Quelle compagnie aérienne choisir pour venir au Canada?

avion

Passage en revue des principales compagnies aériennes à destination du Canada, depuis la France. Et comme nous sommes généreux, nous avons décidé d’étendre l’aire de ce focus au monde francophone européen, d’où la présence d’une compagnie belge, et d’une autre suisse. Sachez que ces compagnies, nous les avons toutes testées: leurs flottes ne sont pas vétustes, et leurs personnels naviguant ne nous ont jamais déçus. Votre choix se fera sur la base de critères qui  vous sont propres (service, nourriture, prix etc…). Chez Expérience Canadienne, nous avons tendance à mettre en exergue le prix comme critère déterminant, pourvu qu’on n’embarque pas dans un vieux coucou.

5 compagnies, une multitude de possibilités.

Souvent, les vols les moins chers sont chez eux. L’avantage de cette compagnie made in Canada, c’est qu’elle détient des lignes régulières entre 7 des 10 plus grandes villes françaises, et toutes les grandes cités canadiennes, Montréal en tête puisque c’est ici qu’elle a été créée. Attention, si les départs de Paris se font toute l’année, les liaisons depuis d’autres villes excluent généralement la saison hivernale. Une petite chose pénible, on pinaille, mais si vous n’avez pas pensé à prendre des écouteurs, vous devrez en acheter auprès des hôtesses. Notre choix numéro 1 pour les vols directs, sans hésitation.

Concurrent frontal sur le low-cost avec la précédente, Corsair offre une alternative intéressante mais limitée sur le choix de destinations. En effet, la liaison régulière France-Canada ne s’effectue que sur la ligne Paris-Orly et Montréal, et ce, de façon saisonnière. Donc, pour prendre la direction de la province, vous aurez soit le train, soit un autre vol à faire. Du classique en somme. En revanche, leurs tarifs sont ultra-compétitifs (les franciliens applaudissent), donc si vous avez envie du Québec aux beaux jours, il y a de grandes chances pour que vous voliez chez eux.

  • Brussels Airlines.

Pourquoi ce choix me direz-vous? Tout simplement parce que cette compagnie belge, aux tarifs très intéressants, fait partie de la Star Alliance. À ce titre, elle a des accords particuliers avec Air Canada… vous voyez où je veux en venir? Donc, si les avions de la flotte de Brussels Airlines n’ont jamais atterri sur le sol canadien, ceux d’Air Canada, oui, et ils le font tous les jours. Ainsi vous gouterez aux joies de voler chez la plus grande compagnie aérienne canadienne, au tarif d’un billet à bas-prix. En revanche, une escale est obligatoire: on n’a rien sans rien, mais cette escale-là, on l’aime. Une navette vous mène en moins de 20 minutes au centre de la capitale européenne. Et faire un tour à Bruxelles, franchement, on a connu pire!

Depuis quelques années vous êtes au courant, Air France / KLM même combat. Du coup, il n’est pas impossible que vous fassiez une escale à Amsterdam si vous avez la malchance de partir de province. Honnêtement, au tarif classe éco, j’aime autant acheter un billet classe affaire chez une autre compagnie. Air France, c’est cher, trop, et pas besoin d’en savoir plus pour comprendre certains de leurs problèmes récurrents (5 milliards de CA en 2013? Ah…). Pourquoi en parler alors? Affiliation? Non, même pas. Nous parlons d’Air France parce que le service y est exceptionnel, c’est tout, et qu’il leur arrive aussi de faire de belles promos. Conseillé pour ceux et celles qui veulent se faire plaisir, ou qui ont les moyens.

  • Swiss International Airlines.

Même principe qu’avec Air France: c’est luxe, donc c’est cher. Vous ferez une escale obligatoire en Suisse si vous partez de France. L’intérêt de cette compagnie se limite donc aux frontaliers en cas d’offre intéressante, soyons très clair là-dessus. Pourquoi monter jusqu’à Paris si vous êtes à côté de Genève ou de Bâle? Si vous êtes dans le budget, et que vous préférez faire escale en Suisse, ce n’est pas un problème. Le coup des promos ahurissantes marche aussi, mais avec la rareté. Soyez donc attentifs.

La solution des compagnies américaines: un bon plan?

Non. Et même dans la situation d’un départ précipité en plein été. Pour quelques dizaines, voire une bonne centaine d’euros d’économie, il est effectivement possible de partir d’une grande métropole (Paris généralement) à bord d’une compagnie américaine (United Airlines, American Airlines…) avec, vous l’aurez compris, une escale sur le territoire de l’Oncle Sam (Chicago et j’en passe…), où à Londres pourquoi pas. Mais bon. Le problème vient du temps de trajet, et de la longueur des escales. Perdre une journée pour lésiner si peu finalement, ça n’est absolument pas rentable. Notez bien que ce que vous économiserez en dollars, vous le paierez en fatigue et en mauvaise humeur.

Rappelez-vous: les escales sont intéressantes si elles ne durent pas longtemps, ou si vous n’êtes pas loin du centre de la ville dans laquelle s’effectue cette escale, histoire de visiter et de n’avoir pas l’impression de perdre son temps (on a vu du Paris – Chicago – Toronto – Montréal pour 120€ de rabais par rapport à un Paris – Montréal direct… on a juste envie de dire « non! »).

Crédits photo: PublicDomainPictures.

avion papier

Charger Plus dans En avion

Un commentaire

  1. Patrick

    5 juin 2017 at 16:42

    C’est simple, je ne jure plus que part Air Transat. Pro et efficace, du bon.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Voir un match des Canadiens au Centre Bell.

Impensable de passer par Montréal sans découvrir la religion de toute une ville, le hockey…