L’Alaska Highway au nord de la Colombie-Britannique

alaska highway

Fruit d’un gigantesque chantier initié par les américains pendant la Seconde Guerre, la route devait dès l’origine relier The Last Frontier, qui n’avait pas encore adhéré à l’Union, au reste du continent par voie terrestre. Pour ce faire, il fallait donc passer par le Canada sur une distance de plus de 1.000 km pour sa partie en Colombie-Britannique, Des Rocheuses du Nord jusqu’au Yukon. C’est ainsi sur la route 97, au nord de la province, que vous vous apprêtez à faire ce qui sera, nous n’en doutons pas, un magnifique et surprenant voyage.

Sur la route en 5 étapes.

D’avance, sachez que nous aurions pu boucler ce circuit par Watson Lake, au Yukon. Mais justement, puisque c’est au Yukon, autant voir le sujet qui lui est consacré, l’occasion d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de l’Alaska Highway.

  • Dawson Creek (km 0).

Nommée en l’honneur du docteur George Dawson qui découvrit, en 1879, en ces lieux de vastes plaines fertiles, Dawson Creek est essentiellement connue pour être le kilomètre 0 de l’Alaska Highway. L’année où les travaux de ce phénoménal ouvrage ont débuté, fut pour la petite bourgade une véritable révolution. Elle vit sa population s’accroître extraordinairement quand les troupes américaines ont mené des civils canadiens et américains dans la course à la construction d’une route d’approvisionnement militaire en Alaska, de plus de 2400 km. C’est aujourd’hui plus de 30 000 touristes qui se rendent à Dawson Creek pour entreprendre leur voyage vers le nord. Un passage obligatoire, en somme.

Le Dawson Creek Station Museum est d’ailleurs une visite intéressante à faire, pour qui veut connaître l’histoire de la construction de la route, ainsi que celle des premiers arrivants.

Pour une visite approfondie de Dawson Creek: Attractions Touristiques (en).

mile 0 alaska highway

  • Fort St. John (km 75).

Capitale énergétique de Colombie-Britannique, grâce notamment aux industries gazières et pétrolières, Fort St. John pouvait se prévaloir d’avoir un derrick bien sale sur le drapeau du mât de l’hôtel de ville. Aujourd’hui, il est moderne et propre, mais puisqu’avec le schiste on s’attend à quelques catastrophes, on se dit que visiter la plus grande ville de la province sur le tracé de la route de l’Alaska vaut peut-être la peine. Les fermes étouffent déjà, il ne va pas falloir tarder. A l’origine, un petit poste de traite fut établi le long de la rivière de la Paix, en 1794. C’était alors la plus ancienne colonie européenne installée dans la région. Depuis, tout a changé, Fort St. John a même été déplacé plusieurs fois au fil du temps, pour répondre à la croissance et aux impératifs économiques. On dit que l’esprit d’aventure demeure dans la région, la cité ouvre d’ailleurs sous de nombreux parcs provinciaux, où vous vous arrêterez sans aucun doute.

Pour en connaître davantage sur l’histoire de la région, il y a le Fort St. John-North Peace Museum (en).

alaska highway fort st john

Après Fort St. John, vous entrez dans le monde du bison, du wapiti,  de l’orignal, du cerf et de l’ours noir. Mais il est possible que vous en ayez déjà croisé.

  • Stone Mountain Provincial Park (km 595).

Véritable paradis pour la faune sauvage, Stone Mountain est au nord de la Colombie-Britannique l’endroit où il y a le plus de variétés d’espèces animales. En plus de toutes celles précitées, vous aurez peut-être la chance d’y apercevoir des loups, des chèvres de montagnes, des grizzlis ou encore des coyotes. Le parc, dont l’entrée est libre, est le point culminant de la route de l’Alaska (1 267m). Vous plongerez alors dans de splendides paysages de toundra alpine, bien connue au Yukon, avec de hauts pics escarpés surplombant de vastes vallées. Vous y verrez peut-être pour la première fois ces surprenantes formations géologiques, que l’on appelle ici hoodoos, mais que vous connaissez comme des cheminées de fée. Il y a de nombreux sentiers de marche, n’ayez pas peur de vous y aventurer mais prenez garde aux brusques changements météo: soyez vigilants et un minimum équipé pour la rando, au sommet il peut neiger l’été.

Pour en savoir plus sur les commodités et les activités possibles à Stone Mountain: les parcs de Colombie-Britannique (en).

stone mountain provincial park

  • Muncho Lake Provincial Park (km 681).

Réputé pour être l’un des plus beaux parcs provinciaux du Canada, il ne doit son existence que grâce à la construction même de l’Alaska Highway. 90 km d’une traversée les yeux grands ouverts vous attendent alors. Le décor est grandiose, des montagnes aux arêtes souvent vives entourent les eaux turquoise du Muncho Lake que l’on suit sur toute sa longueur, 12 km. Avant cela, le Muncho Pass vous aura fait gravir le plus haut col au nord des Rocheuses canadiennes, à 1095m d’altitude, avant de redescendre progressivement vers le lac. Avec de la chance, c’est un troupeau de bisons que vous pourrez croiser au bord de la route, traduisant, s’il en fallait encore la preuve, de l’exceptionnelle richesse de la faune dans cette région.

Vous trouverez toutes les infos nécessaires sur le parc: Muncho Lake (en).

muncho lake provincial park

  • Liard River Hot Springs Provincial Park (km 765).

L’escale probablement la plus prisée du voyageur en route vers le nord, Liard River Hot Springs est surtout connu pour ses deux piscines naturelles alimentées par des sources thermales pouvant atteindre 52°, les deuxièmes plus grandes du Canada. Le spa comme vous en rêviez, l’instant détente et relaxant après plusieurs centaines de kilomètres avalés depuis Dawson Creek. Le microclimat des sources a fait naître une végétation unique et luxuriante, qui n’est pas sans rappeler des contrées plus exotiques. Son surnom de Tropical Valley n’est pas étranger aux fougères géantes, et autres plantes carnivores qui envahissent les lieux. Attention tout de même, il peut y avoir foule dans le bassin (l’autre est interdit pour préserver certaines espèces), et si vous comptiez rester sur place, le camping à l’entrée peut être plein: armez-vous d’un plan B, ou réservez!

Tout sur le site des Hot Springs (en).

alaska highway liard hot springs

Notez que la route 97 est très bien entretenue, mais soyez vigilants, il y a peu de garages le long du trajet.

Crédits photo: (1) Will Elmore; (2) martinsroad; (3) Tuchodi; (4) Janson Jones; (5) Jason Ahrns; (6) Lindsay Dee.

  • plate canada

    Passer le permis de conduire en Colombie-Britannique.

    Comme à peu près partout au Canada, la Colombie-Britannique a mis en œuvre un programme de…
Charger Plus dans Colombie-Britannique

5 Commentaires

  1. Sullivan

    25 octobre 2015 at 11:47

    Les Hots Springs, un bonheur absolu!

    Répondre

  2. Sylvain

    27 janvier 2016 at 18:13

    Elle a l’air très sympa cette « petite » route 😉

    Répondre

  3. Hebergement web

    23 août 2016 at 19:51

    Le Nord de la Colombie-Britannique offre de nombreuses possibilites de camping, qu’il s’agisse de conduire un camping-car sur la route de l’Alaska ou de prendre l’avion vers un site de camping recule dans un parc provincial de l’arriere-pays.

    Répondre

    • Benoît Duval

      25 août 2016 at 13:23

      Ou tout simplement faire du bivouac, surtout en fonction de la saison. Les campings n’ouvrent que rarement avant fin mai.

      Répondre

  4. Djims

    23 juillet 2017 at 01:47

    Quelle aventure cette Alaska Highway! Des paysages fous!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir également

Back to New York City.

Retour à New York pour un set de photos en noir et blanc. …