfois) canyons, lacs, à toute vitesse entre les arbres. Pendant votre visite guidée, qui peut aller jusqu’à deux heures, vous aurez largement le temps d’en apprendre davantage sur la faune et la flore de la région, mais également sur la culture autochtone.

  • Le Grouse Grind.

Ce charmant parcours pédestre, que tout vancouvérois aura fait au moins une fois dans sa vie, est aussi connu sous le doux nom de « Mother Nature’s Stairmaster. » Derrière tout ça, se cache en réalité une légère montée, quoiqu’un peu raide, qui devrait mettre vos muscles à contribution si vous décidez, un jour, de partir comme ça la fleur au fusil. Bon, en vrai, même préparé vous risquez d’être essoufflé et d’avoir quelques brûlures aux mollets. En chiffres, le Grouse Grind ça donne: 2,9 km d’ascension, un dénivelé de 850 m, 2830 marches empruntées chaque année par 150 000 randonneurs, et une montée record effectuée en 25 minutes (Grouse Grind Trail). Vous, vous mettrez entre 1 et 2 heures. C’est la torture Houston! Oui, mais de la bonne, vous comprendrez une fois tout en haut.

  • Le sentier BCMC.

Bien moins connu que le Grouse Grind, le sentier du club d’alpiniste de Colombie-Britannique se veut plus « détendu » question production d’acide lactique. Et pourtant. Un dénivelé identique, un départ et une arrivée au même endroit, 100 petits mètres de plus à parcourir, on aurait donc toutes les raisons du monde à s’interroger sur l’opportunité de gravir un tel sentier plutôt que son illustre voisin. C’est simple: l’approche, le style, l’esprit, et les courbes des lacets qui serpentent sur le versant.

  • Du parapente.

Considéré comme l’un des plus gros spots d’envol de parapente des alentours, voire un peu plus, Grouse Mountain voit se développer très largement cette activité à sensation. En tandem, n’ayez pas peur de courir vers un survol du lac Capilano, avec Vancouver en toile de fond, et vous laisser saisir par le panorama. Sous vos pieds, il n’y a rien, sauf un spectacle grandiose. Un loisir un peu onéreux, mais après tout, on ne vit bien qu’une fois.

  • Lumberjack Show.

Ce spectacle de bûcherons canadiens dure 45 minutes où on ne s’ennuie pas, c’est drôle. Lors d’épreuves physiques, deux bûcherons s’affrontent: lancer de hache, grimpe d’arbre, spingboard, ou l’épreuve des rondins, il y a de quoi se laisser impressionner. Trois représentations sont proposées par jour lorsque le temps le permet.

À voir aussi: le refuge de grizzly, les sculptures taillées à la tronçonneuse.

Pour aller plus loin: Grouse Mountain.

mont grouse

*Boris Vian – Je voudrais pas crever.

Crédits photo: Andrew Marminc.

Enregistrer

Charger Plus dans Vancouver

5 Commentaires

  1. Gaston

    19 janvier 2016 at 13:00

    Me suis payé une bonne tranche de puff en soirée avec une vue qui t’hypnotise. Y’a des monents qui restent en suspend, et faut faire attention à pas entrer en collusion avec des gens. Quand le ciel est dégagé c’est le top même si concentré sur sa glisse on en oublie parfois le panorama.

    Répondre

  2. Danielle

    25 janvier 2016 at 18:35

    Je suis allée à Grouse Mountain en plein été et j’ai bien cru mourir en montant le Grouse Grind qui d’ailleurs est fermé. Bon, il suffit d’ignorer les panneaux d’après les gens du coin et c’est ce qu’on a fait. En haut c’est vraiment beau et j’ai adoré les tyroliennes même si ce jour là il y avait un peu de monde.

    Répondre

  3. Antonio

    28 février 2016 at 14:06

    Heureusement qu’il y a plusieurs activités gratuites une fois en haut, sinon cette aventure peut rapidement vous coûter un peu cher. Sinon le panorama est très chouette.

    Répondre

  4. Joseph

    27 mars 2016 at 02:06

    C’est une belle découverte avec de bonnes idées d’excursions, merci pour le partage.

    Répondre

  5. Benjamin

    3 mars 2017 at 05:35

    Endroit super à découvrir 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Comment se rendre aux Territoires du Nord-Ouest?

Réputés pour la beauté de ses paysages, les Territoires du Nord-Ouest aiment à se conjugue…