Appareil photo et grand froid.

lake louise
Lac Louise, Alberta, Canada.

Aaaah le Grand nord canadien ! Qui n’a jamais rêvé d’une petite virée nocturne aux alentours de Yellowknife, pour jouir enfin des aurores boréales ? Pas vous ? Tant pis, sachez qu’à Montréal même, la température moyenne oscille entre -5°C la journée, et -14°C la nuit en janvier, c’est dire qu’y fait frette. Et ça, votre matériel photo n’aime pas, mais alors, pas du tout. Sur la notice de ce dernier, vous verrez ses températures d’utilisation minimum et maximum, mais autant prendre quelques précautions.

Préparer et protéger son appareil.

Si les scènes hivernales demandent un ajustement de la vitesse d’obturation, avant de pouvoir prendre un cliché quelques dispositions sont à observer.

Le boîtier.

Le cœur de votre APN est électronique et a besoin de batteries, de piles pour fonctionner et prendre des photos. Or, le froid est énergivore. Ne soyez pas surpris de voir votre appareil inerte, totalement muet au moment d’appuyer sur le bouton de déclenchement. Sans énergie, rien à faire : lithium, piles alcalines, même combat, il faut les protéger du froid.

L’astuce : garder vos accus (accumulateurs électriques) le plus longtemps possible au chaud. Vous prendrez soin de placer vos piles et batteries (que vous aurez en quantité car le froid les consomme plus que de raison) dans la poche intérieure de votre blouson, près du corps. Votre boîtier quant à lui restera le plus longtemps possible dans votre sac. L’idéal pour ce dernier étant, bien entendu, de posséder un étui en néoprène.

L’optique.

Attention, une fois votre appareil photo dégainé, ne lui faites pas subir de changements de température à outrance. Le sortir, le ranger, le ressortir, d’autant plus si ces changements sont brutaux. C’est mauvais pour lui. Un compact numérique ne prendra donc jamais place tout contre vous, sans quoi de la condensation pourrait se former dans votre objectif. Il faut en effet, et c’est valable pour tout appareil, éviter d’embuer le viseur et l’optique. En le laissant allumé, votre batterie ou vos piles restent chaudes et peuvent durer plus longtemps.

L’astuce : avoir un sac de congélation lorsque vous ne prenez pas de photo, dans lequel vous placerez votre appareil. Celui-ci doit au maximum rester proche de la température ambiante. Au pire, gardez-le autour du cou.

Si les objectifs craignent moins, car dépourvu d’électronique en comparaison du boîtier, c’est également le passage chaud-froid, et donc la buée qui leur fait du mal. Pensez-y. Laissez-les donc avec votre boîtier, dans votre sac tant que vous n’avez pas l’inspiration.

De retour à la maison.

Rentrés chez vous, le sac de congélation permet de réduire la condensation dans l’appareil, que vous ne ressortirez qu’une fois sa température équilibrée à celle de la pièce. Faites en sorte qu’il y ait le moins d’air possible dans ce sac. Comme c’est hermétique, la buée sera prise par celui-ci, non par le boîtier.

Pas de glaçons pour l’apéro, mais du matos photo préservé. Ou alors les deux.

photo froid

Crédits photo: werner22brigitte.

Charger Plus dans Une fois rendu

Un commentaire

  1. Islandaise

    18 juillet 2017 at 05:51

    C’est pertinent et mieux vaut prendre soin de notre matériel!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Back to New York City.

Retour à New York pour un set de photos en noir et blanc. …