Changer son billet d’avion: la fausse bonne idée.

flight

Le postulat de départ est simple: un évènement chamboule vos plans, c’est la tuile, votre voyage est en péril. Manque de pot, vous êtes en possession d’un billet non remboursable (usuellement ceux des vols low-cost) et vous vous dites: « Je l’ai dans l’os ». Mais voilà, en y regardant de plus près, vous vous rendez compte que vous pouvez décaler votre vol sans être obligé de racheter un nouveau billet… moyennant compensation cela va sans dire. Vous hésitez, vous pensez que c’est la solution à votre problème? Non, achetez un nouveau billet, cela vous coûtera proportionnellement moins cher.

Les conditions d’un changement de billet d’avion.

Sachez que votre voyagiste, ou votre compagnie aérienne si vous avez pris vos places directement auprès d’elle, vous permettent d’opérer un tel changement sans que vous n’ayez la moindre justification à apporter. Deux conditions à cela:

  • Payer des frais de gestion de dossier (frais d’annulation).

C’est une pénalité en somme, de principe. Si vous passez par un voyagiste vous faites coup double: des frais chez celui-ci (souvent 50€, c’est le cas chez Opodo, pour ne citer qu’eux), mais aussi des frais pour le transporteur (100€, le cas chez Air Transat). Total des frais de changement fixes: 150€.

  • Une place sur un autre vol.

Celle-ci, elle est vicelarde. Vous devez trouver un nouveau vol en respectant là aussi deux conditions: soit vous changez votre billet initial de date, soit d’horaire uniquement. Attention, vous ne pouvez pas changer de lieu de départ ou d’arrivée (même si la compagnie aérienne est identique).

Si votre nouveau billet coûte plus cher que l’original échangé, vous paierez la différence. C’est toujours le cas, à moins de décaler son billet pour un départ programmé longtemps après et qui serait moins cher. La raison est toute bête: couper l’herbe sous le pied des petits malins qui achèteraient un départ en période creuse, puis qui l’échangeraient pour une période où les prix flambent (l’été notamment) sans avoir à payer la différence. C’est donc logique. De toute façon, toutes les situations vous seront défavorables.

La solution la moins chère.

Achetez un nouveau billet d’avion, vous économiserez dans tous les cas les frais de gestion des différents intervenants (voyagiste ou/et compagnie aérienne). La plupart des gens imaginent que, dans la mesure où ce service est mis à notre disposition, c’est plutôt pour nous faciliter la vie et améliorer les choses. Faux, c’est pour s’en mettre plein les fouilles.

Vous n’avez même pas besoin d’annuler votre vol, ne prenez pas l’avion, ne vous rendez pas à l’embarquement. Ainsi, vous pourrez vous faire rembourser les taxes d’aéroport (lisez le billet dédié à ce sujet).

Vous pourrez choisir le vol le moins cher (en suivant nos astuces). On l’a vu dans les conditions d’un changement de billet: même lieu de départ du vol initial. C’est un véritable handicap. Si votre avion s’envole d’une ville de province, vous êtes bloqué en effectuant un changement de billet. Or, en partant de Paris notamment, vous pouvez réaliser de belles économies même si vous devez vous y rendre en train.

Démonstration: voyagiste Opodo, vol initial Lyon-Montréal Air Transat direct en septembre 2012, 370€. Changement de billet, départ le 1er décembre: vol le moins cher à 890€ (avec escale de 23h à Casablanca) chez Corsair. Perte: 150€ (frais de gestion) + 520€ de différence entre les 2 billets qu’il faut régler, soit en tout: 1040€ car en fait, vous payez le prix du billet le plus cher, avec les frais de changement.

Ce que Houston a fait: achat d’un billet de train Lyon-Paris (iDTGV): 40€. Achat d’un billet d’avion Paris-Montréal Air Transat direct: 360€ pour le 1er décembre. Coût total: 400€ (nouveau départ) + 370€ (départ initial) – taxes d’aéroport remboursées (en l’espèce, j’ai récupéré 180€). Soit un total de 590€.

Même en payant une nuit d’hôtel, on s’y retrouve.

Sans déconner, y’a rien là?

Crédits photo: Reneau Frigon.

Charger Plus dans En avion

8 Commentaires

  1. Thomas

    16 avril 2013 at 00:26

    Je confirme, en tout cas je l’ai bien vérifié en Europe, et ça vaut pour toutes les compagnies aériennes. Qu’on donne une pénalité, je veux bien l’admettre, mais souvent ça frise l’arnaque et l’escroquerie. Au final je suis bien d’accord, autant acheter un autre billet et récupérer ses taxes. Merci du rappel Houston!

    Répondre

    • Houston MacDougal

      16 avril 2013 at 00:30

      Pas de quoi!

      Répondre

  2. GUILLOT

    27 avril 2013 at 16:15

    Je n’ai qu’une envie c’est de partir découvrir ce pays 🙂

    Répondre

  3. Billy Bob

    10 août 2013 at 20:06

    Merci pour cette astuce. J’ai pu « économiser » 200€ rien qu’en changeant d’aéroport! Et oui, j’ai aussi récupéré mes taxes (ils n’étaient pas pressés…).

    Répondre

  4. carpediem

    21 décembre 2016 at 06:23

    Bonjour,
    Je pense tester le moyen suivant: achat d’un vol aller-retour Paris -> Toronto.
    Ma situation: Permis de travail de 2 ans -> je connais ma date de départ mais je ne peux pas acheter le billet pour mon retour dans 2 ans (non dispo à la vente car trop éloigné). Je dois présenter à mon entrée un billet aller retour aux services d’immigration.

    Avec AIR TRANSAT:
    Le Billet Aller est un tarif ECO: 233€
    Le Billet Retour est un tarif ECO MAX : 368€ (permet d’annuler un vol moyennant une déduction de 50€ de frais en passant en direct avec la compagnie, le prix du billet retour est remboursé après déduction des 50€);
    => Je dépense d’abord: 233 +368 = 601 € pour le vol aller+retour
    => J’annule le vol retour: 368 – 50€ = 318€ remboursé
    => J’ai donc déboursé au total 233 + 50 = 288€ pour mon vol aller
    Le prix du vol aller simple chez cette compagnie coûtait 423,09€ -> J’ai donc économisé 135€ sur mon vol aller.
    Et je refais la même opération pour le vol retour ou je reprends un vol aller retour depuis le Canada si je souhaite rentrer de façon intermédiaire avant le retour définitif dans 2 ans.

    Répondre

    • Houston MacDougal

      23 décembre 2016 at 11:02

      Très pertinent, cette solution fonctionne également.

      Répondre

    • Vanessa

      23 décembre 2016 at 11:09

      Voilà qui est très complet et très détaillé. De mon expérience personnelle, j’ai fait les deux. Ce qui change surtout, c’est que l’on soit parti sur du vol sec ou À/R, avec un voyagiste ou directement une compagnie aérienne. Généralement les vols secs sont plus chers, comme les billets achetés via le transporteur. La différence se fait sur le prix HT du billet, les modalités d’annulation (souvent très onéreuses via le voyagiste) ou une assurance qui prévoit ce genre de situation. Sur un vol non remboursable pas vraiment le choix en réalité… en tout cas, il y a toujours une solution perdre le moins, il suffit d’être attentif et d’y réfléchir un peu.

      Répondre

  5. Michael

    29 août 2017 at 17:08

    Même avis, j’ai récupéré des thibes avec les taxes aéroportuaires et au final ça me revient moins cher qu’en changeant la date initiale avec mon voyagiste

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Envoyer un colis international

Qu’on soit en voyage, expatrié temporaire ou définitif, toutes les raisons sont bonn…