À travers le Yukon sur la route de l’Alaska.

alaska highway

Devenue mythique au fil des ans, la route de l’Alaska traverse le Yukon sur prĂšs de 1.000 km. Si vous rĂȘviez d’un road trip hors-norme, vous ĂȘtes alors sur la bonne voie, puisque ce sont des paysages grandioses que vous vous apprĂȘtez Ă  dĂ©couvrir, oĂč la nature sauvage s’impose Ă  vous sans restriction. Faites l’expĂ©rience de la route N°1 et du Nord canadien, et vivez une aventure unique.

L’Alaska Highway: un brin d’Histoire.

Construite en 8 petits mois seulement, entre 1942 et 1943, la route est Ă  l’origine un projet militaire connue sous le nom d’Alcan, qui s’Ă©tend aujourd’hui de Dawson Creek en Colombie-Britannique, Ă  Fairbanks en Alaska. Les travaux de cette bagatelle, de prĂšs de 2.500 km, avaient jusqu’alors toujours Ă©tĂ© rejetĂ©s par le gouvernement canadien, qui voyait mal l’intĂ©rĂȘt d’un tel coĂ»t de construction profiter Ă  quelques milliers de ses concitoyens seulement. La Guerre du Pacifique, la menace japonaise aprĂšs le bombardement de Pearl Harbor et l’invasion des Ăźles AlĂ©outiennes sont venues changer la donne, la liaison terrestre entre l’Alaska et le reste du continent devait impĂ©rativement voir le jour. 10.000 militaires, et plus de 15.000 civils amĂ©ricains et canadiens ont ainsi participĂ© Ă  cet ouvrage, construit en un temps record.

Chemin de terre, chemin de rondins sur le muskeg Ă  perte de vue, boueuse,  elle devient une route de gravier permanent en 1944, et ouverte sans restriction Ă  la circulation aprĂšs la guerre, en 1947. Depuis, l’asphalte a recouvert tout son tracĂ©, et les ponts flottants, puis progressivement les ponts de bois ont Ă©tĂ© remplacĂ©s par l’acier.

 

hangar

Quelques infos.

On aurait tort de partir comme ça, la fleur au fusil, en s’imaginant qu’un pouceux arrive toujours Ă  destination. Ça pourrait ĂȘtre vrai si l’on a l’Ă©ternitĂ© devant soi et qu’on est immunisĂ© des intempĂ©ries, ou si le voyage aux cĂŽtĂ©s d’un trucker amĂ©ricain Ă©tait le gage d’une visite contemplative rĂ©ussie. AprĂšs tout, le mec est pas guide touristique, pis faut bien qu’il livre. Restez plutĂŽt libre de vos mouvements.

  • La saison idĂ©ale?

On ne va pas vous mentir, c’est l’Ă©tĂ©. Rappelez-vous que vous ĂȘtes quand mĂȘme trĂšs au nord, avec tout ce que ça implique, donc les mois les plus chauds sont les plus agrĂ©ables pour profiter du Yukon et rouler avec un minimum de confort. Le reste du temps, les conditions peuvent vite devenir extrĂȘmes, et elles le seront. Il vous faudra dĂšs lors avoir un Ă©quipement Ă  toute Ă©preuve, pour vous comme pour votre vĂ©hicule. Pis bon, l’hiver Ă  -40° ça caille, et profiter des paysages en plein blizzard, on a connu mieux.

  • On the road, sur quatre roues.

On imagine tout Ă  fait pouvoir se faire la Route de l’Alaska en bĂ©cane (surtout au sud du 60Ăšme parallĂšle), sur une trail comme la GS du paternel, mais sous ces latitudes on prĂ©fĂšre quand mĂȘme dormir dans la voiture plutĂŽt que sous la tente, en cas de besoin. Du coup, on laissera les plus tĂ©mĂ©raires ou les plus passionnĂ©s, on sait qu’il y en a, le soin d’apporter leur tĂ©moignage. Optez donc pour un vĂ©hicule plutĂŽt confortable (pick-up, camping-car, WestFalia pour ceux qui savent voyager avec du style…), qui n’a pas peur d’avaler des kilomĂštres. Il est conseillĂ© de rouler avec les phares allumĂ©s en tout temps. Quelques outils (en cas de pĂ©pins mĂ©canique), une petite roue de secours et vous ĂȘtes presque parĂ©s. Gardez toutefois un Ɠil sur la jauge de rĂ©servoir, les distances entre chaque pompe peuvent ĂȘtre longues.

  • Les indispensables.

On pense tout de suite aux bonnes vieilles cartes routiĂšres Ă  papa, parce que c’est toujours la classe un road trip Ă  l’ancienne. Bien entendu, votre passeport, et votre permis international (c’est plus prudent) en plus de votre permis rĂ©gulier, viendront alourdir un peu votre portefeuille, mais vous y ĂȘtes habituĂ©s.

 

pont route alaska

Quelques lieux qu’il faut voir.

Il ne s’agit pas d’Ă©tablir une feuille de route, puisque, ce qu’il y a de magique Ă  se laisser porter dans une escapade sauvage, c’est Ă©galement de se perdre. Encore faut-il oser sortir quelques fois des sentiers battus. NĂ©anmoins, il y a quelques « petites choses » qu’il serait dommage de louper. On en rĂ©vĂšle quelques-unes et on vous laisse la surprise pour tout le reste. Allons du sud vers le nord.

  • La forĂȘt de panneaux indicateurs.

Depuis peu classĂ© lieu d’intĂ©rĂȘt historique, puisqu’il rappelle la construction de la route, on retrouve cette forĂȘt particuliĂšre Ă  Watson Lake. Pour la petite histoire, et savoir de quoi il en retourne: « En 1942, Carl Lindley, un soldat amĂ©ricain de Danville, en Illinois, a ajoutĂ© un panneau portant le nom de sa ville, Ă  cĂŽtĂ© d’une borne kilomĂ©trique de l’armĂ©e durant la construction de la route de l’Alaska. (…) Depuis, des touristes de partout dans le monde ont ajoutĂ© plus de 75 000 panneaux indicateurs Ă  la forĂȘt, qui est situĂ©e au carrefour de la route de l’Alaska et de la route Robert-Campbell*.« 

  • Le centre du patrimoine tlingit de Teslin.

Sur les rives du lac, vous en apprendrez beaucoup sur l’histoire et la culture des Tlingits, peuple des PremiĂšres Nations.

  • Whitehorse, une escale dans la capitale.

Puisque l’effervescence urbaine vous manquait dĂ©jĂ , il y a lĂ  presque la totalitĂ© de la population du Yukon, alors profitez-en!

  • Haines Junction et le parc national Kluane.

Un petit village de montagne de 600 Ăąmes oĂč il vous faudra faire une halte au centre d’information touristique, avant de tailler la route dans le parc: site inscrit au patrimoine mondial. Sur place, vous comprendrez pourquoi.

  • Beaver Creek.

Ici s’achĂšve la section canadienne de la route de l’Alaska, et c’est le point de dĂ©part d’un nouveau pĂ©riple peut-ĂȘtre, si vous souhaitez franchir la frontiĂšre et passer en territoire amĂ©ricain. Si c’est le cas, regardez votre montre, il est dĂ©jĂ  une heure de moins.

kluane yukon

Le site indispensable: Tourisme Yukon.

*Gouvernement du Yukon.

Crédits photo: fotolia.com; Peter von Gaza; Chad Teer, brigachtal.

Charger Plus dans Yukon

3 Commentaires

  1. Gilles

    20 septembre 2015 at 17:06

    Mon cĂŽtĂ© « Wild » m’intime de faire un tel voyage…

    RĂ©pondre

    • Houston MacDougal

      23 septembre 2015 at 08:33

      Écoute-le! 😉

      RĂ©pondre

  2. Michel et Michelle

    8 décembre 2015 at 13:18

    Il commence peut-ĂȘtre Ă  faire un peu trop froid pour la Route Ă  cette Ă©poque de l’annĂ©e mais c’est sĂ»r que nous la parcourrons l’Ă©tĂ© prochain! Quelle aventure nous attend!

    RĂ©pondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Ă©galement

Vol long courrier: se maintenir en forme.

Traverser l’Atlantique pour se rendre au pays de la feuille d’Ă©rable, c’…